Photographier le brame du cerf Charente-Maritime – octobre 2014

Apprendre les techniques d'approche et d'affût pour photographier le brame du cerf

Pour cette année 2014, c’est le deuxième stage de photo animalière consacré au brame du cerf élaphe. Le premier voyage photo a été un véritable succès. Les lumières avaient été très belles. Les stagiaires avaient pu photographier de nombreux comportements comme les combats ou les brames. La question était posée : est-il possible de faire mieux quand tout a été parfait ? C’est une question épineuse qui nous a fait peur. Nous avons eu quelques nuits difficiles avant le voyage photo.

Nous avons eu pendant cette semaine du mois d’octobre 2014 : il a été possible de faire encore mieux. Les ingrédients pour cette recette : des petits matins brumeux, une végétation rousse et des cerfs encore plus actifs. Les quatre photographes qui s’étaient donnés rendez-vous pour une semaine dédiée au roi des forêts n’ont pas été déçus par ce stage de photo animalière.

Les stagiaires en tenant de camouflage pendant le voyage de photo animalière
Les participants au voyage de photo animalière : Pascale, André, Philippe et Marc sur un chemin dans les bois de la Haute-Saintonge.

Avant de continuer la lecture...

Ce voyage a été organisé.

Cliquez ici pour découvrir nos prochains voyages et stages photo.

Attention car cette page s'ouvre dans un autre onglet de votre navigateur.

Chaque participant est venu réaliser un rêve

Le rendez-vous à la maison d'hôtes avait été donné à midi. Les stagiaires venaient de Paris, de l’Alsace, de Lyon ou encore du centre de la France. Tous étaient arrivés assez tôt le matin, accueillis par les propriétaires. C’est donc avec surprise que je suis arrivé à l’heure prévue et de découvrir que les appareils étaient déjà prêts à mitrailler l’événement : le brame du cerf élaphe en Charente-Maritime.

Le premier apéritif est l’occasion pour chacun de se présenter et de faire connaissance avec les autres participants. C’est un moment essentiel du voyage car il va totalement déterminer l’ambiance de la semaine. Les sourires sont larges; les yeux sont pétillants; les questions sont nombreuses. Est-ce que les cerfs sont encore actifs ? Est-ce que les hardes sont encore formées ? Je rassure tout le monde. Le brame est à son apogée. Les scènes de combat sont nombreuses. Chacun devrait réaliser de belles photos.

La première étape de mon travail est de questionner chaque participant pour mieux cerner ses désirs. En fonction des attentes de chacun, je dois adapter mon programme de la semaine. Ce qui est étonnant avec ce groupe de quatre photographes, c’est qu’ils sont tous venus réaliser des rêves. C’est la première fois que je vis une telle situation.
Pascale a collecté tout un ensemble de photos sur internet. Elles sont toutes plus belles les unes que les autres. Elle rêve de réaliser au moins l’une d’elles. C’est le but de son voyage.

Marc débute totalement la photographie : il vient d’acheter son appareil. Il veut juste photographier un cerf quel que soit la situation. Il souhaite aussi apprendre à utiliser son boitier.

André est un photographe animalier confirmé. Il a voyagé dans beaucoup de pays. Il a photographié des espèces uniques au monde. Il possède une vraie vision photographique. Pourtant, il n’a jamais entendu un brame. Son rêve est de photographier un cerf.

Philippe est un photographe animalier qui souhaite apprendre les techniques de l’affût et de l’approche. Son rêve est de photographier un cerf en train de bramer dans une brume matinale.

Pour la première fois depuis que j’anime des stages de photo, je me retrouve face à un groupe de photographes qui ont des rêves à réaliser. C’est un véritable défi qui m’est lancé. Avec Isabelle, nous sommes des rêveurs, c’est pour cette raison que nous avons choisi le métier de photographes. Je n’ai pas d’autres alternatives. Il va falloir que je mette tout en œuvre pour que chacun réalise son rêve.

Accompagner chaque photographe pour voir ses yeux pétiller

Le premier jour, c’est la promenade en 4x4 pour expliquer la topographie des forêts et des prairies. Nous apercevons une harde de cerfs avec un mâle dominant et ses biches. André qui a pris son appareil photo, réussit quelques belles photos. Je sens que l’excitation est déjà à son comble.

Après cette reconnaissance, je donne quelques explications générales sur les techniques de l’affût et de l’approche.  Je ne partirai qu’avec un stagiaire à la fois. Ces explications permettront aux autres en attendant le cours particulier de réaliser quelques clichés en solo.

Pour la première incursion en tant qu’accompagnateur, je serai avec Pascale. J’ai partagé la zone en quatre parts égales. Chacun devrait trouver des animaux. Le départ est donné à 16 heures. Le retour est prévu vers 20 heures.

Pour Pascale, j’ai choisi un bois. Durant le tour de reconnaissance en voiture, j’ai entendu bramer. Je vais lui montrer comment réaliser une approche en sous-bois juste en écoutant les bruits mais sans voir les animaux. C’est la technique la plus difficile car marcher sur une branche, la casser peut alerter la biche guetteuse et provoquer la fuite de la harde. De plus les feuilles de l’automne sont comparables à des chips lorsque l’on marche. Il n’y a pas meilleur signal pour signaler notre présence. Mais, il a plu durant les derniers jours. Le sol est humide. Les feuilles sont mouillées. Notre approche devrait être silencieuse.

Les fougères commencent à revêtir leurs couleurs d’automne. Elles sont encore suffisamment hautes pour nous protéger du regard inquisiteur des biches. Nous progressons pas à pas. J’ai expliqué à Pascale comment choisir le sens du vent, comment se placer par rapport au soleil et comment marcher pour ne pas provoquer de vibrations dans le sol. Les cerfs sont peu sensibles aux vibrations contrairement aux sangliers. Mais nous ne savons pas ce que nous allons trouver. Pendant la période du brame, les sangliers se réfugient dans les bois pour éviter l’attitude agressive des cerfs élaphe. La progression se fait très lentement. Nous sommes aux aguets du moindre bruit. Soudain, nous entendons bramer. Le son est très fort. Le cerf ne doit pas être bien loin. Dans les sous-bois, à cause du phénomène d’amplification des sons, il est difficile d’évaluer la distance exacte. Nous sommes juste renseignés sur la direction à prendre. Je sens que Pascale, qui marche sur mes pas est très énervée. C’est toujours une émotion très intense de photographier son premier brame.

Nous ne voyons aucun animal : la végétation est trop dense. Soudain dans notre dos, un grand bruit. Un cerf était caché. Nous ne l’avons pas vu. Il a attendu que nous soyons passés pour bondir hors de sa cachette. C’est impressionnant. Nos cœurs ont battu la chamade pendant quelques instants. Pascale n’aurait pas pu réaliser de photos car il était trop près. Nous continuons d’avancer pas après pas. Soudain, à environ 50 mètres, au détour d’un virage, j’aperçois un magnifique cerf en train de bramer. Je fais signe à Pascale de s’accroupir. Je lui explique comment faire pour approcher en utilisant les troncs d’arbre. Elle est habillée avec un camouflage qui va la rendre invisible. Si son approche est bonne, elle va réussir ses photos.

Elle se lève doucement, se cache derrière un tronc pour évaluer la scène. Elle s’approche doucement, sans aucun bruit. C’est à croire qu’elle a toujours fait des approches silencieuses. Le cerf est dans la clairière. Il continue de bramer. C’est un solitaire qui n’a pas encore réussi à séduire des biches. Il brame de dépit. L’approche va durer 10 minutes. Pascale parcourt 15 mètres. Elle est parfaitement immobile. Elle lève son appareil avec des gestes lents. Elle réalise quelques clichés. Après quelques instants, le cerf regarde dans sa direction pour identifier ces bruits inhabituels. Il n’est pas affolé, juste un peu inquiet et curieux d’apercevoir une grosse lentille pointée sur lui juste à côté d’un tronc d’arbre. C’est suffisamment bizarre pour qu’il décide de partir, ne sachant pas s’il s’agit d’un danger potentiel.

Je rejoins Pascale sans faire de bruit. Ses yeux pétillent. Je sens qu’elle est heureuse de l’expérience qu’elle vient de vivre. C’est ce moment unique et intense que j’apprécie le plus dans mon rôle d’accompagnateur. C’est un moment de partage exceptionnel.

Cette expérience, je la vivrai avec chaque participant : Marc, André et Philippe. J’attends toujours ce moment où les yeux brillent de joie et de bonheur. Pour rien au monde, je ne laisserai ma place à quelqu’un d’autre.

Des conditions météo exceptionnelles

Durant tout ce stage, les bonnes photos vont se multipliées. Les hardes sont nombreuses. Les comportements comme les scènes de combat, les brames seront immortalisés sur les clichés.

Mais les photos de voyage seront épicées d’un ingrédient qu’il est impossible de prévoir : la météo. Les températures assez élevées durant la journée et très fraiches durant les nuits, vont permettre l’apparition de très belles brumes matinales. Philippe réalisera son rêve de photographier un cerf en train de bramer dans la brume. André réalisera de très belles photos de daims. Ces brumes donneront ce petit plus aux photos.

Nous aimerions toujours avoir de la brume car c’est un plus indéniable dans les photographies animalières. Même si le phénomène est facile à comprendre, il est totalement imprévisible. Cependant, l’automne et le printemps sont les deux saisons les plus favorables.

Le diaporama réalisé à partir des photos des stagiaires donnera une idée des photographies d’ambiance réalisées pendant cette belle semaine.

Profiter des couleurs automnales

Un autre ingrédient de choix pour réaliser les photos de brame et des grands mammifères sont les couleurs automnales. Les tons ocres, orangés donnent des tonalités chaudes aux photographies. Ils permettent de mettre en valeur la beauté des animaux. Les couleurs vertes du printemps sont totalement différentes. Les tonalités sont plus froides permettant de plus contraster les pelages des animaux.

Avec les tonalités plus chaudes de l’automne, les clichés sont plus dans la douceur, les nuances, les dégradés harmonieux.

La Charente-Maritime et particulièrement la région de la Haute-Saintonge offrent aux photographes animaliers des palettes de couleurs très larges. Il faut savoir en profiter pour les mettre à profit. Ce n’est pas toujours facile. Une certaine expérience est nécessaire. C’est un apprentissage un peu long mais nécessaire pour sublimer les beautés de la nature.

La balade dans les bois à la manière d’un sioux

Il est impossible de relater toutes les histoires d’un stage tel que celui que j’ai vécu. Que ce soit avec André, Marc, Philippe ou Pascale, j’ai vécu des moments forts. Mais un compte rendu ne doit pas dépasser deux mille mots.

J’ai choisi un excellent moment que j’ai vécu lorsque j’ai accompagné André pour la deuxième fois. J’avais choisi comme thème pour cette balade, la progression dans les sous-bois. André est un excellent photographe animalier mais il ne pratique pas souvent l’approche en sous-bois. En Afrique, il photographie plutôt à découvert depuis une voiture.

Cette fois, j’ai décidé de le surprendre et de lui montrer comment profiter du milieu naturel pour réaliser de belles photos. Une fois les explications données, les mêmes que celles pour Pascale, je laisse André passer devant moi. C’est nouveau car habituellement c’est l’inverse. Je suis quelques mètres derrière André car je suis plus grand et donc plus visible. Il progresse à la manière d’un sioux comme dans les films américains. L’approche se fait avec une démarche féline, à pas feutrés comme dans les meilleurs westerns. J’oublie totalement de regarder autour de moi. Je suis concentré sur cette approche incroyable. C’est comme si André revivait ses années d’enfance à jouer avec ses amis dans les bois. Je suis ébloui par la technicité et le sérieux qu’il met dans chaque pas. Je sens sa concentration. J’ai l’impression d’entendre battre son cœur. C’est un moment extraordinaire que je suis en train de vivre. Cette approche se soldera par des photos prises à moins de vingt mètres d’un magnifique cerf.

La galerie photo des participants

01-1410 Brame Cerf 1134
02-1410 Brame Cerf 1109
03-1410 Brame Cerf 1127
04-1410 Brame Cerf 2271
05-1410 Brame Cerf 2448
06-1410 Brame Cerf 2492
07-1410 Brame Cerf 7122
08-1410 Daims 2112
09-1410 Daims 2123
10-1410 Daims 2176
11-1410 Daims 2239
12-1410 Daims 2523
13-1410 Daims 2618
14-1410 Daims 2765
15-1410 Daims 3060
16-1410 Daims 3288
17-MARC0242
18-_DSC0091
19-MARC0075
20-_DSC0246
21-_DSC0119
22-MARC0102
23-MARC0246
24-_DSC0145
25-MARC0214
26-MARC0215
27-MARC0078
28-MARC0015
29-_DSC0267
30-MARC0024
31-PLM_1923
32-PLM_1869
33-DSC_3633
34-DSC_3637
35-DSC_3378
36-DSC_3401
37-DSC_3418
38-DSC_3421
39-DSC_3467
40-DSC_3545
41-DSC_3574
42-DSC_3642
43-PLM_1533
44-PLM_1569
45-PLM_1720
46-PLM_1893
47-PLM_1906
48-PLM_1813
49-PLM_1830
50-_C2A1234
51-_C2A1270
52-_C2A1302
53-_C2A1326
54-_C2A1327
55-_C2A1346
56-_C2A1372
57-_C2A1419
58-_C2A1435
59-_C2A1443
60-_C2A1452
61-_C2A1513
62-_C2A1528
63-_C2A1697
64-_C2A1726

Témoignages écrits et sonores des participants

Pascale
Pascale.

Le commentaire audio de Pascale. (cliquez sur le bouton play pour démarrer) :

Je viens de vivre une semaine extraordinaire. J'ai découvert la photographie animalière. Les forêts et les prairies en Charente-Maritime sont fabuleuses. Le nombre d'animaux est étonnant.

J'ai apprécié ce qu’Amar nous a appris, notamment les techniques d'approche des animaux. Quand je regarderai chaque photo que j'ai faite, je vais me souvenir de la façon dont je l'ai méritée. Pour chaque cliché, j'ai réussi à capter un moment et c'est cela qui va me rester en tête. Ce seront des souvenirs extraordinaires. C'est fou.

L'environnement est exceptionnel car il y a beaucoup de sites différents. Il y a des plaines, des bois, des fougères, des étangs. Cela m'a permis de faire beaucoup de photos différentes dans des situations variées. Il y a beaucoup d'animaux. Il faut les chercher, les mériter. Mais quand j'y suis arrivée, j'ai réussi à composer des scènes extraordinaires.

Je ne connaissais pas toutes les techniques qu’Amar nous a apprises : affût, billebaude et approche. Je pense maintenant être capable d'approcher les animaux au plus près pour faire mes photos. Pour moi c'est une grande expérience.

Le fait que tu sois venu avec moi sur le terrain m'a apporté énormément. Tu m'as montré. Au départ, je te suivais et j'allais sur tes pas. Ensuite, j'ai reproduit seule les techniques d'approche que tu m'avais apprise. Ce fut vraiment un plus.

J'ai énormément progressé pendant ce stage car Amar m'a donné des conseils spécifiques sur la photo animalière.

L'ambiance dans le groupe a été extraordinaire. Photographier avec un petit groupe, c'est parfait. On est peu. On apprend à se connaitre très vite. Nous avons beaucoup ri en dehors des sessions photo. Nous avons partagé nos expériences. Nous sommes donnés des conseils mutuels. J'ai eu la chance que l'on me prête du beau matériel qui m'a permis de réaliser des photos de qualité. C'était super.

L'accueil à la maison d'hôtes a été très agréable. Les propriétaires nous racontent des histoires, nous apprennent aussi beaucoup. Le cadre est très agréable. Les repas ont été excellents. La logistique a été très bien.

Mon meilleur souvenir c'est certainement le fait de faire de la billebaude et de surprendre les animaux. On s'arrête et on se dit qu'il faut aller doucement pour ne pas les effrayer. J'ai appris à décomposer mes mouvements et d'y arriver. C'est un bonheur énorme.

J'ai tout oublié pendant cette semaine. J'ai été complètement dedans et je le serai encore pour très longtemps.

André
André.

Le commentaire audio de André. (cliquez sur le bouton play pour démarrer) :

J'ai déjà de multiples voyages et stages photo avec Amar. Ils se sont toujours très bien passés. Comme d'habitude, il s'est donné à fond. 

Il a donné un maximum d'informations aux stagiaires. Même pour les débutants, il a remémoré les principes de base de la photographie animalière : ce qui était excellent. Il a aussi donné beaucoup de conseils relatifs au système de prise de vues des grands animaux.

En ce qui concerne l'hébergement, il était vaste et très bien entretenu. Le service a été excellent. Les chambres sont de qualité. J'ai très bien mangé.

Pour le reste, les grands animaux (cerfs, biches, sanglier, chevreuils et daims) sont nombreux. J'ai vu des une harde avec une centaine de cerfs, une centaine de daims. J'ai vécu des journées de stage fantastiques. Je recommande ce stage à tous ceux qui veulent faire de la photographie animalière.

La nature est très belle parce qu'elle est préservée, sauvage. Il y a des prairies, des bois, des clairières. Les bois sont essentiellement des feuillus, des arbres fruitiers (châtaigniers, marronniers), des chênes. Ils concourent tous au bon développement des animaux. Il y a également de grands points d'eau et de grands étangs. Il y a vraiment de quoi avec un tel environnement. Les forêts sont très bien préservées. C'est très rare à l'heure actuelle.

L'ambiance a été excellente. Un petit groupe de photographes est idéal. On peut apprendre à se connaître facilement. Amar peut aussi bien donner ses trucs et astuces de prises de vues et de développement des photos sur l'ordinateur. Nous nous sommes très bien entendus d'autant plus que nous étions tous passionnés par la photographie animalière.

Je me suis bien vidé la tête pendant ce stage. J'ai fait beaucoup d'exercice physique, ce qui est excellent. J'ai beaucoup marché mais c'était mon choix. Chaque photographe peut décider de le faire ou non. On peut marcher plusieurs kilomètres par jour si on choisit la billebaude, mais on peut ne pas marcher du tout. Il suffit de se faire déposer à un endroit et faire un affût.

Donner un moment marquant de ce stage est difficile car il y en a eu tellement. Je donnerai comme exemple le moment où pour la première fois, j'ai surpris une harde de cerfs avec certain qui bramaient autour de moi. C'est très impressionnant. Autre moment qui m'aura marqué, c'est ma première rencontre avec les daims. Je les ai photographiés au petit matin dans le brouillard. J'étais à l'affût, positionné correctement. Et tout d'un coup, j'ai vu poindre dans le brouillard des jeunes daims. Ce fut un moment absolument magnifique.

Merci Amar.

Marc
Marc.

Le commentaire audio de Marc. (cliquez sur le bouton play pour démarrer) :

C'est mon stage de photo. De plus, je ne connaissais pas du tout la photographie animalière. J'ai appris beaucoup de choses notamment à me servir de mon appareil que je ne connaissais.

Les forêts et les bois où nous avons vécu sont sensationnels. La nature est belle ainsi que les animaux. J'ai beaucoup aimé la diversité de la nature que ce soit les plaines, les bois, les étangs.

Le fait que Amar m'a accompagné sur le terrain a été un plus pour moi. Il m'a expliqué comment cadrer une photo, comme faire une composition, les réglages de mon appareil photo. Je ne savais rien du tout. Mon appareil est tout récent. cela faisait peu de temps que je l'avais. J'ai bien compris maintenant les techniques de la photo animalière. Je sais par exemple placer l'animal dans son environnement. Je sais aussi attendre pour avoir des attitudes naturelles pour réaliser une bonne photo.

J'ai beaucoup apprécié le fait que nous soyons un petit groupe. C'est beaucoup plus facile pour apprendre, travailler et progresser. Amar peut plus facilement s'occuper de nous. L'ambiance a été excellente. Nous avons bien ri. André, Pascale et Philippe ont été super. Nous allons rester en contact.

Concernant la restauration, il n'y a rien à dire. La cuisinière a été sensationnelle. La maison où nous avons été hébergés est très belle. Les propriétaires sont très gentils.

Ce qui m'aura marqué pendant cette semaine, c'est certainement le brame du cerf. C'est impressionnant surtout à la nuit tombée ou au matin quand on est un peu dans le noir. Mais ce que j'ai bien aimé, ce sont les daims. C'est plus difficile à photographier qu'un cerf mais c'est majestueux aussi.

J'ai passé une excellente semaine de vacances. J'ai tout oublié. Je n'ai pensé à aucune obligation professionnelle.

Je vais recommander ce voyage sans aucun problème. Je reviendrai avec Amar, c'est certain.

Philippe
Philippe.

Le commentaire audio de Philippe. (cliquez sur le bouton play pour démarrer) :

Mes impressions sur ce voyage de photo animalière sont les meilleures possibles. 

Je suis venu pour apprendre des méthodes pour approcher, faire des affûts. Amar m'a donné tous les renseignements que j'attendais. C'est une grande joie pour moi d'être venu. Je ne vais pas dire que c'est au-delà de mes espérances mais c'est ce que je souhaitais.

La nature dans laquelle j'ai évolué pendant la semaine, est restée sauvage. Il n'y a pas d'aménagement de l'homme. Tout est à l'état sauvage. La diversité des sites est importante entre des zones humides avec des joncs, des étangs, de la forêt, des prairies. C'est tellement varié que l'on peut rencontrer les animaux un peu n'importe où. Il faut les chercher car ils ne sont pas faciles à voir. Les photos se méritent car le photographe doit à connaitre et à appréhender le biotope de la région.

Sur la plan technique, j'avais de grosses attentes. Amar y a répondu pleinement. Je voulais maitriser le fait d'approcher très près des animaux sans être vu et surtout sans le contraindre et sans le stresser. Je voulais réaliser des photos naturellement des animaux sans qu'ils s'aperçoivent de ma présence. Avec les conseils, c'est ce que s'est passé. Amar m'a accompagné sur le terrain. C'était bien car en situation réelle, il y a toujours des choses auxquelles je n'avais pas pensé. Je n'avais pas envisagé certaines situations très particulières et Amar m'a bien expliqué face à ces particularités comment il faut réagir, comment se positionner, ce qu'il ne faut pas faire. Ce fut un plus énorme qu'il vienne avec moi.

Le fait d'être un petit groupe de photographes a été un véritable plus car chaque avait un territoire de plus de 100 hectares. Chaque jour, nous avions un territoire différent. On peut prendre facilement possession du biotope et s'adapter. On peut évoluer sans gêner les autres photographes. Mais ce qui est bien, c'est qu'on peut envoyer des animaux dans d'autres parties où se trouvent les autres stagiaires.

L'ambiance a été très studieuse surtout sur le terrain car il faut mettre en application les conseils donnés par Amar. On devait rester concentré pour réaliser de belles photos. Quand on revient à la maison pour partager nos émotions, déjeuner ou dîner, l'ambiance a été très conviviale et décontractée. En plus, on a la chance que nos hôtes partagent également les repas. Nous avons pu discuter des comportements des animaux ou des techniques d'approche.

Je n'ai rien à dire sur l'hébergement et la restauration qui ont été très bien.

J'ai réalisé de vieux rêves. J'ai fait des photos de cerfs dans la brume au petit matin, sorti de nulle part. C'est comme si on m'avait donné le plus beau jouet du monde et la plus belle récompense. Je suis ravi et même au-delà. Je suis comblé.

La galerie photo de l'ambiance du voyage

01-141011CHAANIVP0023
02-141011CHAANIVP0028
03-141011CHAANIVP0203
04-141011CHAANIVP0255
05-141011CHAANIVP0094
06-141011CHAANIVP0149
07-141011CHAANIVP0163
08-141011CHAANIVP0171
09-141011CHAANIVP0188
10-141011CHAANIVP0230
11-141011CHAANIVP0199
12-141011CHAANIVP0263
13-141011CHAANIVP0168
14-141011CHAANIVP0176
15-141011CHAANIVP0158
16-141011CHAANIVP0105
17-141011CHAANIVP0143
18-141011CHAANIVP0227
19-141011CHAANIVP0053
20-141011CHAANIVP0075
21-141011CHAANIVP0104
22-141011CHAANIVP0110
23-141011CHAANIVP0131
24-141011CHAANIVP0240
25-141011CHAANIVP0207
26-141011CHAANIVP0217
27-141011CHAANIVP0257
28-141011CHAANIVP0001
29-141011CHAANIVP0005
30-141011CHAANIVP0008
31-141011CHAANIVP0012
32-141011CHAANIVP0013
33-141011CHAANIVP0017
34-141011CHAANIVP0019

Finalement

Le brame du cerf est certainement l’un des plus beaux comportements animaliers des mammifères européens. C’est pourtant l’un des plus difficiles à observer dans la nature et à fortiori à photographier. Une fois de plus j’ai réussi mon pari car chaque photographe a pu immortalisé ce moment extraordinaire.
Ce voyage de photographie animalière consacré au brame du cerf m’aura aussi appris une grande leçon. Il est toujours possible de faire mieux que le voyage précédent. Il faut bien comprendre les attentes de chaque participant puis tout mettre en œuvre pour réaliser les rêves de chacun. Ma plus grande satisfaction est de voir les visages illuminés de joie et de bonheur quand les rêves se sont réalisés. C’est certainement la plus belle récompense de mon métier de photographe.

  1. Commentaires (0)

  2. Ajouter le votre
Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?

Je désire recevoir gratuitement le livret de 10 conseils photos pour réussir des photos créatives et intéressantes.

Inscription à la lettre d'information

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir une fois par mois et en priorité nos offres de stages de photo nature à des conditions avantageuses.

Vous recevrez aussi nos dernières chroniques pour créer des photos intéressantes.

Ces informations sont confidentielles et ne seront jamais diffusées.