Pourquoi créer des photographies en high key et en noir et blanc – 2ème partie

Photographie en high key et en noir et blanc d'un lionceau au Kenya.
Photographie en high key et en noir et blanc d'un lionceau au Kenya.

Le choix d’une scène pour une photographie en high key

Notre expérience nous a montré que les scènes minimalistes sont les mieux adaptées à la technique du high key.

Par exemple, les oiseaux qui volent dans le ciel sont des sujets parfaits. Les mammifères conviennent aussi à condition que l’environnement ne soit pas trop touffu.

La règle essentielle est de choisir un arrière-plan qui n’est pas distrayant pour les yeux d’un observateur. Cela signifie que les tonalités de l’arrière-plan doivent être à peu près identiques. Par exemple, il vaut mieux éviter un arrière-plan possédant des ombres très profondes. Il vaut mieux choisir un fond avec des zones très claires ; ainsi au post traitement il sera facilement de créer un effet high-key. Mais si cette solution idéale est difficile à trouver mieux vaut s’assurer que les tonalités sont homogènes.

Une fois que l’arrière-plan a été choisi, il faut le surexposer de 1 ou 2 EV de lumière. Il suffit d’utiliser la mesure de lumière du boîtier pour effectuer ce calcul. Mais attention de ne pas le brûler : il faut utiliser l’histogramme pour effectuer ce contrôle. Nous n’entrerons pas des détails techniques de mesure de la lumière car ce n’est pas le but de cet article. Si vous utilisez le mode priorité à la vitesse, surexposer en modifiant l’ouverture. Si vous utilisez le mode priorité à l’ouverture, surexposer en modifiant la vitesse par compensation. En mode manuel, vous pouvez modifier l’un ou l’autre en fonction de la scène.

L’écran LCD ne doit pas être utilisé pour contrôler la lumière. Seul l’histogramme fait foi. L’écran ne permet que de vérifier le cadrage et la composition de la scène. Pour une photographie en high key, la majeure partie de l’histogramme doit se située à droite sans pour autant toucher le côté droit. Si tel est le cas, vous avez brûlé les hautes lumières.

Une fois que le sujet et la scène ont été choisis, il faut bien étudier la lumière. Elle doit avoir un niveau élevé de manière à gommer tous les détails de l’arrière et en préservant ceux du sujet photographié. C’est un véritable challenge.

Surexposer ne signifie pas brûler la photo

La technique du high key consiste à créer une photographie avec beaucoup de zones claires et très peu de zones d’ombre. A la prise de vue, il faut donc volontairement sur exposer la photo. Une photo surexposée possède encore des détails dans les zones claires. Une photo est dite brûlée lorsque les détails disparaissent dans ces zones. Il est important pour un photographe de conserver cette idée en tête.

La photographie doit être claire, presque blanche avec seulement quelques reliefs ou détails importants plus foncés qui sont mis en évidence.

Photographie en high key et noir et blanc de deux spatules blanches en Dombes.
Photographie en high key et noir et blanc de deux spatules blanches en Dombes.

Les scènes idéales pour un photo en high key

Souvent pour une photographie en high key, le premier décor qui vient à l’esprit est un décor enneigé. Effectivement, c’est un excellent choix car un animal se déplaçant sur la neige donnera une scène peu contrastée, avec peu d’ombres et des tonalités claires. Il suffit comme nous l’avons dit précédemment de surexposer un peu l’arrière-plan et de réaliser une bonne mesure de la lumière sur l’animal. Avec un peu de post traitement, la neige pourra encore être surexposée pour donner un effet irréel et onirique.

Le second décor privilégié pour cette technique ce sont les oiseaux en vol dans les ciels. Avec une mesure de lumière pour exposer correctement les plumages, on arrive à ce que le ciel devienne être surexposé. Les ciels sont de parfaits arrière-plans pour les scènes high key.

Mais les scènes faites de sable de ou savane sont aussi très bonnes. Lors de la surexposition, nous allons retrouver des détails dans les décors mais ce n’est pas gênant. L’effet est même artistique. Il suffit de se souvenir d’avoir le minimum de contraste.

Le post traitement est indispensable

Comme nous l’avions décrit dans cet article, le développement ou post traitement d’une photographie est indispensable si une approche artistique est choisie. Pour obtenir des photographies d’art en high key avec beaucoup d’impact, le développement est obligatoire.

Tout d’abord, nous recommandons de photographier en mode RAW car il est possible de modifier facilement l’exposition. C’est beaucoup plus difficile et plus incertain en mode JPEG.

De plus le mode RAW permet d’ajuster la balance des blancs au développement. Ce qui n’est pas possible en JPEG.

La plupart des logiciels de développement de photos permettent de facilement créer des photos high key. Il suffit d’augmenter l’exposition sans brûler les hautes lumières. L’histogramme dans le logiciel de développement ne doit pas toucher la partie droite du rectangle. Il faut conserver des détails. Une photo brûlée ne sera pas imprimée correctement car l’imprimante laissera des traces blanches où elle ne peut pas appliquer d’encre.

Après avoir surexposée légèrement, il suffit de désaturer les couleurs de la photographie. Ensuite, on refroidit un peu la température des couleurs.

Photographie en high key et noir et blanc de cygnes tuberculés en vol.
Photographie en high key et noir et blanc de cygnes tuberculés en vol.

L’utilisation du noir et blanc : un complément intéressant

Le noir et blanc est une autre technique créative en photographie artistique. Le fait de l’utiliser avec la technique du high key est complémentaire. Le noir et blanc vient renforcer de manière significative le style artistique du photographe.

Ces deux techniques produisent des images éthérées et très oniriques qui provoquent le questionnement d’un observateur.

Nous utilisons beaucoup ce mariage dans nos photographies car il correspond aux photographies que nous aimons créer.

Nous insistons sur ce dernier point car le high key est avant tout une technique ou encore un outil pour un photographe animalier. Mais cet outil doit être au service de la vision du photographe. Ce n’est pas un effet de mode. Ce n’est pas parce que certains photographes l’utilisent qu’il faut la mettre en œuvre. Elle doit correspondre à votre état d’esprit, à votre manière d’être. Si ce n’est pas le cas, vous ne réaliserez pas de bons clichés en high key car ce ne sera pas votre sensibilité.

Essayez cette technique sur le terrain. Imprimez quelques clichés. Laissez vous emporter par la magie du rêve. Si vous n’arrivez pas à vous évader en regardant vos photos, oubliez le high key. Il n’est pas fait pour vous. Vous serez plus tenté par le low key comme nous le verrons dans un prochain article.

Finalement

La technique du high key en noir et blanc en photographie animalière permet de créer des photographies artistiques qui ont beaucoup d’impact. Elle permet de réaliser des photos d’art éthérées et oniriques. C’est une technique complexe qui demande beaucoup de recherche et de pratique. Elle permet d’affirmer le style photographique d’un photographe. Pour nous, elle fait partie de notre panoplie pour créer des photographies d’art pour nos collections « autour de l’esprit » ou « autour du monde ».

  1. Commentaires (0)

  2. Ajouter le votre

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?

Je désire recevoir gratuitement le livret de 10 conseils photos pour réussir des photos créatives et intéressantes.

Inscription à la lettre d'information

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir une fois par mois et en priorité nos offres de stages de photo nature à des conditions avantageuses.

Vous recevrez aussi nos dernières chroniques pour créer des photos intéressantes.

Ces informations sont confidentielles et ne seront jamais diffusées.