Article publié le lundi 22 juillet 2013. Écrit par

L'aquaculture, une solution pour l'avenir?

La ferme aquacole de Cannes en France. Mer Méditerranée.

30% de la population mondiale ne se nourrit que de poissons et les stocks naturels ne cessent de diminuer à cause de la pêche industrielle intensive. Comment faire pour nourrir une population qui ne cesse de croitre avec une ressource qui ne cesse de diminuer ? Les fermes aquacoles qui se développent un peu partout dans le monde sont certainement l'une des solutions qu'il faut développer pour répondre à cette question.

Une ferme aquacole en pleine mer c'est un ensemble de filets flottants grâce à des bouées, ouverts à la surface et qui sont fixés sur le fond avec un système d'ancres et de corps morts pour pouvoir résister aux tempêtes et aux intempéries. Chaque filet est appelé cage et il contient soit une espèce particulière de poissons ou alors une génération de poissons avec une taille identique. La ferme aquacole de cannes dispose de 2 sites de cages. Le premier très proche des côtes permet l'approvisionnement en aliments avec des tuyaux venant de la terre. Les poissons situés dans le second site doivent être alimentés tous les jours à la main. Il existe d'autres méthodes comme les fermes formées de bacs en ciment comme à Gravelines dans le nord de la France mais la ferme en pleine mer est la garantie d'avoir du poisson qui évolue dans son milieu naturel : ce qui donne la chair la meilleure. La ferme aquacole de Cannes est affiliée à la norme gérant l'agriculture biologique et elle est soumise à des règles très strictes concernant l'alimentation et le nombre de poissons élevés par mètre cube d'eau.

Le choix d'une espèce de poissons à élever est très contraignant. Tout d'abord l'espèce choisie doit être adaptée au milieu naturel. Il n'est pas possible d'importer des espèces qui n'ont jamais vécu dans ce milieu marin. Aujourd'hui la ferme assure la production de trois espèces de poissons : la daurade royale (Sparus aurata, le poisson d'origine), le bar (Dicentrarchus labrax, appelé loup en méditerranée) et le maigre (Argyrosomus regius). La ferme aquacole a fait le choix d'élever des petits poissons : la taille des adultes n'excède pas 50 à 60 centimètres. Ce type d'élevage est moins contraignant que les gros poissons comme les thons rouges par exemple qui ont besoin de beaucoup plus d'espaces et de filets plus profonds. L'un des plus beaux succès sur le plan technique et commercial de la ferme aquacole de Cannes est sans nul doute le maigre. Ce poisson pourtant endémique de la méditerranée, avait complètement disparu depuis 20 ans à cause de la pêche intensive.

La nourriture qui est donnée aux animaux est composée de 55% de farines animales et de 45% de farines végétales et elle est proposée sous forme de granulés produits par des sociétés qui obéissent aussi à un cahier des charges très strict. Les farines animales proviennent de stocks de petits poissons pêchés en mer et les appelle des poissons fourrages : ils ne sont pas consommés par les êtres humains et leur reproduction est très rapide. En effet sa durée de vie dans le milieu naturel va de quelques mois à un an et le cycle de reproduction est très rapide. Les farines végétales proviennent de céréales nobles comme le blé ou le maïs. La nourriture est le pôle de dépenses le plus important dans la gestion de la ferme aquacole de Cannes car il faut distribuer entre 7 et 10 tonnes d'aliments par jour. Outre la nourriture qui doit être d'une qualité irréprochable, la charte oblige la ferme aquacole à élever un certain nombre de poissons par mètre cube d'eau. Ce nombre varie en fonction des espèces et de la taille des poissons adultes : c'est la garantie que le bien-être animal est respecté. Enfin, les poissons doivent être élevés dans une eau propre non polluée : des relevés périodiques mesurent la qualité de l'eau. Si un problème de pollution survenait, les poissons seraient invendables. Il faut environ deux ans pour produire un poisson commercialisable à la ferme aquacole de Cannes : c'est à dire qu'il atteint le poids de 300 grammes. La durée d'élevage pourrait descendre à 18 mois mais dans ce cas, le poisson ne serait plus produit avec le cahier des charges « agriculture biologique. Comme on le voit, les contraintes à respecter pour la production d'un poisson de qualité sont draconiennes. La certification « agriculture biologique » est un véritable gage de qualité pour les consommateurs car c'est la garantie que les poissons ont été élevés dans les meilleures conditions avec la meilleure nourriture et sans aucun complément chimique qui pourrait nuire à la santé.

L'agriculture marine biologique est certainement l'une des solutions d'avenir pour subvenir aux besoins grandissants de la population mondiale. Mais l'aquaculture doit être raisonnée et il ne faut surtout pas dérégler les règles naturelles. La ferme aquacole de Cannes est un excellent exemple de réussite mais il ne faut pas généraliser. Il faut aussi éviter de tomber dans le travers typiquement humain de toujours vouloir gagner plus car les ressources naturelles sont limitées en capacité. L'un des points faibles de l'agriculture biologique est le rendement assez faible car il faut environ deux ans pour qu'un poisson soit disponible sur le marché et aujourd'hui la priorité est donnée à la production de plus en plus rapide de produits de mauvaise qualité que l'on peut aussi mettre en doute sur le plan de la santé.

La ferme aquacole de Cannes en France. Mer Méditerranée.

La ferme aquacole de Cannes en France. Mer Méditerranée.

La ferme aquacole de Cannes en France. Mer Méditerranée.

La ferme aquacole de Cannes en France. Mer Méditerranée.

La ferme aquacole de Cannes en France. Mer Méditerranée.

La ferme aquacole de Cannes en France. Mer Méditerranée.

La ferme aquacole de Cannes en France. Mer Méditerranée.

La ferme aquacole de Cannes en France. Mer Méditerranée.

La ferme aquacole de Cannes en France. Mer Méditerranée.

La ferme aquacole de Cannes en France. Mer Méditerranée.

La ferme aquacole de Cannes en France. Mer Méditerranée.

La ferme aquacole de Cannes en France. Mer Méditerranée.

La ferme aquacole de Cannes en France. Mer Méditerranée.

La ferme aquacole de Cannes en France. Mer Méditerranée.

Cette page a été lue 19467 fois

Si cette page vous a intéressé(e) pouvez-vous lui donner une note (5 étoiles est la meilleure)?
(53 Votes)

Vous avez envie de photographier des faons et des marcassins juste après leur naissance. Vous avez envie de réaliser des photos créatives.
Cliquez sur le bouton ci-dessous.

Quel est votre avis sur cette chronique?

Et vous, quel est votre avis sur cette chronique ? Que pensez-vous ?

Si vous avez une opinion sur le sujet, pouvez-vous poster un commentaire ci-dessous en indiquant vos réflexions ?

Pouvez-vous partager cette chronique sur les réseaux sociaux?

Si vous aimez cette chronique, n’hésitez pas à la partager via les réseaux sociaux.

En vous inscrivant à notre newsletter, vous recevrez une fois par mois un message avec une nouvelle chronique.

Proposez-nous un sujet de chronique si vous le souhaitez

Si vous appréciez nos sujets de chroniques et si vous avez une idée, n'hésitez pas à nous contacter en nous proposant un sujet.

Votre idée doit être en relation avec la photographie animalière, sous-marine ou de paysages.

Nous n'abordons pas les techniques de développement. Ce sont des sujets que nous abordons durant nos stages.


N'oubliez pas de vous abonner à ma newsletter :

captcha

 

Contactez-moi

Si vous souhaitez plus d'informations, veuillez remplir ce formulaire. Je reviendrai vers vous dès que possible.

captcha

 

Amar Guillen. Artiste photographe professionnel de la nature.

Amar Guillen est un artiste photographe. Ses œuvres sont spécialisées en photographie sous-marine, animalière et de paysages. Son aventure photographique commence en 1987 alors qu’il prépare un diplôme d’ingénieur en informatique. Les spectacles visuels que leur offrent à la fois les paysages somptueux qui l’entourent, et la faune qui les peuplent, constituent son éternelle source d’inspiration. Cela l’a amené à se consacrer entièrement à sa carrière professionnelle photographique afin de partager son interprétation contemplative et artistique de la nature. Il photographie des paysages naturels terrestres et sous-marins ainsi que les créatures qui s’y déploient, depuis ces 15 dernières années, animé par les mystères infinis que cache la nature.

Par le regard photographique qu’il pose sur la nature, il s’efforce de mettre en lumière l’importance de sa conservation. Amar vit et expose entre la France et les États-Unis dont la faune, les paysages et les cultures nourrissent ses œuvres, et a publié plusieurs ouvrages dont « Lumières et Couleurs de la côte de la Charente-Maritime », « Reflets de la Haute-Saintonge », mais également « Les Secrets de la photo sous-marine ».

  1. Commentaires (3)

  2. Ajouter le votre
This comment was minimized by the moderator on the site

Puisque rejet il y a même en faible quantité, je pense que la nourriture distribuée contient des antibiotiques pour éviter la perte de l'élevage ( en tous cas dans les élevages de saumons de l'Atlantique Nord)? n'est-ce pas le cas dans ce type de ferme? parce qu'alors ces poissons ne sont pas conseillés surtout aux enfants ( risque de résistance aux antibiotiques en cas d'infection de l'être humain) Superbe reportage

Laure Droz
This comment was minimized by the moderator on the site

Si l'on respecte le milieu naturel, il n'y a pas de risque et même au contraire, une chaine alimentaire va se recomposer pour ainsi redonner de la vie sous les cages. Sur la dernière photo, sur le coin supérieur gauche on peut voir une grosse quantité de mulets qui sont à l'affut pour récupérer tout ce qui pourrait sortir des cages... Les formules actuelles qui composent les aliments des poissons, prennent en compte les rejets; tout est fait pour qu'il y en ait le moins possible. Le bon aliment est aujourd'hui tellement cher en France que les éleveurs calculent au gramme près la ration quotidienne afin de ne rien gaspiller. Nous sommes conscient que c'est ce milieu naturel qui nous fait vivre, notre intérêt est de le conserver...Sébastien (aquaculteur et avant tout plongeur) Ps:encore une fois bravo Amar et Isabelle

Sébastien
This comment was minimized by the moderator on the site

Qu'en est-il des rejets naturels par les poissons, ne se concentrent-ils pas sur une faible surface? J'avais lu quelque chose dans ce sens concernant les élevages de saumons; les nombreux rejets polluaient le secteur dans lequel se trouvaient les fermes.

ray manta
Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

    Réseaux sociaux/Vidéos

    Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

    Autres cookies

    Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

    Activation