Pourquoi maitriser les masses en photographie de nature

Lorsque vous créez une photographie de nature, vous devez être très attentif à l’équilibre des masses sous peine d’avoir une photo ratée.

Ce concept de masse est très important et même essentiel car il améliore et facilite la lecture de vos photographies.

Cette photographie d'un cerf pendant le brame est équilibrée dans les masses. Aucune zone ne fait balancer dans un sens ou dans l'autre.
Cette photographie d'un cerf pendant le brame est équilibrée dans les masses. Aucune zone ne fait balancer dans un sens ou dans l'autre.

Définition de la masse photographique

Une masse ne se mesure pas uniquement en kilogrammes. En photographie de nature, la masse est un élément essentiel à maitriser pour créer des photos équilibrées qui vont attirer l’œil du regardeur vers le ou les centres d’intérêts.

Il n’y a pas comme pour la masse physique une unité pour mesurer une masse photographique. C’est plus un ressenti dans l’aspect visuel d’une photographie.

Dans une photographie de nature, les éléments photographiques ont une masse. Les éléments de grande taille pèsent plus lourd photographiquement parlant que les plus petits.

De même que les éléments photographiques sombres pèsent plus que les éléments photographiques clairs.

Les effets de la masse dans une composition

Durant nos stages photo de nature, nous utilisons souvent l’analogie avec une balance romaine pour analyser si une photographie est bien équilibrée avec les masses.

Par exemple, si nous voyons une masse sombre dans la partie gauche d’une photo et qu’il n’y en a pas dans la partie droite, nous disons que la photo est déséquilibrée. La photo semble pencher à gauche. Esthétiquement, ce n’est pas beau car l’œil du regardeur va aller automatiquement vers cette masse et son regard va aller vers le bas comme s’il était attiré par la gravité. Il n’ira pas regarder les centres d’intérêts immédiatement. L’idéal avec cette analogie de la balance romaine c’est d’avoir deux masses qui se contre balancent dans une photo.

Bien sûr, comme toujours il existe des exceptions à cette règle générale que nous appliquons. Un élément photographique de petite taille ne provoquera pas nécessairement un déséquilibre de masse.

L’arrangement des éléments photographiques dans une composition est important comme nous l’avions vu dans cet article.

Supposons que le centre de la scène correspond à un point de pression. Si un élément photographique avec une masse lourde est situé à gauche du point de pression et si un élément de poids léger est situé à droite, on a l’impression d’un déséquilibre : c’est un effet d’optique.

Rôle de l’espace positif et négatif dans la gestion des masses

Dans une photographie, les masses entretiennent une relation étroite avec les espaces négatifs et positifs. Ils ne servent pas simplement à juger une image comme nous l’avions décrit dans cet article, mais ils ont un rôle d’équilibre essentiel.

Dans une photographie l’espace positif est l’espace où les éléments photographiques existent avec des formes.

L’espace négatif comme nous l’avions décrit dans cet article, est l’espace vide autour de ces formes. Nous rappelons que l’espace négatif est l’espace qui entoure les centres d’intérêts d’une photographie.

Par exemple, dans la photo d’une silhouette d’un animal, l’espace négatif est l’arrière-plan.

L’espace négatif a une fonction essentielle dans une photographie : il assure l’équilibre. Il permet aux yeux du regardeur de se détendre.

L’espace négatif peut être un fond neutre ou contrasté. Il permet de diriger le regard vers le centre d’intérêt principal.

Le bon placement des formes en relation avec l’espace négatif autour d’elles est essentiel pour faciliter la lecture d’une photographie. C’est ainsi que l’on assure un bon équilibre des masses.

L’absence de contenu donc de formes et par conséquent de masse, ne signifie pas l’absence d’intérêt. Bien au contraire. L’espace négatif peut donner une vision tout à fait différente s’il est bien choisi.

C’est pour cette raison que vous devez bien choisir le point de vue photographique pour une scène de nature. Ce choix permet d’assurer un bon équilibre des masses. L’éloignement des centres d’intérêts permet de leur affecter une masse plus petite.

Quelques exemples de photos avec des déséquilibres de masse

Cette photographie d'un cygne au décollage présente un déséquilibre de masse avec la zone sombre dans le haut.
Cette photographie d'un cygne au décollage présente un déséquilibre de masse avec la zone sombre dans le haut.
Cette photographie d'une aigrette garzette présente plusieurs déséquilibres de masse.
Cette photographie d'une aigrette garzette présente plusieurs déséquilibres de masse.

Quelques règles

Les centres d’intérêts les plus forts dans une scène ont toujours une masse plus importante que les autres.

Les formes régulières ont plus de poids que les formes irrégulières.

Dans le monde occidental, les éléments sur le côté droit d’une photographie asymétrique ont plus de poids que les éléments de même taille sur la gauche.

Dans une photographie, vous devez faire attention comment est diriger le regard des êtres vivants. Par exemple, un animal qui se déplace dans une direction mais son regard est dirigé dans la direction opposée provoquer un déséquilibre des masses. Vous devez toujours surveiller les déplacements de certaines formes dans une scène.

Finalement

Maitriser les masses dans la composition d’une photographie est essentiel pour assurer un bon équilibre de l’ensemble de la scène. En photographie artistique, c’est un concept fondamental. Une mauvaise gestion des masses peut entrainer un désintérêt complet de la part d’un regardeur car son regard n’ira pas vers les centres d’intérêts essentiels.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

 

Des places sont encore disponibles pour ces stages photo


Nos stages de photo animalière, de photo sous-marine ou de photo paysage sont des moments privilégiés pour apprendre la photographie quel que soit votre niveau. Nos formations en photographie animalière, en photographie de paysage ou en photographie sous-marine sont basées sur une méthode unique : ACAPN. Nous partageons notre savoir-faire photographique afin d’ouvrir des nouvelles portes créatrices aux autres photographes.

Nouveautés du site


Vous voulez vous ouvrir de nouvelles portes créatrices en photographie de nature. Découvrez les nouveautés du site concernant le blog de la photographie de nature ou les nouveaux stages photo.

 

Découvrez notre travail de photographes professionnels en visionnant ce reportage diffusé sur France 3. Ce reportage décrit notre activité en photographie animalière et de paysages. Il suffit de cliquer sur le bouton "Play" pour démarrer la lecture du film.

download video.

 

Contactez-nous

Si vous souhaitez plus d'informations, veuillez remplir ce formulaire. Nous reviendrons vers vous dès que possible.

captcha

 

N'oubliez pas de vous abonner à notre newsletter :

captcha

 

 

Amar et Isabelle Guillen. Photographes professionnels de nature.

Isabelle et Amar Guillen sont deux photographes spécialisés en photographie sous-marine, animalière et de paysages. Leur aventure photographique commence en 1987 alors qu’ils préparent tous deux un diplôme d’ingénieur en informatique. Les spectacles visuels que leur offrent à la fois les paysages somptueux qui les entourent, et la faune qui les peuplent, constituent leur éternelle source d’inspiration. Cela les a amenés à se consacrer entièrement à leur carrière professionnelle photographique afin de partager leur interprétation contemplative et artistique de la nature. Ils photographient des paysages naturels terrestres et sous-marins ainsi que les créatures qui s’y déploient, depuis ces 15 dernières années, animés par les mystères infinis que cache la nature.

Par le regard photographique qu’ils posent sur la nature, ils s’efforcent de mettre en lumière l’importance de sa conservation. Isabelle et Amar vivent et exposent entre la France et les États-Unis dont la faune, les paysages et les cultures nourrissent leurs œuvres, et ont publié plusieurs ouvrages dont « Lumières et Couleurs de la côte de la Charente-Maritime », « Reflets de la Haute-Saintonge », mais également « Les Secrets de la photo sous-marine ».

Début