Photographier le gorgebleue à miroir en Charente-Maritime

Chaque année, c’est avec impatience que nous attendons la fin du mois d’avril et le début du mois de mai en Charente-Maritime dans le sud-ouest de la France. En effet, c’est le moment de photographier le gorgebleue à miroir en train de chanter. Il est capable d’imiter de nombreux chants d’oiseaux comme le pouillot véloce, la mésange charbonnière ou encore l’hirondelle rustique. C’est un passereau qui possède une esthétique naturelle très intéressante pour un photographe animalier.

Depuis 3 ans, nous passons plusieurs matinées à l’affût pour photographier cet oiseau aussi appelé le « rossignol de Suède ».

Un gorgebleue à miroir mâle en train de chanter dans une zone humide de la Charente-Maritime.
Un gorgebleue à miroir mâle en train de chanter dans une zone humide de la Charente-Maritime.

Un passereau migrateur

Le gorge bleue à miroir (nom scientifique : Luscinia svecica namnetum) est un petit passereau migrateur qui revient en Charente-Maritime au mois de mars pour se reproduire. Il s’établit essentiellement dans les prés salés, les marais salants mais aussi dans des champs de colza. Il arrive entre la mi-mars et la mi-avril depuis l’Afrique du nord. Les gorgebleues à miroir de la Charente-Maritime repartent au mois de septembre.

C’est un petit oiseau qui pèse entre 14 et 23 grammes. Malgré ce petit poids, il est capable d’effectuer des migrations de nuit à des vitesses de déplacement de 40 à 100 km par jour.

Une espèce protégée en France

En France, il est totalement protégé. Il est interdit de le capturer, de l’enlever ou encore de le perturber intentionnellement ou d’altérer son milieu. Comme les nids sont construits au ras du sol dans des zones humides, il faut absolument éviter de marcher sur les zones de reproduction de peur d’abîmer des nids. C’est pour cette raison qu’avant de les photographier, il est nécessaire d’effectuer des repérages pour observer où sont les nids et rester à bonne distance pour réaliser les photos. Lors de nos repérages, nous prenons toujours beaucoup de précautions : nous étudions le terrain avec nos jumelles pour voir où sont les nids potentiels. Nous ne nous aventurons jamais dans les zones sauvages de peur d’abîmer un nid sous nos pas.

Un passereau très esthétique et passionnant à observer

Le mâle possède une large bavette bleue avec une pointe de blanc ou de roux selon la sous-espèce. C’est surtout lui qui est le sujet principal des photographes. La femelle possède aussi un plastron mais il est blanc-grisâtre, sans miroir. Elle est beaucoup moins intéressante car elle ne chante pas et elle manque de couleurs.

En temps ordinaire, le gorgebleue à miroir est un passereau qui passe inaperçu. Mais le mâle possède un comportement assez extraordinaire. Déjà, il arrive toujours en avance de quelques jours sur les zones de reproduction. Il prend alors possession d’un territoire qui peut atteindre plusieurs centaines de mètres carrés. Puis, il va le défendre âprement contre ses concurrents. C’est pendant cette période qu’il va se percher sur les hautes branches de petits arbustes pour chanter. Ces chants mélodieux peuvent durer toute la journée. Parfois, ils s’accompagnent aussi d’une parade nuptiale pour charmer les belles.

Le chant du mâle gorgebleue à miroir est très varié avec un répertoire de sons très agréables à écouter. Les sons métalliques se succèdent, suivies de phrases musicales répétées. Souvent, il intercale dans ses vocalisations des imitations de chants d’autres oiseaux.

C’est lorsqu’il chante que le mâle est le plus beau et que les photographes réalisent les plus beaux clichés. Lorsque la femelle a pondu ses œufs dans un nid qui est très proche du sol, les chants s’arrêtent. Lorsque les poussins naissent, les deux adultes vont s’occuper de la couvée.

L’avantage avec ce passereau, c’est qu’il y a une seconde couvée vers le mois de juin. Les chants reprennent alors. Les opportunités de belles photos deviennent de nouveau possible.

Un gorgebleue à miroir mâle dans une zone humide de la Charente-Maritime.
Un gorgebleue à miroir mâle dans une zone humide de la Charente-Maritime.

Le choix de la scène est difficile

Même si c’est un passereau facile à photographier quand  il est toujours haut perché et qu’il chante, il n’en demeure pas moins que réaliser une belle photo est difficile. En effet, la scène doit être choisie avec soin : l’arrière-plan doit être dégagé ou homogène. Les branches où le gorgebleue va se poser ne doivent pas être cassées ou abîmées.

La difficulté pour photographier le gorgebleue à miroir est le choix de son environnement. En photographie d’oiseaux, nous essayons toujours d’avoir les plus beaux Bokeh possibles. Cette technique consiste à flouter le maximum de la scène pour ne conserver que le sujet net et ainsi le mettre en valeur. Mais un beau flou de l’objectif doit s’accompagner d’un beau dégradé de tonalités. Quand on la chance d’avoir un fond vert uni flou ou un fond jaune constitué par exemple d’un genêt, il faut en profiter.

L’autre difficulté est la position par rapport au soleil. La photographie animalière repose sur un grand principe : avoir l’éclat de la lumière dans l’œil du sujet. Le gorgebleue à miroir ne déroge pas à la règle. Pour réussir un bon cliché, l’éclat dans l’un des yeux de l’oiseau doit être visible. Il faut donc trouver une bonne position pour avoir le soleil dans le dos ou sur le côté.

Le choix de l’environnement pour mettre en mettre en valeur le sujet et le choix de la lumière pour avoir l’éclat dans l’œil sont les deux principales difficultés auxquelles va se heurter le photographe animalier pour réussir une bonne photo.

Une autre astuce que nous utilisons est de privilégier toujours le matin pour nos photos. La lumière est souvent meilleure pour donner le plus de texture au plumage. C’est aussi à ce moment de la journée que les contrastes sont les meilleurs. Nous avons aussi constaté que l’activité des passereaux était la plus intense.

Finalement

Le gorgebleue à miroir est un magnifique passereau à photographier et à observer en Charente-Maritime. Le choix d’un bel environnement est essentiel pour le mettre en valeur lorsque le mâle chante pour séduire les femelles. Pourtant la disparition progressive des zones humides le long du littoral met en danger cette espèce. Heureusement que le département de la Charente-Maritime a créé des zones protégées où ce magnifique passereau peut venir se reproduire en paix. Les photographes doivent participer à cet effort en respectant ces zones et rester à distance pour les photographier.

Un gorgebleue à miroir mâle en train de chanter dans une zone humide de la Charente-Maritime.
Un gorgebleue à miroir mâle en train de chanter dans une zone humide de la Charente-Maritime.

Un gorgebleue à miroir mâle en train de chanter dans une zone humide de la Charente-Maritime.
Un gorgebleue à miroir mâle en train de chanter dans une zone humide de la Charente-Maritime.
Un gorgebleue à miroir femelle dans une zone humide de la Charente-Maritime.
Un gorgebleue à miroir femelle dans une zone humide de la Charente-Maritime.
  1. Commentaires (0)

  2. Ajouter le votre
Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?

Je désire recevoir gratuitement le livret de 10 conseils photos pour réussir des photos créatives et intéressantes.

Inscription à la lettre d'information

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir une fois par mois et en priorité nos offres de stages de photo nature à des conditions avantageuses.

Vous recevrez aussi nos dernières chroniques pour créer des photos intéressantes.

Ces informations sont confidentielles et ne seront jamais diffusées.