Pourquoi bien gérer l’espace négatif en photographie de nature

Dans une photographie, l’espace négatif est un élément essentiel car il permet de mieux mettre en valeur les sujets ou les centres d’intérêts. Une bonne gestion et une bonne maîtrise de l’espace négatif permet d’améliorer non seulement la lecture d’une photographie mais aussi la transmission du message suggéré par le photographe.

L'espace négatif en photographie sous-marine

L'espace négatif dans cette photo est constitué par le corail autour de la blennie. Dans ce cas précis, l'espace négatif est l'environnement du poisson.

Espace positif et espace négatif

L’espace positif dans une photographie est l’espace dans lequel on trouve tous les éléments photographiques actifs. Ce sont ces éléments qui une fois en relation vont créer une composition harmonieuse comme nous l’avions décrit dans cet article.

L’espace négatif en opposition avec l’espace positif est l’espace dans lequel on trouve tous les éléments non actifs.

Le choix d’une cohabitation harmonieuse entre les deux espaces peut aussi venir renforcer la définition du cadrage comme nous l’avions vu dans un article précédent.

De nombreux photographes ont du mal à identifier les différents espaces. Pour pallier à ce problème, ils remplissent l’image avec tous les éléments possibles au détriment d’une bonne compréhension de la photo. Le message qu’ils veulent faire passer devient totalement inaudible.

Souvent les photographes pensent qu’une photographie quasiment vide montre un manque de créativité. C’est bien souvent le contraire car la maitrise de l’espace négatif demande des années de pratique et une grande expérience. Personnellement, c’est à la quantité d’espace négatif d’un cliché que nous jugeons la qualité d’un ou d’une photographe.

Comment identifier l’espace négatif d’une photographie

L’espace négatif peut être constitué par du vide, il se confond alors avec l’arrière-plan.

L’espace négatif peut être est le vide autour des éléments photographiques. Par exemple, le vide entre deux arbres fait partie de l’espace négatif.

D’une manière générale l’espace négatif peut être identifié par tous les éléments photographiques qui ne sont pas des éléments actifs. Par exemple pour une photographie animalière d’un cerf, l’espace négatif peut être un bois ou une prairie. Pour une photo sous-marine d’une blennie, l’espace négatif peut être l’éponge dans laquelle elle vit.

En photographie animalière sous-marine ou terrestre, l’espace négatif est souvent ce que l’on appelle l’environnement de l’animal.

Mais attention l’espace négatif ne remplace en aucun cas le premier plan s’il existe ou l’arrière-plan. Dans certains cas, il peut se confondre avec ces deux éléments photographiques.

Mais les différentes composantes d’une photographie sont toujours le premier plan, l’arrière-plan, les éléments photographiques actifs et l’espace négatif.

L'espace négatif en photographie animalière

L'espace négatif dans cette photo est constitué par le lac gelée autour de l'oie du canada. Nous avons choisi la technique de la silhouette et isoler le sujet avec de grands espaces pour mettre en valeur l'animal.

L’espace négatif  est un élément à part entière d’une photo

Lorsqu’un photographe compose une photographie, il choisit son point de vue comme nous l’avons décrit dans cet article. Ensuite, il choisit les éléments qui vont apparaitre dans la scène. Enfin, il choisit son cadrage comme nous l’avons décrit dans ce blog.

Une photographie se compose d’éléments photographiques comme l’arrière-plan (cliquez ici pour l'article consacré à ce sujet), le premier-plan, les centres d’intérêts et l’espace négatif. Ces 4 éléments vont créer l’harmonie et transmettre le message du photographe car ils constituent un ensemble. Une personne qui regarde une photo ne regarde jamais les détails pour s’y intéresser. Sa première réaction concerne uniquement l’ensemble. C’est ainsi que fonctionne le cerveau humain. La recherche de détails vient ensuite dès que le message global a été compris. Le cerveau va rechercher des détails pour affiner la compréhension.

C’est pour cette raison essentiel que les 4 éléments que nous venons d’évoquer doivent être cohérents et bien choisis.

L’espace négatif est une partie importante de la photo car un mauvais choix peut provoquer un déséquilibre et nuire totalement à la lecture du message.

Renforcer les éléments photographiques actifs

Un photographe de nature doit se servir de l’espace négatif pour mettre en valeur les centres d’intérêts soit par contraste de lumière, soit par contraste de couleur.

L’espace négatif permet de mettre en valeur les formes d’une photo. Par exemple, quand on réalise une photo d’un animal, sa forme, ses muscles, ses attributs seront bien mis en valeur si le photographe parvient à créer de l’espace autour de lui. Si le plan est trop serré, le sujet ne sera pas mis en valeur.

Un photographe qui veut s’appuyer sur l’espace négatif pour renforcer les éléments actifs d’une photo s’appuie sur l’espace qui les entourent pour fournir la forme et le sens.

Créer des séparations

Un photographe qui a l’expérience d’une bonne gestion des espaces négatifs peut créer des séparations dans une scène ou même des transitions entre les lumières. C’est une technique essentielle pour magnifier des sujets principaux.

La séparation et la transition permettent de mieux diriger le regarder vers les centres d’intérêts d’une photo et ainsi assure la délivrance d’un message plus clair.

Faire respirer les sujets essentiels

L’espace négatif a pour principal but de faire respirer l’espace positif. Le photographe doit aménager des portes de sortie ou des espaces de dégagement autour des centres d’intérêts pour mieux les mettre en valeur et donner du souffle et de la vigueur à la photographie. Plus la scène est aérée, plus l’ensemble de la composition est identifiable et plus le regardeur sera intéressé par la photo. Il faut éviter de bloquer les centres d’intérêts dans des espaces confinés qui bloquent la lecture.

Ne pas hésiter à supprimer de la scène de l’espace positif

Si pour une photographie, il devient difficile de mettre en valeur l’espace négatif car l’espace positif avec les éléments actifs prend trop de place, il ne faut hésiter à réduire cet espace positif. Il suffit de sélectionner les éléments actifs les plus importants pour mieux les faire respirer. La photographie aura plus d’impact et trouvera un meilleur équilibre. Comme nous l’avons déjà souligné, de nombreux photographes pensent qu’une photographie est une malle dans laquelle, il faut ranger le maximum d’objets pour gagner de la place. C’est une erreur fondamentale car le cerveau humain a besoin d’identifier rapidement la scène. Il détricote la scène en allant vers les détails dans un second temps. Si le premier regard est manqué, le regardeur n’ira pas plus loin.

Pensez bien à réduire l’espace positif si cela est nécessaire.

L'espace négatif en photographie de paysage

L'espace négatif dans cette photo est constitué par les espaces que nous avons créé sur le côté du rocher. Cette technique nous permet d'aérer la scène en faisant respirer la composition.

Finalement

Un photographe de nature se doit de bien comprendre ce que représente l’espace négatif d’une photographie. C’est un élément photographique à part entière au même titre que le premier plan, l’arrière-plan, les centres d’intérêts. L’espace négatif permet de mettre en valeur les formes grâce à du vide ou alors par contraste de lumière ou de couleur.

Si une photographie de nature ne semble pas harmonieuse ou équilibrée, c’est que son espace négatif a été mal géré.

 

Si vous aimez cette chronique, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire en utilisant le formulaire du bas de page ou en la partageant via les réseaux sociaux.

Tous les 100 commentaires, nous effectuons un tirage au sort du meilleur texte et nous envoyons un beau livre en cadeau.

En vous inscrivant à notre newsletter, vous recevrez une fois par mois des nouvelles de notre site.

 

 

Des places sont encore disponibles pour ces stages photo



Nos stages de photo animalière, de photo sous-marine ou de photo paysage sont des moments privilégiés pour apprendre la photographie quel que soit votre niveau. Nos formations en photographie animalière, en photographie de paysage ou en photographie sous-marine sont basées sur une méthode unique : ACAPN. Nous partageons notre savoir-faire photographique afin d’ouvrir des nouvelles portes créatrices aux autres photographes.

Tous les stages de photo de nature pour l'année 2018 sont complets : Mexique, Ethiopie, Roumanie, Etats-Unis, Egypte, affûts flottants dans la Dombes, brame du cerf.

Les dates pour les stages photo de 2019 vont bientôt être publiées en ligne. Si nos stages vous intéressent, contactez-nous par email.

 

 

 

N'oubliez pas de vous abonner à notre newsletter :

captcha

 

Nous contacter

Si vous souhaitez plus d'informations, remplissez ce formulaire. Nous reviendrons vers vous dès que possible.

captcha

 

Nouveautés du site



Les nouveautés du site concernent des actualités relatives à notre travail de photographes professionnels animaliers, de photographes professionnels sous-marins et de photographes professionnels de paysages. Notre blog de photographie professionnelle est destiné aux photographes souhaitant s’ouvrir de nouvelles portes créatives en photographie de nature.


 

 

Amar et Isabelle Guillen. Photographes professionnels de nature.

Nous sommes fascinés et passionnés par les beautés de la nature. Nous aimons contempler les paysages et observer les animaux sauvages que ce soit sur terre ou sous l'eau.

Nous avons choisi de devenir photographes professionnels pour partager et témoigner des émotions que nous ressentons quand nous observons la nature qu’elle soit terrestre ou sous-marine. Notre objectif est de créer de l’art avec nos photographies. Nous essayons toujours de transformer le banal en une interprétation contemplative et artistique.

Nous sommes photographes professionnels animaliers, photographes professionnels de paysages et photographes professionnels sous-marins. Nous nous efforçons aussi de documenter la nature avec un œil orienté vers la conservation et l’éducation.

Nous réalisons des tirages d’art à partir des photographies artistiques. Ces tirages d’art sont en vente sur notre site web. Nous réalisons des expositions pour montrer toute la beauté et l'incroyable richesse de la nature qui nous entoure.

Nous aimons aussi partager notre amour pour les beautés de la nature avec d'autres photographes. Afin de communiquer notre savoir-faire et pour échanger nos techniques ainsi que nos points de vue, nous organisons des stages de photo animalière, des stages de photo sous-marine et des stages de photo de paysages. Nous regroupons ainsi des personnes qui ont la même passion que nous pour les belles photos prises dans la nature.

Liste des participants qui ont commenté cet article

  • Odile Moulin
  • Odile Moulin

    Bonsoir Amar ,
    Je suis votre travail depuis 2007 rencontre à l'anse à l'âne en Martinique ...La photo du rocher me fait penser à un photographe havrais dont j'ai vu ces photos exposées à l'espace de la calende à Rouen .Je vous invite à regarder son site Olivier Desclos espace de la calende .
    Bonne continuation
    Odile

    0 Raccourci URL: Répondre

Ajouter votre commentaire

Ecrire un commentaire en tant qu'invité

0
komento

Je désire recevoir gratuitement le livret de 10 conseils photos pour réussir des photos créatives et intéressantes.

Inscription à la lettre d'information

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir une fois par mois et en priorité nos offres de stages de photo nature à des conditions avantageuses.

Vous recevrez aussi nos dernières chroniques pour créer des photos intéressantes.

Ces informations sont confidentielles et ne seront jamais diffusées.