Vous êtes dans cette rubrique : Accueil > Qui je suis

Aquamonde n°5 : Octobre/Novembre 2005

L'article sur le Golfe du Mexique dans Aquamonde.L'article sur le golfe du mexique dans Aquamonde.

L'article sur le golfe du mexique dans Aquamonde.L'article sur le golfe du mexique dans Aquamonde.

Dans cet article du magazine Aquamonde numéro 5, nous avons décrit nos voyages et nos plongées dans le golfe du Mexique.

Voici le début de l'article :
"Trésors sous-marins au large du Texas. Cow-boys, rodéos et nourriture texmex sont les images typiques du Texas. Mais qui songerait à plonger au Texas? Pourtant c’est l’état américain qui compte le plus grand nombre de plongeurs certifiés. Et pour cause, les Texans sont tout proches d’un joyau sous-marin: la réserve de Flower Garden au large du golfe du Mexique. Une expérience unique! Généralement dans les eaux chaudes, les plongées se déroulent sur des atolls ou des barrières de corail relativement proches de la terre ferme. Le Texas est l’exception qui confirme la règle. C’est à 200 kilomètres de la côte qu’il faut aller chercher les sites. Les seuls signes de vie terrestre sont les plates-formes pétrolières. Quatre mille sont aujourd'hui en activité dans le golfe du Mexique. La saison de plongée débute au mois de mars pour se terminer à la fin du mois d’octobre. Pour plonger au large du Texas, il faut embarquer sur un bateau de croisière pour plusieurs jours : le week-end ou la semaine.
Au Texas, l’embarquement se fait dans le canal de Freeport. En général c'est un moment d'agitation intense. Et oui, pour la plupart c'est l'aboutissement de plusieurs mois d’attente en rêvant de plongées. Flower Garden Banks est l’un des treize sanctuaires marins des Etats Unis. Les autres sanctuaires sont situés en Californie, en Floride, dans l'état de Washington, dans le Michigan, dans le Massachusetts, en Caroline du Nord, en Géorgie, à Hawaii et en Samoa américaine. Les sanctuaires sont gérés par la fameuse NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) depuis 1972. Le but des sanctuaires marins est de fournir un habitat sécurisé aux espèces en voie d’extinction et de protéger des épaves historiques.
Flower Garden est composée de 3 zones très connues: les parcs de Flower Garden Est et Ouest (le jardin de fleurs) et le parc de Stetson.
Flower Garden est né, il y a 160 à 170 millions d’années. Au départ, ce sont de géants dômes de sel qui se sont déposés sur le fond du golfe du Mexique. A l'époque, le niveau d'eau était peu profond avec la même chaleur qu'aujourd'hui. Résultat : un phénomène intense d'évaporation engendrant la formation de dépôts de sels, recouverts aujourd'hui de sédiments. A Flower Garden, comme la température est plus clémente en hiver, un récif de corail s'est développé au-dessus des dômes il y a 10,000 à 15,000 ans. Aujourd’hui, plus aucune trace de la structure du socle sédimenteux. C'est un gigantesque champ de patates de corail juxtaposées les unes aux autres.

Le parc de Stetson doit son à l’auguste chapeau Texan: le Stetson. En effet, il s’agit d’un dôme de sel à la forme d'un chapeau de Cow-boy. Sur ce chapeau des séries de plaques parallèles se sont déposées : un peu comme nos délicieux mille feuilles. Le tout est recouvert d'éponges. Mais il n’y a pas de massifs de corail car la température de l’eau est trop fraîche l'hiver. Les plongées. Le premier jour de plongée comprend en général 5 plongées, le deuxième 2 ou trois. Bien sûr il ne s'agit pas de faire des plongées avec décompression, mais des plongées dites loisir en suivant les règles de décompression des tables PADI. Les consignes de sécurité sont très strictes, mais les plongées sont si belles que personne à bord n'est tenté de s'y soustraire. Première plongée samedi matin 7h du matin. Réveil à 6 heures après une nuit un peu difficile sur le bateau. Les plongées au petit matin ont vraiment quelque chose de magique. La lumière peut-être ou serait-ce le fait que nous ne sommes pas totalement réveillés?"

La suite dans l'article du numéro 5 de Aquamonde...

Article précédent : Octopus n°52 : Décembre/Janvier 2005

 

Article suivant : Oceans n°285 : Mai/Juin 2005