Temps de lecture de la page : environ 10 minutes

La photographie animalière en low-key pour créer des photos d’animaux vraiment différentes

Une photo en low-key noir et blanc d'un cygneau sur un étang de la Dombes. Photo réalisée depuis un affût flottant.
Une photo en low-key noir et blanc d'un cygneau sur un étang de la Dombes. Photo réalisée depuis un affût flottant.
 

Pourquoi et comment photographier les animaux sauvages en low-key

Dans l’article précédent, j’ai partagé avec vous des techniques et des idées pour réaliser vos photos de paysages en low-key.

Dans cet article, j’aborde une autre thématique : la photo animalière.

Les animaux sauvages constituent des sujets parfaitement adaptés à la photo en low-key. La technique du low-key permet de mettre en valeur les plumages et les pelages. N’oubliez pas comme je l’ai expliqué dans la première partie de cette chronique que le low-key est le domaine privilégié des textures, des formes et des détails.

 

La petite histoire de cet article

La photo animalière est pour moi une véritable passion. J’ai commencé à photographier les animaux sauvages en France. Les conditions météo ne sont pas toujours excellentes. Il n’est pas rare que la pluie s’invite pendant mes sessions photos ou alors que le ciel soit couvert.

De plus, j’ai une passion pour les grands mammifères. Comme ils sont chassés, ils ont plutôt tendance à se cacher dans les bois et les forêts. Les conditions de lumière ne sont pas toujours excellentes.

Pendant longtemps j’ai réalisé des photos de cerfs dans les sous-bois et les forêts sans réussir à exploiter mes images. J’ai accumulé de nombreuses photos, jusqu’au jour où j’ai compris comment les développer en utilisant la technique du low-key.

Les basses lumières, les ombres sont devenues pour moi des alliées alors que pour d’autres, elles sont plutôt synonymes de photos ternes qui manquent d’impact.

Aujourd’hui, même si j’aime réaliser des photos en high-key car elles me permettent d’utiliser la technique du minimalisme, je reconnais que je prends de plus en plus de plaisir à la photo low-key.

Dans la suite de cet article, je vais vous expliquer pourquoi et vous donner envie de faire de même.

 

Pourquoi photographier les animaux sauvages en low-key

L’une des raisons qui vous poussent à réaliser des photos animalières est l’envie de montrer des animaux sauvages dans leur environnement. Dans ce cas, vos photos sont descriptives ou illustratives. Vous êtes dans le cadre de la photo de reportage pour un article de magazine ou pour un bestiaire des animaux d’une région.

Si la raison qui vous pousse à photographier les animaux sauvage est plutôt artistique, c’est que vous avez envie de montrer vos émotions, vos sentiments ou transmettre des messages. Dans ce cas, vous êtes dans le registre de l’interprétation photographique. Vous voulez donner du sens à vos photos. Vous voulez montrer ce que vous ressentez.

Dans ce second cas, la technique du low-key vous conviendra parfaitement.

La photo en low-key est très symbolique. Le monde animal sauvage est souvent mystérieux pour la plupart des gens. Demandez autour de vous combien de personnes ont déjà vu réellement un cerf, un daim, un ours ou même un renard. Tout le monde est capable de vous décrire ces animaux. Mais la plupart, ces descriptions sont issues d’images et peu de la réalité. Pour la majorité des personnes, la vie des animaux est mystérieuse.

Mettez à profit la photo low-key pour rendre la vie des animaux encore plus mystérieuse.

La photo low-key vous permet aussi de mettre en avant la beauté et la grâce des animaux que vous photographiez. En effet, comme le low-key utilise les ombres, je vous recommande de renforcer les ombres soit à la prise de vue soit au moment du développement. Vous allez par exemple utiliser la technique de l’exposition en mode spot comme je vais vous le décrire dans un prochain paragraphe. Avec un logiciel de retouche, vous allez assombrir des feuillages ou l’environnement de l’animal photographié. Vous allez ainsi concentrer l’attention du spectateur sur l’animal.

La photo animalière en low-key vous permet de gommer en ajoutant des ombres toutes les zones qui ne sont pas intéressantes. Vous allez mettre en valeur les animaux en utilisant une seule sources de lumière. Vous allez rendre vos photos encore plus mystérieuses.

 

Les bonnes scènes pour les photos animalières en low-key

Toutes les scènes ne sont pas adaptées à la photo animalière en low-key. Par exemple, les scènes de neige sont plutôt adaptées au high-key. Les scènes ouvertes comme les prairies ou les ciels sont plus adaptées au high-key.

N’oubliez pas que le low-key consiste à mixer les parties claires et les parties sans réel dégradé. L’idéal aussi est de choisir une seule source de lumière pour mettre en avant l’animal. Dans ce cas, la lumière tombe sur le pelage ou le plumage. C’est pour cette raison que vous devez apprendre à bien maîtriser et contrôler la lumière. A chaque fois, ayez en tête que les noirs doivent être profonds, les tonalités sombres et que les ombres doivent être présentes.

Par exemple, les sous-bois ou les forêts sont des scènes qui conviennent parfaitement à la photo animalière en low-key. Personnellement, quand je photographie les cerfs en prairie, j’aime choisir des arbres en arrière-plan.

De même quand je photographie depuis un affût flottant, je sais qu’une belle roselière verte et haute me donnera d’excellents arrière-plans pour mettre les oiseaux en valeur. Le vert est une couleur qui est bien adaptée au low-key que ce soit pour des photos en noir et blanc ou des photos en couleur.

Mais soyez vigilant. Choisir le bon décor n’est pas suffisant pour créer une bonne photo animalière low-key. Vous devez lui donner un sens, traduire une émotion pour qu’elle soit vraiment intéressante pour le public ou votre audience.

 

Une technique facile pour le low-key en animalier : le mode spot

La technique de la photo low-key est un style que vous pouvez renforcer facilement créer ou renforcer avec un logiciel sur votre ordinateur.

Mais sur le terrain l’utilisation du mode spot de votre appareil photo vous permettra d’arriver à un résultat intéressant.

Sur votre appareil, vous disposez de plusieurs modes d’exposition.

  • Le premier mode consiste à calculer l’exposition sur l’ensemble de la scène. Chez certaines marques, ce mode s’appelle « évaluative ». Chez d’autres, il s’appelle « matriciel ».
  • Le deuxième mode consiste à calculer l’exposition en privilégiant le centre de la photo suivant un pourcentage que vous allez fixer. C’est le mode central pondéré.
  • Le troisième mode utilise uniquement le centre de la photo ou alors une zone restreinte définie autour de la zone de mise au point. Il s’agit du mode spot.

Lorsque vous photographiez un animal dont la tonalité est claire ou alors que vous voulez mettre en valeur les détails du plumage ou du pelage, effectuer la mesure de lumière en mode spot. C’est la certitude pour vous que l’exposition sera bien calculée sur l’animal et non pas sur son environnement.

Si vous photographiez une aigrette par exemple, le plumage blanc ne sera pas surexposé. Si le reste de la scène est dans les tons sombres ou moyens, il apparaîtra très foncé. Votre aigrette sera mise en valeur. Vous allez créer naturellement un grand contraste. Le regard du spectateur sera inévitablement attiré par l’animal.

Personnellement, c’est une technique que j’utilise beaucoup. Même lorsque je photographie un animal de grande taille comme un cerf, je n’hésite pas à utiliser le mode spot. Je suis certain d’avoir le meilleur rendu du pelage. J’aurai toutes les textures et les détails que je recherche.

 

Analyse d’une photo animalière en low-key

Pour illustrer la technique du low-key en photo animalière, j’ai choisi la photo d’un cerf élaphe. Elle a été prise en France.

Une photo en low-key noir et blanc d'un cerf élaphe. Photo réalisée depuis un affût fixe.
Une photo en low-key noir et blanc d'un cerf élaphe. Photo réalisée depuis un affût fixe.

Je voue une véritable passion pour cette espèce animale. Je trouve que les cerfs sont majestueux, gracieux et puissants. Ce sont ces caractéristiques morphologiques que j’essaie toujours de mettre en avant quand je les photographie.

Mais par-dessus, j’aime leurs regards. Ce sont des animaux curieux et attentifs. Ils sont très craintifs car ils sont chassés. Le meilleur moyen de les photographier est d’utiliser la technique de l’affût ou la technique de l’approche.

Pour cette photo j’étais dans un affût près d’un gros chêne. Je suis équipé d’un objectif de 500mm avec un capteur plein format. Je suis à environ 70 mètres de l’animal. La zone est couverte de ronciers.

J’avais choisi cette scène car l’arrière-plan est constitué de grands arbres. Je voulais une scène fermée. Je voulais juste mettre en valeur un cerf.

N’allez pas penser que cette photo a été réalisée en quelques minutes. Il m’a fallu plusieurs matinées d’attente pour le cerf emprunte une coulée que j’avais repérée. Elle circule entre les ronciers.

Lorsque le cerf est arrivé, j’ai commencé à déclencher mon appareil photo. Comme je suis dans un affût, je pense que le bruit même léger est amplifié. Les cerfs ont une ouïe très fine. Quand ils entendent un bruit inhabituel, même très léger, ils orientent la tête dans la bonne direction. Leurs oreilles sont de véritables concentrateurs de bruit.

Il me regarde de manière attentive car la lentille frontale de mon objectif est importante. Elle réfléchit la lumière en créant des reflets qu’un cerf repère immédiatement. L’affût n’est pas une technique si facile. Il est resté là à m’observer pendant quelques secondes. J’ai eu le temps de réaliser plusieurs photos.

J’ai sélectionné cette image car le fanon est magnifiquement développé. C’est la crinière autour du cou. C’est la période du brame. Les bois sont secs. Les muscles sont saillants et proéminents. La lumière vient du côté droit de la photo. C’est une lumière matinale qui monte peu à peu.

Toutes les conditions étaient parfaites pour réaliser une photo en low-key.

La mesure de lumière de mon appareil photo est réglée en mode spot. La mise au point est faite sur les yeux. Le calcul de la lumière est faire sur le pelage. La tonalité de la scène est moyenne. Les différences entre les différentes parties de la photo ne sont pas flagrantes à la prise de temps.

Mais en utilisant le mode spot, je suis certain que les textures et les détails du pelage seront parfaits.

C’est lors de la phase de développer avec mon ordinateur que j’ai ajouté le vignettage. J’ai choisi le noir et blanc, car c’est une technique qui est bien adapté à mon mode d’expression.

Le reste de la retouche a consisté à utiliser les outils dodge and burn pour les augmenter la lumière dans certaines zones et à la diminuer dans d’autres.

Mon but était vraiment de montrer la beauté animale dans toute sa splendeur. La fierté et la grâce de ce cerf élaphe m’ont touché.

 

Finalement

J’espère que cet article consacré à la photo animalière en low-key vous aura donné envie de pratiquer cette technique.

N’oubliez pas qu’il ne s’agit que d’une technique. L’important est ce que vous avez à dire avec vos photos. Elle doit simplement vous servir à vous exprimer.

Soyez humble, constant(e), patient(e), persévérant(e) et persistant(e) car le chemin pour s’approcher de l’excellence est long.

Page 1 sur 929