Pourquoi et comment photographier les faons – Partie 2

Pour lire la partie précédente de l'article, cliquez ici.
Photographie d'un faon de daim dans une prairie.
Photographie d'un faon de daim dans une prairie.

Pourquoi photographier les faons ?

Cette question essentielle possède plusieurs réponses.

  • Tout d’abord il s’agit de la difficulté à réaliser des photos.  Si vous aimez les vrais défis photographiques, si vous aimez vivre des émotions intenses, si vous aimez photographier la rareté animalière alors vous avez déjà eu une bonne raison de vouloir photographier des faons. La première difficulté est de les trouver. C’est un défi que vous vous lancez. D’une part toutes les femelles qu’elles soient biches, daines ou chevrettes ne donnent pas naissance à un faon tous les ans.

    D’autre part les femelles ont tendance à s’écarter de longs de leurs congénères quand elles mettent bas.

    Vous devez les localiser, les suivre et attendre le bon moment soit pour la naissance soit pour voir le faon découvrir son environnement.
  • Pour moi, voir un faon s’épanouir à la découverte de la nature est la raison principale pour le photographier. Les faons aiment jouer, gambader et découvrir l’environnement.

    J’ai eu la chance d’observer un faon regarder avec curiosité une abeille ou un papillon. Les expressions qu’il montrait étaient extraordinaires. Ce sont des moments incroyables à figer avec des photographies.
  • La troisième raison que je vous donnerai, c’est l’émotion que vous ressentirez quand un faon vous regarde. Même si génétiquement, un faon est programmé pour avoir peur des êtres humains, il conserve en lui cette part de la curiosité qui est propre à l’innocence des êtres vivants qui viennent au monde.

    J’ai eu l’occasion durant plusieurs sessions photos en affût de surprendre une biche qui passait avec son faon. Lorsqu’elle détecte une présence suspecte, la biche s’enfuit rapidement. Le faon n’hésite pas à rester une minute ou deux pour regarder dans la direction de l’affût pour essayer de comprendre ce qui se passe. C’est à ce moment précis que vous pouvez réaliser des images d’une très grande portée émotionnelle.
  • La quatrième raison que j’évoquerai c’est la beauté, l’élégance, la finesse et la fragilité des faons. Ils sont souvent petits, frêle, peu sûr d’eux. Photographiquement parlant, le faon représente un merveilleux sujet animalier.
  • Enfin pour vous donner une cinquième raison de photographier des faons, c’est peut-être l’accomplissement d’un rêve d’enfant. De plus, j’attache énormément d’importance au symbolisme.

    Durant notre enfance, nous avons tous regardé avec de grands yeux émerveillés le film ‘Bambi’. Nous avons aussi lu de nombreux livres pour enfants dont le personnage principal était un faon.

    Le faon est le symbole de l’enfance et de la nature. Il évoque aussi la fragilité. Le faon c’est l’enfant qui est en chacun de nous. Photographier les faons c’est aussi nous représenté l’apprentissage de la sagesse. Le faon est dépendant de sa mère il doit apprendre la sagesse.

Comment photographier les faons?

Comme je viens de l’écrire dans le paragraphe concernant le pourquoi, photographier un faon est difficile car vous devez le localiser. Déjà, vous devez retenir que la meilleure période est celle des mois de juin juillet et août.

Tout comme pour le brame du cerf j’utilise trois techniques.

  • La billebaude est le moyen le plus facile. Il vous suffit de connaître une zone peuplée de biches, de daine ou de chevrette puis de marcher à la recherche des animaux. C’est un moyen assez efficace pour trouver des animaux car vous pouvez parcourir 10 ou 20 km par jour. Vous mettez toutes les chances de votre côté.

    Mais vous allez vous heurter à deux problèmes. Les biches ont une excellente ouïe. Si vous avez le pas lourd, si vous écrasez une brindille ou si vous faites le moindre bruit vous serez détecté bien avant de les apercevoir.

    D’autre part, en billebaude, même si vous choisissez correctement le vent, la position du soleil, vous n’aurez peut-être pas la chance d’avoir un beau décor pour mettre votre scène en valeur. C’est l’un des fondements de ma méthode ACAPN pour créer des photos intéressantes. Le décor est l’une des trois composantes essentielles à choisir pour réaliser une bonne photo.
  • L’approche est le deuxième moyen pour photographier des faons.

    L’idée est de trouver un faon avec des jumelles depuis un point est remarquable. Puis vous allez progresser en rampant dans les prairies ou les sous-bois jusqu’à vous retrouvaient à une distance suffisante pour réaliser vos photographies. C’est une technique que j’adore et que je pratique beaucoup car elle est très efficace. Mais elle possède aussi son revers : elle est épuisante.

    En général, je suis capable de réaliser au plus deux approches par session photo. Ensuite l’énergie me manque. Il m’est arrivé de faire des approches sur plus de 500 m qui duraient plus d’une heure. Mais l’avantage principal c’est que vous choisissez la distance par rapport à l’animal. En fonction de votre style photographique et des cadrages que vous aimez, vous ajusterez et évaluerez cette distance.
  • Le troisième moyen pour photographier des faons, c’est la technique de l’affût. Vous devez bien connaître le terrain sur lequel vous allez évoluer. Vous devez aussi bien connaître les habitudes des animaux.

    L’affût reste une très bonne technique pour la photographie animalière. Il possède l’avantage de vous rendre quasiment invisible. Il permet aussi de pouvoir vous reposer et surtout de pouvoir choisir votre décor. Son principal inconvénient est que vous ne pouvez pas choisir la distance à laquelle vous allez photographier les animaux. Si vous réalisez des photos purement illustratives cela n’a pas d’importance. En effet, dans ce cas, seule la représentation de l’animal est importante.

    Si vous voulez réaliser des photographies artistiques dans le cadre d’un projet photo qui a des contraintes, vous n’aurez pas de paramètres d’ajustement.

Les trois méthodes possèdent des avantages et des inconvénients. Personnellement, je les utilise toutes les trois. J’ai une préférence pour l’approche. Mais quand je suis fatigué je choisis l’affût pour me reposer.

Pendant les stages photos que j’organise au moment de la naissance des faons, j’explique ces trois techniques.

Le choix des objectifs

Pour photographier les faons, je recommande d’avoir utile avec une focale supérieure à 300 mm. Et ce quel que soit le format du capteur de votre appareil photo.

Les faons sont difficiles à approcher car les mères vont les éloigner si elles vous repèrent.

Finalement

Photographier les faons est un véritable défi car ils sont difficiles à trouver. De plus, ils ne sont pas nombreux à naître chaque année.

Pour réaliser des photos intéressantes, je vous recommande la billebaude, l’approche et l’affût. Apprenez à bien connaître le terrain et les animaux avant de partir pour une session photo.

Chaque année, j’organise un stage de photo consacré à la naissance des faons. N’hésitez pas à me contacter pour avoir des informations sur ce sujet s’il vous intéresse.


Cette page a été lue 1244 fois

Si cette page vous a intéressé(e) pouvez-vous lui donner une note (5 étoiles est la meilleure)?
(13 Votes)

Article publié le vendredi 21 février 2020. Écrit par
  1. Commentaires (2)

  2. Ajouter le votre
This comment was minimized by the moderator on the site

Même si pas novice en photo animalière et pour partie sur les cervidés, on en apprend tous les jours, toutes les informations partagées par les passionnés / professionnels sont un bon moyen de progresser. Cet article en fait partie et très intéressant à lire. Merci pour ce partage.

Michel R.
This comment was minimized by the moderator on the site

Michel,

je vous remercie beaucoup pour avoir pris le temps décrire ce document concernant le blog sur les faons. Je suis très heureux qu'il vous apporte de nouveaux éléments de connaissance.
Le but de ces articles est de justement donner de nouveaux éléments pour vous permettre de réaliser encore de meilleures photos pour les partager avec le plus grand nombre.
D'autres articles sont en préparation sur ces sujets concernant la photographie des mammifères français.

Amar Guillen
Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

    Réseaux sociaux/Vidéos

    Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

    Autres cookies

    Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

    Activation

    Comment puis-je vous aider à créer des photos?