Vous êtes dans cette rubrique : Accueil > Qui je suis

Octopus n°53 : Février/Mars 2005

L'article technique rédigé dans le numéro 53 de OctopusArticle dans le numéro 53 de Octopus.

Dans cet article du magazine Octopus numéro 53, nous avions abordé la photographie d'épaves avec un compact numérique et l'exploitation des informations IPTC d'une photo numérique.

Voici le début de l'article :

"Dans l’article précédent, nous avons vu comment utiliser les paramètres de l’exposition pour réaliser des photos avec un appareil compact numérique. Dans la première partie, nous allons continuer cet article en considérant la photographie d’épaves, la photographie d’ambiance.
Dans la seconde partie, nous allons voir comment mettre à jour les informations IPTC des photos numériques.

PHOTOGRAPHIER LES EPAVES UN COMPACT
Les épaves et les structures sous-marines constituent des sujets particulièrement intéressants et faciles pour les photographes équipés de compact numérique. En effet, ce sont des sujets fixes, donc le problème du délai de déclenchement ne se pose pas. Mais pour réaliser des photos intéressantes d’épaves, il est nécessaire de se préparer. Voici quelques conseils simples à mettre en œuvre.
La plupart des compacts numériques disposent d’un objectif grand angle qui vient se fixer directement sur le boîtier. Renseignez-vous auprès du constructeur et n’hésitez pas à utiliser cet accessoire pour ce genre de photos. En lumière naturelle Avec un compact numérique, utilisez la plus grande focale possible pour avoir le plus grand champ d’angle possible. Si vous souhaitez prendre l’épave dans son ensemble, prenez de la distance. Dans ce cas, n’utilisez pas de lumière artificielle : profitez de la lumière naturelle.
En photo sous-marine, il est souvent déconseillé de prendre des photos en vue plongeante. La photo d’épaves est l’exception qui confirme la règle. Quand la visibilité le permet n’hésitez pas à prendre plusieurs vues globales de l’épave lors de votre descente. Ces différentes photos vous permettront ensuite de mieux définir l’épave quand vous montrerez vos photos.
Si vous souhaitez prendre une épave en lumière naturelle en étant sur le fond, prenez du recul pour photographier dans sa globalité. Essayez de vous placer de trois quarts sur l’arrière ou sur l’avant pour avoir la perspective et les lignes de fuite naturelles de l’épave. Si vous photographiez une épave par petite profondeur (moins de 15 mètres), il est intéressant d’utiliser un filtre « orange » ou « magenta ». Certains constructeurs de caisson comme Ikelite fournissent des filtres qui se fixent directement sur le hublot du caisson. Quand le constructeur ne fournit pas de filtre, il est possible de fixer un filtre directement sur l’objectif du boîtier. Une société s’est spécialisée dans ce genre d’accessoires : urprofilter (site web : www.urprofilter.com)Pour régler les paramètres d’exposition :
- fixez la balance des blancs en mode automatique.
- si vous pouvez fixer le calcul de l’exposition, choisissez le mode matriciel pour que l’appareil effectue le calcul sur l’ensemble de l’image. Vous aurez ainsi une lumière plus équilibrée sur l’ensemble de la photo.
- si vous photographiez une épave en faible profondeur avec une lumière naturelle importante, conserver une valeur faible pour la sensibilité (100 ou 160 ISO). Pour une épave un peu plus profonde, augmenter la valeur de la sensibilité jusque 800 ISO si vous le pouvez. Vous pourrez ainsi utiliser des vitesses plus rapides.
- surveillez bien votre stabilisation surtout si vous photographiez en mode automatique (souvent appelé mode Program). Dans ce cas, l’appareil risque de fixer une vitesse très lente à cause du manque de lumière. Le moindre bougé de votre part provoquera une image floue. Si vous photographiez en mode priorité ouverture, fixez une faible profondeur de champ pour avoir la vitesse la plus rapide possible(une valeur faible de fstop). Si vous photographiez en mode priorité vitesse, fixez au minimum une vitesse de 1/30ème de seconde. Si vous choisissez une vitesse plus lente, vous risquez d’avoir une image floue. Comme toujours, effectuer plusieurs prises de vues en faisant varier un paramètre à la fois (vitesse, ouverture, sensibilité). N’oubliez pas que la fenêtre derrière votre appareil photo ne rend pas toujours compte exactement de la réalité. Seul l’affichage sur un ordinateur vous permettra de juger des résultats.
Pour illustrer la photographie d’épaves avec un compact numérique nous avons choisi deux photos réalisées avec un Nikon Coolpix 950 d’une résolution de 2,1 mega pixels. Il s’agit du Hilma Hooker à Bonaire et du Spiegel Grove en Floride.

Avec une lumière artificielle

Une technique pour utiliser ce type de lumière, un flash ou lampe, est d’établir deux plans séparés dans votre photo. Le premier plan sera illuminé avec cet éclairage, tandis que l’arrière plan sera uniquement éclairé par la lumière naturelle. On appelle cette technique la « lumière mixte ». Approchez-vous assez près du sujet constituant le premier plan pour faire éclater les couleurs. Avec un compact, vous pouvez utiliser sans problème votre flash interne si vous n’avez pas d’éclairage externe. Comme pour la technique en lumière naturelle, utiliser la focale maximale de votre appareil.
Pour les paramètres de l’exposition :
- rester en mode matriciel
- choisissez une balance des blancs automatique
- sélectionnez une sensibilité de 100 ISO ou la plus faible de votre boîtier.
Les conseils donnés... "

La suite dans l'article du numéro 53 de Octopus...

Article précédent : Oceans n°286 : Juillet/Août 2005

 

Article suivant : Octopus n°54 : Avril/Mai 2005