Pourquoi et comment utiliser le langage photographique – 1ère partie

Comme je l’avais dit dans cet article, la photographie est un moyen d’expression artistique. Elle dispose donc d’un langage. Comme tout langage, elle possède sa grammaire pour écrire justement.

La photographie sous-marine demande une très grande maîtrise pour utiliser le langage photographique (gobie sur un corail dur).
La photographie sous-marine demande une très grande maîtrise pour utiliser le langage photographique (gobie sur un corail dur).

L’écriture photographique possède son propre langage

La maîtrise de ce langage va permettre d’écrire facilement mais surtout d’être bien compris par ceux qui vont regarder les photos.

Par définition, un langage est la fonction de l’expression de la pensée et de la communication. Le langage est un système de signes permettant la communication. Il peut être mis en œuvre par l’écriture.

Précédemment, nous avons vu que la photographie disposait d’un certain nombre de signes que l’on appelle l’écriture photographique. Maintenant, pour s’exprimer et donner un sens, un photographe doit disposer d’un langage photographique.

Le langage photographique c’est aligner des signes qui mis ensemble par le biais de l’écriture photographique permet à l’auteur photographe de s’exprimer et au regardeur de comprendre le sens d’une photographie. Le langage va permettre aux deux entités de se comprendre.

Mais comme nous allons le voir, il n’est pas aussi qu’il y parait. La principale raison est que la photographie possède une dimension psychanalytique très importante.

Pour moi, le langage photographique peut se décliner an quatre points très distincts.

Tout d’abord, ce langage tient compte de l’esthétique de la photographie, c’est-à-dire l’harmonie comme les couleurs ou les dégradés de gris, les différents équilibres comme les masses et les expositions, les formes, etc.

Ensuite, ce langage doit aussi tenir compte de la technique. C’est-à-dire l’exposition, la netteté, la profondeur de champ, le bruit, etc.

Ce langage photographique doit aussi tenir compte des éléments utilisés pour composer la scène. Par exemple, pour une photographie de nature, il n’est pas très judicieux de mettre une ville ou des maisons ou une autre construction humaine. Cela n’a pas de sens.

Enfin ce langage doit disposer des outils pour traduire les messages mais surtout les émotions que veut faire passer l’auteur de la photographie. Par exemple, on ne va pas utiliser les mêmes outils pour traduire un esprit tourmenté ou un esprit joyeux. Ce serait ce que l’on appelle un contre sens. Par exemple, une photo qui traduit un état tourmenté sera plutôt créée en noir et blanc avec des contrastes forts. Un cliché traduisant un état joyeux va plutôt utilisé des couleurs douces et gaies.

Si l’un de ces points n’est pas bien mise en valeur par l’artiste photographe, la phrase ne sera complète. Le regardeur de la photographie ne la comprendra pas.

Par exemple, si une photo est parfaite techniquement : nette, bien contrastée, bien exposée, bonne gestion des couleurs ou des dégradés de gris et si elle possède une touche de créativité, mais que les éléments ne concourent pas à bien définir l’état d’esprit, elle sera ratée.

Autre exemple, une photo techniquement parfaite qui possède de bonnes qualités esthétiques mais dont les éléments photographiques n’ont aucune relation avec le sujet n’est pas une photo intéressante car elle ne véhicule aucun message.

Le langage photographique doit être bien utilisé sémantiquement

La connaissance du langage photographique n’est pas suffisante.

En effet, prenons l’exemple de l’apprentissage d’une langue étrangère. Nous apprenons des mots de vocabulaire, les règles de grammaire, les règles de conjugaison. Nous allons ensuite visiter le pays concerné par cette langue.

Nous décidons de parler à quelqu’un. Si nous répétons les mots que nous avons appris en respectant les règles grammaticales mais que ces mots n’ont aucun sens sémantique dans le contexte de la discussion, il est certain que notre interlocuteur ne va nous comprendre. Il en de même avec le langage photographique. Si vous souhaitez vous adresser à un public avec vos photographies, vous devez définir l’objet de votre message ou des émotions que vous voulez traduire. Ensuite, vous devez utiliser les bons éléments sémantiques sous peine de ne pas être compris correctement.

J’ai rencontré de nombreux photographes qui réalisaient des photos en tenant compte uniquement de l’aspect technique. Leurs photos étaient excellentes sur le plan technique mais aucune sémantique ne se dégageait.

Connaitre le langage photographique est une première étape incontournable pour un photographe souhaitant créer de belles photos de nature de paysages, sous-marine ou animalière. Mais savoir l’utiliser correctement est certainement l’étape la plus difficile à maîtriser.

Vouloir montrer une vision du monde est tout à fait louable. Mais cela ne s’improvise pas. Il faut du temps, de la patience. C’est un apprentissage long qui demande beaucoup de qualités personnelles et une bonne dose de culture générale.

La photographie artistique possède deux dimensions

Pour lire la suite de l'article, cliquez ici.

Cette page a été lue 1419 fois

Si cette page vous a intéressé(e) pouvez-vous lui donner une note (5 étoiles est la meilleure)?
(19 Votes)

Article publié le vendredi 29 mars 2019. Écrit par
Vous avez envie de photographier des faons et des marcassins juste après leur naissance. Vous avez envie de réaliser des photos créatives.
Cliquez sur le bouton ci-dessous.

Quel est votre avis sur cette chronique?

Et vous, quel est votre avis sur cette chronique ? Que pensez-vous ?

Si vous avez une opinion sur le sujet, pouvez-vous poster un commentaire ci-dessous en indiquant vos réflexions ?

Pouvez-vous partager cette chronique sur les réseaux sociaux?

Si vous aimez cette chronique, n’hésitez pas à la partager via les réseaux sociaux.

En vous inscrivant à notre newsletter, vous recevrez une fois par mois un message avec une nouvelle chronique.

Proposez-nous un sujet de chronique si vous le souhaitez

Si vous appréciez nos sujets de chroniques et si vous avez une idée, n'hésitez pas à nous contacter en nous proposant un sujet.

Votre idée doit être en relation avec la photographie animalière, sous-marine ou de paysages.

Nous n'abordons pas les techniques de développement. Ce sont des sujets que nous abordons durant nos stages.


N'oubliez pas de vous abonner à ma newsletter :

captcha

 

Contactez-moi

Si vous souhaitez plus d'informations, veuillez remplir ce formulaire. Je reviendrai vers vous dès que possible.

captcha

 

Amar Guillen. Artiste photographe professionnel de la nature.

Amar Guillen est un artiste photographe. Ses œuvres sont spécialisées en photographie sous-marine, animalière et de paysages. Son aventure photographique commence en 1987 alors qu’il prépare un diplôme d’ingénieur en informatique. Les spectacles visuels que leur offrent à la fois les paysages somptueux qui l’entourent, et la faune qui les peuplent, constituent son éternelle source d’inspiration. Cela l’a amené à se consacrer entièrement à sa carrière professionnelle photographique afin de partager son interprétation contemplative et artistique de la nature. Il photographie des paysages naturels terrestres et sous-marins ainsi que les créatures qui s’y déploient, depuis ces 15 dernières années, animé par les mystères infinis que cache la nature.

Par le regard photographique qu’il pose sur la nature, il s’efforce de mettre en lumière l’importance de sa conservation. Amar vit et expose entre la France et les États-Unis dont la faune, les paysages et les cultures nourrissent ses œuvres, et a publié plusieurs ouvrages dont « Lumières et Couleurs de la côte de la Charente-Maritime », « Reflets de la Haute-Saintonge », mais également « Les Secrets de la photo sous-marine ».

  1. Commentaires (0)

  2. Ajouter le votre
Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

    Réseaux sociaux/Vidéos

    Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

    Autres cookies

    Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

    Activation