Balade dans l'oasis de Siwa

Le village de Siwa dans l'ouest du désert Egyptien n'est pas seulement un village abritant la cité médiévale de Shali. C'est avant une très grande oasis. Pour nous l'oasis est avant tout un endroit où nous nous baladons pour s'abriter soleil pendant la journée. Après les photos du matin dans la cité de Shali et après le petit déjeuner à l'hôtel, nous partons tous les jours pour passer la journée dans les palmeraies. Nous prenons les objectifs grands angles, les tripodes et les flashs car assez bizarrement, il fait toujours très sombre sous les palmiers. Nous parcourons des kilomètres en marchant. Nous n'avons pas vraiment un itinéraire défini et nous passons d'un jardin à l'autre. Parfois nous suivons une source mais nous n'avons aucun plan. Nous nous laissons aller à la joie et au plaisir de se retrouver dans un paradis terrestre.

Nous allons à la rencontre des coupeurs de dattes qui récoltent d'énormes grappes situées à plus de 8 mètres de hauteur. C'est à pied nus qu'ils grimpent le long des troncs. Nous tremblons pour eux mais c'est avec une aisance incroyable qu'ils partent à l'assaut des cimes des arbres. Une fois les grappes de dattes coupées, elles tombent sur bâche sur le sol.
D'autres cueilleurs s'activent pour récupérer les fruits un à un. Ils sont tellement fiers que nous les photographions qu'ils nous offrent des dattes. Elles sont sucrées et succulents. Que c'est délicieux. Nous n'avons pas beaucoup à offrir en échange à part leur montrer les photos que nous avons prises. Nous leur offrons quelques livres Egyptiennes en leur disant que c'est pour leurs enfants. Nous avons appris que les Egyptiens refusent toujours l'argent offert mais si on précise que c'est pour leurs enfants, ils acceptent avec plaisir. Ce sont des gens très fiers et ils refusent l'aumône. Nous devons leur témoigner beaucoup de respect même si nous le faisons avec plaisir.

L'oasis n'est pas seulement un lieu où on récolte les dates. Les nombreuses sources qui sillonnent les jardins, permettent la culture d'une plante qui sert à l'alimentation des ânes. Nous ne connaissons pas le nom de la plante et malgré les explications en Arabe, nous n'arrivons pas traduire. L'herbe récoltée sera ensuite vendue sur le marché de Siwa. Les acheteurs l'utiliseront pour nourrir leurs ânes qui tirent les charrettes.

Durant ces balades quotidiennes, nous nous attachons à montrer la vie quotidienne des Egyptiens de Siwa qui dépendent complètement des sources qui irriguent les datteraies et les jardins où sont cultivés les courgettes, les citrouilles, les carottes et les tomates. Les prises de vues ne sont pas toujours faciles car les contrastes sont très violents entre les tons sombres sous les palmiers et les zones ensoleillées. Le flash devient un accessoire indispensable.
Mais nous sommes heureux. Nous avons l'impression que rien n'a bougé depuis des siècles et le temps suit son cours tranquillement sans stress. Nous prenons le temps de vivre, de regarder, de goûter à ces moments qui nous sont offerts.

Balade dans l'oasis de Siwa

Balade dans l'oasis de Siwa.

Balade dans l'oasis de Siwa

Balade dans l'oasis de Siwa.

Balade dans l'oasis de Siwa

Balade dans l'oasis de Siwa.

Balade dans l'oasis de Siwa

Balade dans l'oasis de Siwa.

Balade dans l'oasis de Siwa

Balade dans l'oasis de Siwa.

Balade dans l'oasis de Siwa

Balade dans l'oasis de Siwa.

Balade dans l'oasis de Siwa

Balade dans l'oasis de Siwa.

Balade dans l'oasis de Siwa

Balade dans l'oasis de Siwa.

Balade dans l'oasis de Siwa

Balade dans l'oasis de Siwa.


Cette page a été lue 6672 fois

Si cette page vous a intéressé(e) pouvez-vous lui donner une note (5 étoiles est la meilleure)?
(0 Votes)

Article publié le lundi 22 juillet 2013. Écrit par
Vous avez envie de photographier des faons et des marcassins juste après leur naissance. Vous avez envie de réaliser des photos créatives.
Cliquez sur le bouton ci-dessous.

Quel est votre avis sur cette chronique?

Et vous, quel est votre avis sur cette chronique ? Que pensez-vous ?

Si vous avez une opinion sur le sujet, pouvez-vous poster un commentaire ci-dessous en indiquant vos réflexions ?

Pouvez-vous partager cette chronique sur les réseaux sociaux?

Si vous aimez cette chronique, n’hésitez pas à la partager via les réseaux sociaux.

En vous inscrivant à notre newsletter, vous recevrez une fois par mois un message avec une nouvelle chronique.

Proposez-nous un sujet de chronique si vous le souhaitez

Si vous appréciez nos sujets de chroniques et si vous avez une idée, n'hésitez pas à nous contacter en nous proposant un sujet.

Votre idée doit être en relation avec la photographie animalière, sous-marine ou de paysages.

Nous n'abordons pas les techniques de développement. Ce sont des sujets que nous abordons durant nos stages.


N'oubliez pas de vous abonner à ma newsletter :

captcha

 

Contactez-moi

Si vous souhaitez plus d'informations, veuillez remplir ce formulaire. Je reviendrai vers vous dès que possible.

captcha

 

Amar Guillen. Artiste photographe professionnel de la nature.

Amar Guillen est un artiste photographe. Ses œuvres sont spécialisées en photographie sous-marine, animalière et de paysages. Son aventure photographique commence en 1987 alors qu’il prépare un diplôme d’ingénieur en informatique. Les spectacles visuels que leur offrent à la fois les paysages somptueux qui l’entourent, et la faune qui les peuplent, constituent son éternelle source d’inspiration. Cela l’a amené à se consacrer entièrement à sa carrière professionnelle photographique afin de partager son interprétation contemplative et artistique de la nature. Il photographie des paysages naturels terrestres et sous-marins ainsi que les créatures qui s’y déploient, depuis ces 15 dernières années, animé par les mystères infinis que cache la nature.

Par le regard photographique qu’il pose sur la nature, il s’efforce de mettre en lumière l’importance de sa conservation. Amar vit et expose entre la France et les États-Unis dont la faune, les paysages et les cultures nourrissent ses œuvres, et a publié plusieurs ouvrages dont « Lumières et Couleurs de la côte de la Charente-Maritime », « Reflets de la Haute-Saintonge », mais également « Les Secrets de la photo sous-marine ».

Page précédente et page suivante dans cette catégorie : « La faune du Beaufortain dans les Alpes françaises Une journée ordinaire à Siwa »
  1. Commentaires (0)

  2. Ajouter le votre
Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

    Réseaux sociaux/Vidéos

    Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

    Autres cookies

    Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

    Activation