Pourquoi il faut du temps pour créer une photo d’art

Lorsque nous créons des photographies artistiques, nous effectuons un acte délibéré, conscient, réfléchi en poursuivant des buts précis. C’est un travail minutieux avant les sessions de prises de vues, pendant et après. La création d’une collection de photographies d’art nécessite du temps, de la patience et de l’abnégation.

Payage de Caddo Lake au Texas. Cyprès chauve.
Paysage de Caddo Lake au Texas. Cyprès chauve.

Le temps de la réflexion

En ce qui nous concerne, la première étape pour créer une collection de photographies artistiques est de définir le thème que l’on va choisir. Nous choisissons des thèmes qui vont traduire nos émotions. Mais ils peuvent aussi concernés des messages que nous voulons transmettre.

Durant cette phase de réflexion, la recherche s’effectue dans notre maison. Nous parcourons tous les livres d’art dont nous disposons. Nous parcourons beaucoup les sites web sur internet afin de voir ce qui a déjà été fait et comment. Nous utilisons aussi beaucoup le dictionnaire pour mettre des mots exacts pour définir notre projet et ainsi éviter des contre sens. Notre description doit être aussi précise que possible.

Une fois que les lignes directrices de nos collections ont été définies, nous commençons à penser concrètement à des photos potentielles que nous allons pouvoir réaliser. Nous dessinons sur du papier de petits croquis très sommaires avec des cadrages et des compositions de scènes de nature. Avec tous ces éléments nous avons une idée précise de ce que nous voulons créer.

A ce stade du projet, nos préoccupations sont toujours d’ordre artistique. Nous ne pensons pas au marketing ou aux actions commerciales. Ce sont des étapes qui arriveront bien plus tard lorsque les produits seront terminés. Nous sommes des photographes professionnels. Nous vivons au quotidien de la vente de nos œuvres. Mais l’acte de création est toujours à la base de tout projet que nous entreprenons.

Le temps des prises de vues

Cette étape assez paradoxalement est la plus aléatoire et la plus étrange. La première étape, le temps de la réflexion s’effectue toujours chez nous bien au chaud dans des conditions confortables. Après cette phase tout est théoriquement parfait.

Une fois que nous sommes sur le terrain, rien ne se passe jamais comme prévu. Par exemple, les conditions météo peuvent être différentes de celles que nous avions prévues. Dans le cas de projets animaliers, les animaux peuvent être absents. Dans le cas de projets sous-marins, les courants peuvent être violents et la visibilité peut être calamiteuse.

Par expérience, nous savons que rien ne se passe jamais suivant les plans établis même si les aléas ont été prévus. Nous devons toujours nous adapter aux conditions.

Lorsqu’une scène correspondant à l’une des photographies que nous voulions créer se présente, nous nous arrêtons. Nous prenons toujours un peu de temps pour sentir l’ambiance et pour être certain que c’est ce que nous voulions. Ensuite, nous installons notre matériel. Puis nous analysons la direction de la lumière. Nous passons du temps à choisir le bon point de vue, le cadrage et la composition. Il se passe bien souvent de longues minutes avant la première photo. Pour nous, la mise en place sur le terrain nécessite du temps. C’est la condition essentielle pour réaliser une bonne photo. Tous ces choix doivent permettre de saisir le moment précis nécessaire à la photo que nous avons en tête. Nous savons toujours ce que nous voulons créer.

Pour une même scène, nous allons réaliser plusieurs photos ; parfois même des dizaines. Nous faisons varier les points de vue, les cadrages et les compositions.

Souvent comme les conditions dans la nature changent rapidement, nous nous arrêtons car la lumière ne correspond plus à celle que nous voulions.

Finalement, nous photographions très peu de scènes pendant une session photographique. Chaque scène sera photographiée de multiples fois mais nous ne conserverons qu’une seule photo. Souvent, comme les conditions dans la nature ne sont pas satisfaisantes, nous revenons une ou deux fois pour refaire les prises de vues.

Nous n’avons pas d’échelle quant au nombre de clichés réalisés pendant un voyage. Par exemple, pour un voyage qui va durer 6 jours sur le terrain, nous pouvons effectuer 500 ou 600 photos mais nous n’en conserverons que 8 ou 9 car elles correspondent aux scènes que nous voulions pour retranscrire nos messages.

La création d’une photo sur le terrain est très chronophage et très énergivore. Pour nous les budgets financiers sont très importants. Nous devons toujours planifier les dépenses afin de savoir si c’est viable ou non.

Le temps du développement

Une fois que les sessions en milieu naturel sont terminées, nous rentrons chez nous.

Le tri des photographies techniquement mauvaises a déjà été effectué pendant le voyage. A notre retour, toutes les photos ont été sélectionnées, triées et organisées. Nous effectuons les sauvegardes sur des disques externes. Nous allons laisser le projet mûrir. Nous allons attendre plusieurs semaines, plusieurs mois ou même une année avant de commencer le développement. Le temps est très variable et dépend si ce sont des projets pour des clients ou alors des projets personnels.

La règle que nous sommes fixés est d’oublier ce que nous avons vécu pour mieux retranscrire nos émotions et nos messages. L’expérience nous a montré qu’un développement « à chaud » ne donnait jamais de bons résultats.

Une fois que nous nous sentons prêts, nous passons à la phase de l’editing. Les photos les plus appropriées à notre collection et à notre démarche artistique vont être sélectionnées. Puis nous développons.

Le temps du développement varie aussi beaucoup. Il dépend de la complexité de la photo.

Le temps de la mise en valeur

Lorsque nos photographies ont été développées sur l’ordinateur, nous choisissons le papier qui sera le plus adapté au rendu des tonalités choisies. C’est une étape complexe et difficile. Il nous a fallu du temps et beaucoup de mauvaises expériences pour apprendre à connaître les différents papiers.

Nous avons beaucoup expérimenté dans notre bureau avec une imprimante professionnelle. Mais nous avons la chance de rencontrer d’excellents tireurs travaillant dans les différents laboratoires qui sont nos partenaires. Ces spécialistes de l’impression sur papier nous ont expliqué toutes les subtilités des papiers et des encres. Même si nous ne sommes pas des experts, nous avons développé des compétences qui nous sont fort utiles.

Une fois que les photos imprimées ont été reçues, nous choisissons les encadrements pour nos collections. Nous collaborons aussi avec des sociétés spécialisées dans ce domaine. Ces experts vont nous trouver les produits les plus adaptés à nos œuvres.

Finalement, après cette dernière étape, la photographie fine art ou la collection de photos d’art est terminée. Nous pouvons passer à la phase de marketing et de commercialisation.

Finalement

La création d’une photographie artistique est très chronophage et très énergivore. Les budgets financiers sont parfois conséquents. Ce sont pour toutes ces raisons qu’une belle photo d’art qui vous fait rêver a un prix d’achat élevé. Nous pensons que c’est le prix pour avoir des œuvres de qualité.

  1. Commentaires (0)

  2. Ajouter le votre

Commentaires (0)

Rated 0 out of 5 based on 0 voters
Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?

Je désire recevoir gratuitement le livret de 10 conseils photos pour réussir des photos créatives et intéressantes.

Inscription à la lettre d'information

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir une fois par mois et en priorité nos offres de stages de photo nature à des conditions avantageuses.

Vous recevrez aussi nos dernières chroniques pour créer des photos intéressantes.

Ces informations sont confidentielles et ne seront jamais diffusées.