Mexique. Mer Caraïbe. Le sardine run des espadons voiliers

Chaque année pendant la saison d'hiver, des courants marins riches en nourriture arrivent de l'Amérique du sud et sont poussés vers le nord vers les rivages de l'île de Isla Mujeres au nord du Mexique. Ces courants attirent d'immenses bancs de sardines. Elles deviennent à leur tour la proie de grands bancs d'espadons voiliers (nom scientifique : Istiophorus albicans).

Apprendre à repérer les bancs de sardines attaqués par les espadons n'est pas facile. Cette technique nécessite un long apprentissage. En effet, il tout d'abord naviguer en mer à environ 20 miles nautique des côtes puis chercher des groupes de frégates (nom scientifique : Fregata Magnificens) qui se nourrissent des sardines trainant à la surface de l'eau. Les frégates sont des oiseaux marins qui ne peuvent pas plonger. Elles doivent rester en vol et en suspension à la surface de l'eau pour capturer les proies laissées par les prédateurs. Mais un groupe de frégates n'est pas la garantie de trouver des espadons. En effet, il peut s'agir de bonites ou de dauphins. Dans ce cas, il n'est pas possible de se mettre à l'eau pour réaliser des photos car ces prédateurs frappent dans les bancs de sardines sans avoir une véritable stratégie. Ils suivent le banc au gré des courants.

Les espadons voiliers opèrent suivant une technique très élaborée. Ils forment une boule avec des sardines; puis ils commencent à tourner autour pour capturer les sardines une à une. Chaque espadon se sert de son rostre pour isoler une sardine du groupe, l'assommer et la manger en la croquant pour enlever le maximum d'écailles. Après le festin, on aperçoit des centaines d'écailles qui scintillent dans l'eau. Ce sont autant de témoignages du repas pantagruélique des prédateurs. Le banc de sardines n'a aucune chance de survivre. Si elles essayent d'aller vers le fond, elles trouvent des espadons qui leur barrent le passage.

Les tours entre les espadons sont parfaitement organisés. Ils mangent chacun leur tour. Nous avons l'impression que les rôles ont été distribués à l'avance et que tout est parfaitement orchestré. La technique est rapide, précise, terriblement efficace. Nous avons souvent eu pitié de ces pauvres sardines qui cherchaient désespérément un abri en dessous de nous. En effet, les espadons n'attaquent jamais les plongeurs. Ils attendent patiemment le bon moment. Pour les sardines, le fait de se cacher quelques instants sous un plongeur est un répit de quelques secondes. Quoiqu'il arrive, le sort en ait jeté.

Cliquez sur chaque vignette pour voir un agrandissement.

  1. Commentaires (0)

  2. Ajouter le votre

Commentaires (0)

Rated 0 out of 5 based on 0 voters
Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?

Je désire recevoir gratuitement le livret de 10 conseils photos pour réussir des photos créatives et intéressantes.

Inscription à la lettre d'information

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir une fois par mois et en priorité nos offres de stages de photo nature à des conditions avantageuses.

Vous recevrez aussi nos dernières chroniques pour créer des photos intéressantes.

Ces informations sont confidentielles et ne seront jamais diffusées.