Pourquoi le sujet n’est pas le propos d'une photo artistique - 1

Lorsque nous créons une photographie artistique de la nature, l’important n’est pas la scène que nous avons devant les yeux. Ce qui est important que ce sont les conséquences induites qu’elle produira sur ceux qui vont la regarder. Une photographie artistique est avant tout créée par l’état d’esprit de l’artiste photographe.

Le sujet de cette photographie artistique d'un jeune gélada n'est pas essentiel. Les conséquences de l'interprétation de cette photo est le but final de cette création.
Le sujet de cette photographie artistique d'un jeune gélada n'est pas le propos. Les conséquences de l'interprétation de cette photo est le but final de cette création.

Traduire des émotions, transmettre des messages

Quand nous créons une photographie artistique d’un paysage terrestre ou sous-marin, d’un animal terrestre ou sous-marin, nous ne nous attachons pas à sa représentation. Nous ne nous attachons pas aux choses telles qu’elles sont mais à ce qu’elles peuvent représenter en termes d’émotions ou de sentiments.

Par exemple, lorsque nous regardons un arbre, nous ne voyons pas un végétal mais nous voyons le témoin du temps. Pour nous une cascade symbolique le temps qui passe. Certaines formations géologiques photographiées avec des reflets représentent des paradis oubliés.

Pour nous, la plupart de nos photographies artistiques sont avant tout symboliques.

Nous photographions toujours pour nous exprimer, transmettre à ceux qui vont regarder nos œuvres, nos émotions et nos sentiments. La photographie artistique est un formidable moyen d’expression comme nous l’avions écrit dans cet article.

Nous pensons qu’avant d’entreprendre une série de photos, il est important d’imaginer ce que l’on va créer. Si nous arrivons sur une scène sans idées préconçues, nous ne sommes pas capables de créer des photographies intéressantes.

La destination ou l’espèce animale n’a pas d’importance

Lorsque nous voyageons loin de chez nous pour créer des photographies artistiques pour créer de nouvelles collections ou pour enrichir des collections existantes, nous ne choisissons pas les lieux ou les espèces parce qu’ils sont lointains ou exotiques.

Nous faisons ces choix parce qu’ils correspondent à ce que nous cherchons pour montrer nos émotions ou ce que nous ressentons.

Par exemple, dernièrement nous sommes allés photographier des signes gelada dans les montagnes du nord de l’Ethiopie. Cette espèce animale est pour nous celle qui caractérise au mieux l’anthropomorphisme. Si nous avons fait ce voyage ce n’était pour prendre l’avion et pour aller à la rencontre des Ethiopiens que nous adorons mais bien pour réaliser les photos correspondant à notre vision.

Les sujets photographiés sont des sources d’inspiration

Depuis notre transition de la photographie descriptive et illustrative vers la création de tirages d’art, nous avons compris un fait essentiel. Les sujets ou les scènes que nous photographions ne sont pas des buts de nos photographies. Ils sont notre source d’inspiration. Même si nous les mettons correctement en scène en choisissant soigneusement les cadrages et les compositions, l’équilibre des masses, notre but ultime est de nous servir d’eux pour partager nos sentiments et nos émotions.

Pour parvenir à cette conclusion, il nous a fallu du temps et une grande période de réflexion et d’introspection. Nous avons du comprendre et analyser qui nous étions exactement. Nous avons beaucoup travaillé sur la définition de nos émotions et des messages que nous avions envie de transmettre à travers nos photographies.

Ce fut un travail difficile car il a nécessité d’aller chercher profondément des émotions enfouies dues à certaines expériences. Ce fut vraiment une vraie analyse psychologique.  Nous l’avons réalisé nous-mêmes avec les quelques outils que nous avions à notre disposition. Cette recherche introspective nous a permis de définir notre vision artistique. Aujourd’hui, encore, nous respectons toujours la définition de notre vision. Elle n’appartient qu’à nous.

Une fois que cette vision a été couplée avec notre style photographique, nous avons pu définir notre identité artistique et photographique. Nous concédons que c’est une étape difficile et chronophage. Mais elle est indispensable pour créer des œuvres photographiques intéressantes.

En effet, comme elles sont personnelles et subjectives comme nous l’avions décrit dans cet article, elles trouvent un véritable public qui nous est fidèle car il se reconnaît dans nos photographiques artistiques.

Aujourd’hui, lorsque nous choisissons un scène ou une espèce animale, pour les photographier nous avons toujours un but précis. Ce but est en relation avec notre vision. Nous utilisons notre style pour le mettre en valeur et traduire nos messages.

La nature est notre source d’inspiration. Elle n’est pas le sujet de nos photographies.

Avoir le bon état d’esprit pour être inspiré par un sujet

Pour créer une photographie artistique intéressante et expressive, nous pensons qu’il faut être dans un état d’esprit particulier. Il doit être propice à bien saisir la scène qui s’offre à nos yeux.

Il faut développer une connexion avec les endroits et pas seulement se contenter de les regarder. Ils doivent être sentis, compris. Une scène photographique doit être vue au-delà de ce qu’elle est réellement.

Quand cette connexion est établie, un moment magique survient alors. Des émotions remontent en nous. Nous sommes alors capables de bien écrire ce que nous ressentons avec une photographie.

La technique photo devient alors à notre service. Nous nous servons de tout ce que nous avons appris pour sublimer ce que nous voyons pour transmettre un message ou des émotions.

Cet état d’esprit particulier ne se décrète pas uniquement au moment où nous sommes sur la scène. Il se prépare bien en amont, au moment de la création du projet.

Par exemple, lorsque nous allons photographier des oiseaux en Dombes, nous nous demandons pourquoi aller dans cette région pour symboliser ces animaux. Nous donnons un sens aux couleurs que nous allons trouver. Nous pensons aux heures de la journée pendant lesquelles nous allons être dans les affûts flottants. Pour chaque idée, nous écrivons des mots clés, de petites phrases pour décrire ce que nous ressentons. Ensuit, nous organisons ces idées pour construire un scénario qui va nous guider pendant la réalisation du projet. Une fois sur place, nous avons toujours ce scénario en tête. Nous pouvons alors laisser divaguer notre imagination pour s’identifier au lieu et s’en imprégner le plus possible.

La démarche intellectuelle que nous venons d’évoquer nécessite une bonne connaissance des lieux. Nous pensons qu’on ne photographie bien que ce que l’on connaît bien.

Lorsque nous allons pour la première fois dans un lieu inconnu, nous nous documentons avec les livres, des revues et nous cherchons des informations sur internet. Avec les éléments que nous trouvons, nous créons un scénario. Mais quoiqu’il en soit les résultats créatifs sont toujours bien meilleurs après plusieurs visites d’un même lieu.

L’herbe n’est pas toujours plus verte chez le voisin

La suite de cet article est disponible sur une autre page. Cliquez sur le lien ci-dessous.

 

  1. Commentaires (0)

  2. Ajouter le votre

Commentaires (0)

Rated 0 out of 5 based on 0 voters
Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement

Je désire recevoir gratuitement mon livret de 10 conseils photos pour réussir des photos créatives et intéressantes.

Inscription à la lettre d'information photo de nat

Si vous voulez créer des photos intéressantes et différentes, inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir les nouveaux articles publiés pour vous aider à développer votre créativité.

Ces informations sont confidentielles et ne seront jamais diffusées.