Photographier le guêpier d'Europe en Charente-Maritime, en France

Un oiseau qui a la mauvaise idée de nicher dans des propriétés privées

Guêpier d'Europe avec une guêpe dans son bec dans une carrière de sable.
Guêpier d'Europe avec une guêpe dans son bec dans une carrière de sable.

Pour un projet photographique relatif à la Charente-Maritime et qui aboutira en 2014, nous avions besoin d’une photographie d’un guêpier d’Europe. Nous connaissions bien les habitudes de ce bel oiseau très photogénique. Mais entre les connaissances théoriques et le terrain, le fossé est énorme ; comme souvent en photo de nature.

Un oiseau migrateur qui niche dans les berges sableuses

Le guêpier d’Europe (nom scientifique : Merops apiaster) est un oiseau qui se nourrit surtout d’insectes comme les abeilles qui constituent sa principale source de nourriture. Mais il se rassasie aussi de guêpes, de frelons, de mouches, de libellules, etc. Il attrape les insectes en général en vol comme le font les hirondelles.

Pendant la période hivernale européenne, les abeilles d’Europe restent dans leurs ruches, privant ainsi les guêpiers de leur mets favori. Les guêpiers migrent alors vers l’Afrique de l’Ouest. C’est un oiseau migrateur qui peut être photographié en Charente-Maritime à la fin du printemps et pendant l’été.

Habituellement, le guêpier d’Europe creuse son nid qui s’apparente à un terrier dans les berges sablonneuses des cours. Après l’accouplement la femelle va déposer dans le terrier cinq œufs qui seront couvés pendant trois semaines par les deux adultes à tour de rôle. Ensuite, les juvéniles seront nourris pendant quatre semaines avant de prendre leur envol.

Le plus drôle dans le comportement de cet oiseau et nous avons pu le constater est que les juvéniles sont obligés de jeûner pour prendre leur envol. Les adultes ont un poids moyen de 60 grammes pour une envergure de 50 centimètres. Les petits sont tellement nourris et tellement gras qu’ils peuvent atteindre 70 grammes. Ce poids est trop important pour prendre le premier envol. Les parents font alors jeûner les juvéniles pour qu’ils puissent s’envoler. Nous avons pu observer et photographier les petits crier pendant des heures à l’entrée du terrier pour quémander de la nourriture. A la fin, le besoin de manger est tel qu’ils s’envolent. C’est un spectacle extraordinaire que nous n’oublierons pas.

En Charente-Maritime, les guêpiers d’Europe choisissent la plupart du temps des carrières de sable pour construire leur habitat. Malheureusement pour nous, ces sablières sont la plupart du temps des propriétés privées.

Guêpier d'Europe en train de nourrir les juvéniles dans le terrier.
Guêpier d'Europe en train de nourrir les juvéniles dans le terrier.

Le casse-tête des autorisations de photographier

Pour trouver les sablières en Charente-Maritime, notre principal outil fut internet et les logiciels de cartographie. Une fois que nous avions repéré une carrière de sable sur une carte, nous allions la visiter.

Les repérages des cinq premières carrières furent infructueux. Dans les deux premières carrières, nous n’avons observé aucun guêpier d’Europe qui nichait. L’accès à la troisième carrière était impossible. Enfin, l’accès à la quatrième nous a été refusé car la carrière était toujours en exploitation. Pour le cinquième site, nous avons essuyé un refus poli car nous n’étions que des photographes et que nous n’étions pas membres d’une association d’observation des oiseaux.

Nous commencions à désespérer en nous disant que nous avions peut être été ambitieux dans notre projet. Mais, nous sommes obstinés et persévérants. Nous avons continué nos recherches. Nous avons localisé une carrière située à deux heures de l’endroit où nous habitions. Cela faisait quatre heures de voiture aller-retour. Qu’à cela ne tienne, nous avions besoin des clichés. Nous sommes aller demander l'autorisation à l'exploitant de la carrière. Après lui avoir expliqué le projet, il nous donne son accord. Nous sommes heureux mais le temps presse. Cela fait des années que des guêpiers d'Europe viennent nicher sur son exploitation. Pendant cette période, la carrière est laissée aux oiseaux.

Avec nos jumelles, nous repérons rapidement deux couples de guêpiers d’Europe volant à la cime des arbres qui arborent la carrière. Il nous reste à trouver les nids. Après quelques heures d’attente, tapis dans les hautes herbes à l’abri du regard des oiseaux qui sont très méfiants, nous repérons les nids. Il ne reste plus qu’à installer les affûts pour réaliser les photos.

La pugnacité finit par payer

Le temps avance vite. Les juvéniles deviennent très grands. Bientôt nous ne trouverons plus aucun oiseau dans un nid. La migration vers l’Afrique est pour bientôt. Nous nous cachons derrière de petits arbustes et nous scrutons le ciel à la recherche de guêpiers d’Europe. Nous sommes inquiets et stressés car le choix des lieux se réduit drastiquement. Après vingt minutes, nous entendons le cri tant attendu. Nous les voyons voler très haut. Ils sont là. Il faut maintenant attendre que les adultes nous montrent le nid.

Nous ne savons pas encore mais les juvéniles sont déjà très grands. Ils sont presque prêts pour le premier envol. Les parents ne les nourrissent quasiment plus. Nous attendons toute la journée avant d’apercevoir un juvénile qui sort d’un trou pour quémander de la nourriture. Le soleil a tourné et il est mal placé pour réaliser des photos. Nous devons revenir le lendemain mais au moins nous avons vu nos premiers guêpiers.

La chance nous sourit. La météo s’annonce excellente avec beaucoup de soleil. Nous arrivons tôt. Cette fois, la topologie du site nous oblige à monter les affûts en plein milieu de la carrière. Il est impossible de s’installer sur les bords car un fossé borde la propriété. Les parents ne vont pas se montrer pendant cette première journée. Nous ne photographierons que des juvéniles à l’entrée du terrier. Malgré tout, nous sommes satisfaits des clichés.

Guêpier d'Europe juvénile dans un terrier dans une carrière de sable.
Guêpier d'Europe juvénile dans un terrier dans une carrière de sable.
Guêpier d'Europe juvénile dans un terrier dans une carrière de sable.
Guêpier d'Europe juvénile dans un terrier dans une carrière de sable.

Le lendemain, nous revenons en espérant cette fois apercevoir les adultes. Nos vœux seront exaucés après une matinée d’attente. Un adulte se pose non loin du nid après une abeille dans le bec. Nous avons juste le temps de faire la mise et de déclencher. Nous étions concentrés sur le terrier.

Nous rentrons très contents de l’heureux épilogue de notre recherche. Mais notre joie est de courte durée. En consultant les prévisions météo, le mauvais temps pluvieux est annoncé pour les quatre prochains. Les oiseaux auront pris leur envol. Nous ne pourrons plus les photographier. Tant pis. Nous devrons nous contenter des clichés de la journée.

Nous appelons le gestionnaire de la carrière en lui expliquant que nous ne viendrons pas cette année. Il nous propose alors de le recontacter l’année prochaine pour continuer nos clichés. Ce sera un peu tard pour notre projet mais nous reviendrons quand même pour réaliser de beaux clichés naturalistes.

Affût dans une carrière pour photographier des guêpiers d'Europe en Charente-Maritime.
Affût dans une carrière pour photographier des guêpiers d'Europe en Charente-Maritime.
Affût dans une carrière pour photographier des guêpiers d'Europe en Charente-Maritime.
Affût dans une carrière pour photographier des guêpiers d'Europe en Charente-Maritime.

La photo animalière est un domaine très difficile

Finalement, ce projet nous a appris à ne jamais s’engager pour des photos animalières tant que nous ne les avons pas réalisées. Rien n’est pas plus difficile que la photographie de la nature. Rien n’est prévisible. Tout est aléatoire. Le courage et la pugnacité sont nécessaires mais souvent insuffisants.


Cette page a été lue 6834 fois

Si cette page vous a intéressé(e) pouvez-vous lui donner une note (5 étoiles est la meilleure)?
(85 Votes)

Article publié le dimanche 25 août 2013. Écrit par
Vous avez envie de photographier des faons et des marcassins juste après leur naissance. Vous avez envie de réaliser des photos créatives.
Cliquez sur le bouton ci-dessous.

Quel est votre avis sur cette chronique?

Et vous, quel est votre avis sur cette chronique ? Que pensez-vous ?

Si vous avez une opinion sur le sujet, pouvez-vous poster un commentaire ci-dessous en indiquant vos réflexions ?

Pouvez-vous partager cette chronique sur les réseaux sociaux?

Si vous aimez cette chronique, n’hésitez pas à la partager via les réseaux sociaux.

En vous inscrivant à notre newsletter, vous recevrez une fois par mois un message avec une nouvelle chronique.

Proposez-nous un sujet de chronique si vous le souhaitez

Si vous appréciez nos sujets de chroniques et si vous avez une idée, n'hésitez pas à nous contacter en nous proposant un sujet.

Votre idée doit être en relation avec la photographie animalière, sous-marine ou de paysages.

Nous n'abordons pas les techniques de développement. Ce sont des sujets que nous abordons durant nos stages.


N'oubliez pas de vous abonner à ma newsletter :

captcha

 

Contactez-moi

Si vous souhaitez plus d'informations, veuillez remplir ce formulaire. Je reviendrai vers vous dès que possible.

captcha

 

Amar Guillen. Artiste photographe professionnel de la nature.

Amar Guillen est un artiste photographe. Ses œuvres sont spécialisées en photographie sous-marine, animalière et de paysages. Son aventure photographique commence en 1987 alors qu’il prépare un diplôme d’ingénieur en informatique. Les spectacles visuels que leur offrent à la fois les paysages somptueux qui l’entourent, et la faune qui les peuplent, constituent son éternelle source d’inspiration. Cela l’a amené à se consacrer entièrement à sa carrière professionnelle photographique afin de partager son interprétation contemplative et artistique de la nature. Il photographie des paysages naturels terrestres et sous-marins ainsi que les créatures qui s’y déploient, depuis ces 15 dernières années, animé par les mystères infinis que cache la nature.

Par le regard photographique qu’il pose sur la nature, il s’efforce de mettre en lumière l’importance de sa conservation. Amar vit et expose entre la France et les États-Unis dont la faune, les paysages et les cultures nourrissent ses œuvres, et a publié plusieurs ouvrages dont « Lumières et Couleurs de la côte de la Charente-Maritime », « Reflets de la Haute-Saintonge », mais également « Les Secrets de la photo sous-marine ».

  1. Commentaires (1)

  2. Ajouter le votre
This comment was minimized by the moderator on the site

Bonjour,
J'habite à La Rochelle, je suis photographe amateur et j'ai pu, durant 4 ans, photographier des guêpiers, en régions Toulousaine ou j'ai habité jusqu'en novembre 2013.
La colonie revenait tout les ans, près de Villefranche de Lauragais, jusqu'au jour ou le conseil général a eu l'excellente idée de faire élargir le routin qui passait au pied du talus.
ils ne sont plus jamais revenus.
Actuellement, je recherche vivement des endroits de nidification, car la douceur qui s'installe va être propice a leur arrivée, je pense que dans la région de Cadeuil, il doit y avoir des sites possibles,, sont ils accessibles du fait des propriétés des étangs, a voir.
cordialement
JP
,

Jean Pierre
Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

    Réseaux sociaux/Vidéos

    Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

    Autres cookies

    Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

    Activation