Article publié le lundi 30 décembre 2013. Écrit par

Notre règle des 10-10-10-30-40 en photographie de nature

Comment réaliser une grande photo qui « qui marquera les esprits » ? Comment font les grands photographes ? Ces questions, nous les entendons comme une rengaine pendant nos voyages photo. Pour y répondre, nous avons fini par établir une quantification que nous avons appelée « la règle des 10-10-10-30-40 ».

Le sardine run des espadons voilier au Mexique.
Le sardine run des espadons voilier au Mexique.

Le matériel photo n’est pas aussi important que certains le pensent

Avec l’avènement de la technologie numérique, les constructeurs de boîtiers ont immédiatement compris l’intérêt de sortir de nouveaux modèles de manière fréquente, mais sans qu’ils soient jamais complètement terminés. Le marketing est tel qu’on finit par croire qu’on a besoin des fonctionnalités qui apparaissent, s’engage alors une course effrénée vers le changement de son matériel comme si chaque nouveauté allait apporter une solution à tous les problèmes de prises de vue que l’on rencontre. Le matériel a son importance, mais il y a des limites à ne pas dépasser. Nous avons rencontré beaucoup de photographes qui pensaient que leur équipement dernier cri leur permettrait de faire la photo du siècle. Grossière erreur!

Le matériel photo numérique a cependant atteint une réelle maturité. Les photographes qui savent se servir correctement de leur boîtier n’ont aucun problème pour réaliser de bons clichés. En 2004, le photographe américain Doug Perrine n’a-t-il pas gagné le prestigieux concours du BBC world life, catégorie sous-marine, avec un simple Canon EOS 60D qu’il possédait depuis plusieurs années ?

Développer son approche photographique

À force de regarder le travail des autres et parce qu’ils ne plongent pas suffisamment, de nombreux photographes oublient leur sensibilité, leur personnalité et essayent de copier ce qu’ils ont vu. Cette approche, même si nous la recommandons souvent car l’inspiration est importante pour progresser, ne suffit pas. Chacun doit développer son style en fonction de ses propres centres d’intérêts, de ses motivations, développer sa propre approche photographique.

Appliquez les techniques photos que vous avez apprises sur la composition, la gestion de la profondeur de champ, les paramètres de l’exposition, la gestion de la lumière, pour créer votre propre univers photographique. C’est celui qui vous permettra d’être reconnu, identifié par les autres quand vous montrerez des photos. Choisissez des thèmes qui vous plaisent plutôt que de vous disperser, et mettez tout en œuvre pour parfaire vos créations. Vous pouvez par exemple aimer la macro en général, ou encore les espèces des pays froids. La plupart des photographes plongeurs évoluent généralement dans un même univers et rencontrent souvent les mêmes sujets ; pourquoi vouloir se spécialiser dans la photographie d’Asie quand 90 % de vos photographies sont créées en Bretagne ?

Le post-traitement des photos est indispensable

Nous pensons qu’il est devenu indispensable aujourd’hui de savoir développer correctement ses photos avec un ordinateur et des logiciels spécialisés. Le développement informatique permet d’ajuster l’exposition, la balance des blancs, le contraste, la lumière, supprimer des particules, recadrer si nécessaire, saturer un peu les couleurs, ajuster la netteté…Toutes ces techniques ont pour objectif de corriger les imperfections créées par les appareils photo numérique qui ne sont pas  calibrés pour réaliser des photographies dans un style particulier.

Chaque domaine photographique possède ses propres codes, notamment en termes d’esthétisme. Le post traitement informatique nous permet simplement de rendre compte de ce que nous avons réellement vus lors de la prise de vue.

Notre propos n’est pas de défendre les techniques de photomontage comme il est de plus en plus pratiqué. Nous avons l’occasion de voir des clichés de sujets découpés puis placés sur des fonds totalement noirs pour être mis en valeur. Pour nous, il ne s’agit plus de « photographie » au sens strict mais de « photographisme ». Cette discipline artistique est née avec l’avènement des logiciels de traitement d’images. Les post traitements informatique ont simplement repris toutes les techniques utilisées en laboratoire du temps de l’argentique. Les nouvelles technologies ont simplement permis de mettre à la portée de tous et d’améliorer l’ergonomie.

Colibri en vol en train de butiner une fleur.
Colibri en vol en train de butiner une fleur.

La chance, le hasard, le destin : le graal indéfinissable

C’est le seul facteur qu’on ne peut pas quantifier, programmer et pourtant il est essentiel pour la réalisation d’un grand cliché. Chance, destin, hasard, chacun le nommera comme il le veut, mais quelle que soit son intitulé, personne, pas même les meilleurs photographes du monde, ne peut l’appréhender. C’est le moment indéfinissable où une scène extraordinaire va se présenter devant l’objectif et que l’on saura la capturer, cet instant mémorable qu’on a attendu peut être pendant des années et dont on va être témoin, cet instant où ces moments qu’on qualifie de « magiques ». Combien de voyages photo avons-nous fait sans que « rien » ne se produise jamais ! Nous ne les comptons plus. D’autres fois, nous avons été récompensés et avons réussi de belles photos.

Toutes les grandes photos sont soumises à ce paramètre « chance », mais nous avons l’habitude de rappeler à nos stagiaires cette lapalissade si connue des joueurs : « 100 % des gagnants ont tenté leur chance ». Gardez cette maxime en tête pour toujours provoquer les moments extraordinaires qui resteront à jamais fixés sur vos images. Imaginez que vous n’ayez qu’un simple compact, que vous assistiez à l’accouplement de requins d’une espèce rare tandis qu’un de vos amis soit en train de photographier des nudibranches à Lembeh Strait, avec un reflex dernier cri. Quelle sera la grande photo ? Sans ce facteur du hasard ou de la chance, il est impossible de faire une photo digne de gagner un concours ou de se faire connaître.

Notre règle des 10-10-10-30-40

Faire une grande photo, demande :

  • 10% de technique,
  • 10% de bonne maîtrise de son matériel,
  • 10% de maîtrise de l’outil informatique,
  • 30% de vision photographique,
  • 40 % de chance.
Cette page a été lue 3651 fois

Si cette page vous a intéressé(e) pouvez-vous lui donner une note (5 étoiles est la meilleure)?
(90 Votes)

  1. Commentaires (5)

  2. Ajouter le votre
This comment was minimized by the moderator on the site

100% d'accord et c'est important de le dire.
Détail: Doug Perrine avait un D60 pas un 60D.
Le Canon EOS D60 est un appareil photographique reflex numérique semi-professionnel de 6,3 mégapixels commercialisé par Canon en mars 2002
Le Canon EOS 60D est un appareil photographique reflex numérique semi-professionnel de 18 mégapixels commercialisé par Canon en septembre 2010.

Ah Canon!!!!!

Philippe Soubirous
This comment was minimized by the moderator on the site

Bonjour,

Je suis d'accord avec cette règle. Mais pour ma part, je la modulerais en mettant l'accent sur quelque chose qui me paraît essentiel : l'expérience photographique.

Je dirais ceci :
30% de technique (10% technique + 10% connaissance du matériel, 10% post-traitement)
70% d' EXPERIENCE PHOTOGRAPHIQUE qui s'applique aux deux critères que sont la vision photographique et la chance (d'accord sur les proportions de ces 2 critères).

La vision photographique s'éduque :
- par des éléments théoriques (règle des tiers, etc.)
- par la fréquentation d'expositions artistiques (pas que photographiques)
- par le visionnement d'images réalisées par d'excellents photographes (images primées aux
grands concours, publications spécialisées, sites particuliers, etc.)
- et par l'expérience personnelle.

Les photos de débutants font rarement preuve de vision. Celles qu'on a failli réussir, mais auxquelles il manquait un quelque chose pour qu'elles soient sublimes, nous apprennent à faire évoluer notre vision au fil du temps et des prises de vue. C'est par la confrontation continuelle de nos réalisations les unes par rapport aux précédentes et par rapport à celles d'autres photographes que nous pouvons progresser toujours davantage. Celui qui prend peu de photos a peu de probabilités de réaliser une image qui sort du lot. D'ailleurs la plupart des grands photographes reconnaissent volontiers avoir pris des centaines, voire des milliers de clichés, pour sélectionner ceux qui vont être choisis pour l'édition d'un livre (par ex. Vincent Munier avec ses loups arctiques).

2) La chance :

D'abord, la chance, on la met de son côté. On la provoque.
Pour reprendre l'exemple de Vincent Munier, il a d'abord fait deux séjours de plusieurs semaines sur la banquise à se geler pour rien, avant d'avoir enfin la chance de rencontrer les loups. Mais peut-être aussi que ces 2 expériences lui ont été utiles pour apprendre à repérer des traces ou pour d'autres aspects qui échappent au grand public dont je fais partie. Et que c'est grâce à ces deux tentatives vaines qu'il a pu réussir dans sa 3e entreprise. Et si les images sont si belles, c'est parce qu'auparavant il avait déjà photographié d'autres espèces (ours, lièvres) au pelage blanc sur la blancheur de la neige.
Ce que la plupart des gens appellent "chance", je la nommerais "persévérance, ténacité, motivation" voire "passion".

Et sans l'expérience photographique, la chance de réaliser une excellente image tombe rarement du ciel. Si, par chance, une lumière exceptionnelle tombait du ciel, quelqu'un qui n'a jamais, ou très peu, joué avec la lumière en photographie ne saurait pas comment réussir sa photo. Et il en va de même, pour toutes les disciplines qu'on peut rencontrer en photographie. Pour réaliser une bonne image animalière, il ne suffit pas d'avoir la chance de repérer un beau spécimen. Encore faut-il savoir l'approcher. Et cette maîtrise-là s'acquiert avec de l'expérience (faite d'échecs préalables).

En y réfléchissant bien, une belle image qui isole un sujet sur un fond flou s'obtient par la maîtrise de la profondeur de champ. Est-ce juste de la technique ? Une question de réglages du boîtier ? Ou l'expérience réitérée de ce type d'images ?

Pour terminer, voici ce que m'inspire l'image exceptionnelle qui illustre très souvent vos newsletters: des flamants sur un plan d'eau comme les notes d'une partition musicale.
Je suis prête à parier qu'un photographe moyen, placé dans les mêmes conditions -quelle chance !- aurait zoomé pour montrer ces beaux oiseaux en plus gros plan. Seules une longue expérience, une fréquentation d'oeuvres photographiques remarquables et une profonde réflexion sur l'art de la photographie ont permis ce recul visionnaire et métaphorique.

Au plaisir de vous lire encore, ce qui me permet aussi de prendre le temps de la réflexion.

margand
This comment was minimized by the moderator on the site

Chère Christiane,

merci pour ce commentaire magnifiquement argumenté et plein de bon sens.
Je suis totalement d'accord avec tout ce que tu dis. C'est une autre manière de voir les choses.
Tout ce que tu dis est vrai. Nous appliquons la plupart de ces méthodes à notre propre travail artistique.

Quel plaisir de lire une telle argumentation.
Vivement de te revoir pour discuter de nouveau.

Amar Guillen
This comment was minimized by the moderator on the site

Bonjour

Je suis d'accord sur cette règle mais le facteur chance ne sert pas si les 60 % ne sont pas maitrisés.
La technique, le regard et l'analyse de la scène sont primordiaux.

Que dire d'une photo avec un sujet, un environnement top si le cadrage est loupé , ou l'exposition ratée.

Sans vous tresser des lauriers nos échanges lors des stages m'ont permis d'appréhender un certain nombre de points qui me permettent de bien mettre les sujets en valeur.

Pascal Michaux
This comment was minimized by the moderator on the site

Cher Pascal,

je vois que ton commentaire rejoint celui de Christiane.
Je ne peux être que d'accord avec toi.

Je suis heureux de te revoir pendant le stage du brame cette année. Nous aurons encore des belles discussions passionnées sur ce sujet inépuisable.

Amar Guillen
Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Début

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

    Réseaux sociaux/Vidéos

    Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

    Autres cookies

    Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

    Activation

    Fields cannot be empty
    contact@guillenphoto.com , tk=(Cd8c0097e92b0962e572f6a06255a0e010e858ace209cb0731d78A)