Article publié le vendredi 27 septembre 2019. Écrit par

Pourquoi et comment photographier le brame du cerf avec un fantôme des bois

Le brame du cerf est l’événement incontournable de l’automne pour les photographes animaliers. Vous avez certainement entendu bramer non loin de chez vous. Mais photographier des cerfs durant cette période est un vrai défi en milieu naturel.

Je vous propose la technique du fantôme des bois pour vous dissimuler aux yeux des cerfs. Cet accessoire permet de réaliser des photos intéressantes de cerfs et de biches sans être vu.

Le fantôme des bois est un accessoire bien adapté pour photographier le brame du cerf.
Le fantôme des bois est un accessoire bien adapté pour photographier le brame du cerf.

Le principe du fantôme des bois

Avant d’aller plus loin, il est intéressant de vous préciser ce qu’est un fantôme des bois.

Un fantôme des bois est une pièce de tissu qui permet de se camoufler à la vue des animaux sans être repéré.

Il est général de couleur kaki. La couleur doit être choisie en fonction des environnements dans lesquels vous allez évoluer.

Je vous recommande de choisir un fantôme des bois imperméable. Ils ne sont jamais parfaits pour des fortes pluies mais si vous dressez votre affût sous un arbre, vous serez quasiment sec.

Pourquoi utiliser un fantôme des bois pour photographier des cerfs en train de bramer

Dans des articles précédents, je vous avais expliqué que pour photographier le brame du cerf, il était intéressant de pratiquer la billebaude, l’approche ou l’affût. Ces techniques dépendent du terrain, des conditions météo et de votre condition physique.

Chaque technique possède ses avantages et ses inconvénients.

  • La billebaude permet de se déplacer à la recherche des cerfs mais dans ce cas vous êtes visible d’assez loin. L’avantage est que vous pouvez jouer sur l’effet de surprise. A main levée, vous pouvez réaliser des photos sans vous être préparé.
  • L’approche permet de vous approcher au plus près des cerfs. L’inconvénient est qu’elle nécessite une bonne condition physique car il faut souvent ramper.
  • L’affût présente l’avantage de ne pas vous fatiguer. L’inconvénient est que même si vous connaissez bien le terrain, vous n’êtes jamais certain que des cerfs vont se présenter devant votre objectif photo.

Le fantôme des bois est une solution hybride. Il vous permet de vous déplacer puis de vous arrêter pour réaliser un affût pendant quelques heures. Si aucun cerf ne se présente vous pouvez changer de nouveau d’endroit.

Le fantôme des bois permet d’être mobile en toute discrétion.

Pour bien utiliser un fantôme des bois, vous devez respecter les étapes suivantes.

Etape 1 : Vous devez bien choisir votre fond pour vous camoufler

Le but du fantôme des bois est que vous ne soyez pas visible pour ces cerfs ou des biches.

Vous devez choisir un fond qui doit être adapté à votre fantôme des bois. C’est-à-dire que la forme que vous allez créer ne doit pas être détectable. Par exemple, ce n’est pas la peine d’utiliser un fantôme des bois en pleine prairie.

En effet, les animaux sauvages comme les cervidés ont une excellente mémoire photographique. Comme ils se déplacent beaucoup, ils ont appris à mémoriser tous les lieux par lesquels ils passent. S’ils se rendent compte que quelque chose a changé dans leur environnement proche, ils vont devenir méfiants. J’ai déjà testé cette manière de procéder. Un cerf est resté plusieurs minutes immobile à me regarder camouflé dans mon fantôme des bois. Après 2 ou 3 minutes, il est reparti par le chemin par lequel il était venu.

Je vous conseille de choisir comme fond un gros arbre, un fourré, ou un sous-bois. Plus vous vous confondrez avec votre environnement immédiat mieux ce sera.

Un fantôme des bois est un camouflage. Il doit vous permettre de vous fondre avec le fond.

Vous ne devez pas vous découper dans l’environnement.
Un fantôme des bois ne doit pas être utilisé en prairie car la forme est trop visible.
Un fantôme des bois ne doit pas être utilisé en prairie car la forme est trop visible.

Etape 2 : bien choisir votre siège pliable

Une fois que votre fond a été choisi avec soin, vous devez installer votre siège pliable.

Comme vous allez faire un affût qui peut durer plusieurs heures, je vous conseille de choisir un siège confortable. Personnellement, j’ai opté pour un siège de camping rectangulaire pour supporter ma taille et mon poids. Lorsque j’ai commencé, j’avais un siège trépied. Mais j’ai constaté avec le temps que ce n’était pas du tout confortable car la surface d’assisse est insuffisante.

Etape 3 : installer correctement votre trépied et votre appareil photo

Cette étape est cruciale. Vous devez utiliser un trépied pour poser votre appareil. Vous pourriez très bien réaliser des photos à main levée mais le mouvement provoqué par vos bras quand vous allez lever l’appareil sera aussitôt détecté par le cerf ou la biche.

Une fois que votre trépied est posé devant vous, vous mettez votre appareil sur la rotule pendulaire.

Pour régler la hauteur de votre trépied, je vous recommande d’avoir le menton à hauteur de la griffe du porte flash.

Ainsi vous éviterez de générer un mouvement quand vous passerez de la vision directe au travers du maillage à la visée dans l’œilleton. Le passage de l’un à l’autre sera discret. Vous ne risquez pas d’attirer l’attention de l’animal qui s’est présenté devant vous.

Etape 4 : mettre un chapeau ou une casquette

Avant d’enfiler votre fantôme des bois, je vous conseille de mettre un chapeau avec des bords ou une casquette. Si vous restez le crâne nu, le tissu va glisser sur votre tête.

Quand vous allez passer de la vision directe au travers du maillage à l’œilleton, vous risquez d’avoir le tissu qui vous gêne. Vous risquez aussi de créer léger mouvement qui vous fera repérer par l’animal.

Etape 5 : enfiler le fantôme des bois

Il ne vous reste plus qu’à enfiler le fantôme des bois. Vous devez d’abord bien placer l’objectif à travers la fente prévue à cette effet.

Ensuite, vous devez mettre vos yeux face à la petite fenêtre prévue à cet effet. Au départ, ce n’est pas très facile. Mais après quelques minutes, vous vous y ferez très rapidement.

Vous allez rapidement constaté que l’angle de vue est limité à 120 degrés. C’est l’équivalent d’un objectif 14mm. Vous allez constater que c’est assez peu quand vous êtes sur le terrain. Vous devez absolument éviter de bouger en tournant la tête.

Le fantôme des bois amplifie les mouvements. Les cerfs peuvent facilement les détecter.

Soyez le plus immobile possible.

Cliquez sur chaque vignette pour voir un agrandissement.

Ne vous déplacer pas avec un fantôme des bois

La fonction du fantôme des bois est de vous permettre de faire un affût en toute discrétion. Il vous évite d’avoir à casser des branches et des fougères pour préparer un affût naturels.

N’essayez pas de vous déplacer avec même à l’orée d’un bois. Les cerfs ont une vue perçante. Le moindre mouvement anormal les fera fuir aussitôt.

Le fantôme des bois est fabriqué avec une pièce de tissu qui est large. Si vous essayez de marcher, vous allez vous prendre les pieds dedans. Vous risquez de tomber et d’abîmer votre appareil photo.

Lorsque vous déplacez, pliez simplement votre fantôme des bois. Rangez le dans un sac. Puis déplacez-vous vers un autre endroit pour affûter. C’est un accessoire facile à ranger et à transporter.

L’utilisation d’un fantôme des bois obéit aux règles de l’affût

Le fantôme des bois est un accessoire vous facilite les affûts.

Vous devez respecter certaines règles essentielles pour bien affûter :

  • Connaître les habitudes des animaux sauvages.
  • Repérer les coulées de passage.
  • Choisir le bon vent.
  • Bien choisir la lumière.
  • Respecter l’environnement et la nature pour se poster.
  • Ne jamais choisir une zone de passage de sangliers.

Finalement

J’espère que cet article consacré à l’utilisation du fantôme des bois pour photographier des cerfs pendant le brame vous aidera à faire le bon choix.

Personnellement, j’utilise cet accessoire chaque année pour réaliser des photos. Les résultats sont toujours à la hauteur de mes attentes.

Je suis un fervent pratiquant de l’approche. Mais faire deux approches par session est un maximum car c’est épuisant physiquement et mentalement. Je n’hésite pas à choisir un sous-bois et me poser sous un fantôme des bois pour me reposer une heure ou deux.

Pour créer des photos animalières intéressantes dans un milieu que vous ne connaissez pas encore très bien, le fantôme des bois est l’outil le plus adapté.

Cette page a été lue 906 fois

Si cette page vous a intéressé(e) pouvez-vous lui donner une note (5 étoiles est la meilleure)?
(14 Votes)

Vous avez envie de photographier des faons et des marcassins juste après leur naissance. Vous avez envie de réaliser des photos créatives.
Cliquez sur le bouton ci-dessous.

Quel est votre avis sur cette chronique?

Et vous, quel est votre avis sur cette chronique ? Que pensez-vous ?

Si vous avez une opinion sur le sujet, pouvez-vous poster un commentaire ci-dessous en indiquant vos réflexions ?

Pouvez-vous partager cette chronique sur les réseaux sociaux?

Si vous aimez cette chronique, n’hésitez pas à la partager via les réseaux sociaux.

En vous inscrivant à notre newsletter, vous recevrez une fois par mois un message avec une nouvelle chronique.

Proposez-nous un sujet de chronique si vous le souhaitez

Si vous appréciez nos sujets de chroniques et si vous avez une idée, n'hésitez pas à nous contacter en nous proposant un sujet.

Votre idée doit être en relation avec la photographie animalière, sous-marine ou de paysages.

Nous n'abordons pas les techniques de développement. Ce sont des sujets que nous abordons durant nos stages.


N'oubliez pas de vous abonner à ma newsletter :

captcha

 

Contactez-moi

Si vous souhaitez plus d'informations, veuillez remplir ce formulaire. Je reviendrai vers vous dès que possible.

captcha

 

Amar Guillen. Artiste photographe professionnel de la nature.

Amar Guillen est un artiste photographe. Ses œuvres sont spécialisées en photographie sous-marine, animalière et de paysages. Son aventure photographique commence en 1987 alors qu’il prépare un diplôme d’ingénieur en informatique. Les spectacles visuels que leur offrent à la fois les paysages somptueux qui l’entourent, et la faune qui les peuplent, constituent son éternelle source d’inspiration. Cela l’a amené à se consacrer entièrement à sa carrière professionnelle photographique afin de partager son interprétation contemplative et artistique de la nature. Il photographie des paysages naturels terrestres et sous-marins ainsi que les créatures qui s’y déploient, depuis ces 15 dernières années, animé par les mystères infinis que cache la nature.

Par le regard photographique qu’il pose sur la nature, il s’efforce de mettre en lumière l’importance de sa conservation. Amar vit et expose entre la France et les États-Unis dont la faune, les paysages et les cultures nourrissent ses œuvres, et a publié plusieurs ouvrages dont « Lumières et Couleurs de la côte de la Charente-Maritime », « Reflets de la Haute-Saintonge », mais également « Les Secrets de la photo sous-marine ».

  1. Commentaires (3)

  2. Ajouter le votre
This comment was minimized by the moderator on the site

Je suis passionnée par la photographie animalière que je pratique beaucoup en billebaude. Je ne connaissais pas cette technique du fantôme des bois qui doit offrir de meilleures possibilités pour faire des photos des oiseaux et des renards. Dans ma région, il n'y a pas de cerfs. Je vais commander chez Jama cette espèce de drap pour mieux être cachée.
Je suis avec passion tous vos articles hebdomadaires. Ils sont passionnants et enrichissants. Vous m'ouvrez des de nouveaux horizons. C'est réconfortant.
Continuez de nous faire aimer la photo.

Muriel Latzqui
This comment was minimized by the moderator on the site

Je vous remercie pour avoir pris le temps cet article consacré à la photographie animalière. Cette technique du fantôme des bois me tient à coeur.
Si vous avez des questions à ce sujet n'hésitez pas à me contacter. Je me ferai un plaisir de vous répondre.
Merci pour vos encouragements.
Bien à vous.

Amar Guillen
This comment was minimized by the moderator on the site

Merci pour toutes ces informations; J'avais trouvé des détails techniques sur des forums mais jamais aussi bien expliqués et détaillés. Je vais acheter un fantôme de bois pour photographier les guépiers d'Europe qui sont d'un naturel très méfiants.

Gaetan Leblanc
Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

    Réseaux sociaux/Vidéos

    Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

    Autres cookies

    Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

    Activation