Le sanglier en Charente-Maritime, ouest de la France

Le sanglier est très présent en Charente-Maritime. On le trouve dans les forêts, les bois ou les marécages. Tous les charentais ont déjà vu au moins un sanglier lors d'une promenade ou en voiture. Mais photographier un sanglier est une toute autre histoire. C'est un animal méfiant, très craintif vis à vis de l'homme.

C'est le seul grand animal qui soit omnivore. C'est une espèce grégaire. Le mâle s'appelle le verrat; la femelle s'appelle la laie. Le petit s'appelle le marcassin. Il n'existe qu'une seule espèce en Europe. Un sanglier peut vivre jusque 15 ans mais c'est très rare car il est beaucoup chassé. Une photographie à réaliser est lorsque le poil se hérisse. En effet, les poils de l’échine (la crinière) sont aussi érectiles.

A partir de +/- 3 ans, ils se hérissent pendant l’excitation lors du rut, lors de douleur ou de colère. Les vocalises du sanglier sont au moins de 9, grâce auxquelles ils communiquent et savent se reconnaître. Le sanglier grommelle, nasille, couine, grogne, souffle, gémit, claque des mâchoires….on dit qu’il « CASSE LES NOISETTES », signe d’alerte et d’inquiétude, son très particulier provoqué par le claquement des dents lorsque, par exemple, il sera acculé au ferme, blessé, prêt à charger ses agresseurs.

Chaque laie a un timbre de voix différent, une intonation de son personnelle, ce qui explique aisément la personnalisation de la communication entre les marcassins et leur mère. Dans cette espèce, comme pratiquement chez tous les mammifères, les vocalises s’associent à des attitudes corporelles très précises. Ainsi, à un certain nasillement de la laie, les marcassins se tapissent, on dit qu’ils se rasent !

Un marcassin est un sanglier âgé de – de 6 mois (rappel : 11 rayures), en livrée jusque 3 à 4 mois et un poids de 12 à 15 kgs. Il est né avecun poids de 700 grs à maximum 1 kilo. Ces rayures disparaissent progressivement pour laisser apparaître un fond roux de plus en plus marqué.

De 6 mois à 1 an , il est bête rousse. Son poids va progresser de 25 à +/- 40-45 kgs. Le toupet ou touffe de poils de la vrille = queue n’existe pas encore.

De 12 à 24 mois , (2 ans) il devient bête de compagnie. Cette fois, la vrille s’est bien développée et arbore un beau toupet.

De 2 à 3 ans , le sanglier mâle s’appelle ragot et la laie, une laie ragote.

A partir de 3 ans , la terminologie va varier selon que le sanglier est mâle ou femelle. Le terme « solitaire » signifie que l’animal est un sanglier mâle, adulte, vivant isolé des compagnies, seul ou accompagné d’un plus jeune qui porte le nom de « page ».

L’odorat est le plus développé. L’ouïe est très bonne mais souvent perturbée par le propre bruit des animaux de la compagnie. La vue est assez médiocre, mais la perception du mouvement est parfaite. La souille est la baignoire du sanglier. Cuvette humide, plus ou moins remplie d’eau, elle est fréquentée quotidiennement par les sangliers. Les sangliers ne possèdent pas de glandes sudoripares. Ils ne peuvent donc pas transpirer. Or, la thermorégulation corporelle des homéothermes est vitale ! Pour réguler leur température corporelle, ils sont donc obligés de se plonger régulièrement dans l’eau d’une souille et de s’y vautrer. On dit qu’ils se souillent. Ces bains de boue leur permettent aussi de se débarrasser en partie de leurs parasites cutanés. Les marcassins, peu protégés contre le froid et l’humidité ne se souillent pas. Ils ne se vautrent pas.

Photographier le sanglier est difficile en Charente-Maritime car les forêts sont denses et très grandes. C'est un animal très craintif. Les techniques photo sont basées sur l'affût ou l'approche. Le sanglier est un bel animal car il est puissant, rapide et très intelligent. Il ne faut jamais le sous-estimé. Il faut toujours lui laisser une porte de sortie pour qu'il puisse s'échapper quand on réalise des photos.

Cliquez sur chaque vignette pour voir un agrandissement.


Cette page a été lue 3061 fois

Si cette page vous a intéressé(e) pouvez-vous lui donner une note (5 étoiles est la meilleure)?
(53 Votes)

Article publié le dimanche 27 octobre 2013. Écrit par
Vous avez envie de photographier des faons et des marcassins juste après leur naissance. Vous avez envie de réaliser des photos créatives.
Cliquez sur le bouton ci-dessous.

Quel est votre avis sur cette chronique?

Et vous, quel est votre avis sur cette chronique ? Que pensez-vous ?

Si vous avez une opinion sur le sujet, pouvez-vous poster un commentaire ci-dessous en indiquant vos réflexions ?

Pouvez-vous partager cette chronique sur les réseaux sociaux?

Si vous aimez cette chronique, n’hésitez pas à la partager via les réseaux sociaux.

En vous inscrivant à notre newsletter, vous recevrez une fois par mois un message avec une nouvelle chronique.

Proposez-nous un sujet de chronique si vous le souhaitez

Si vous appréciez nos sujets de chroniques et si vous avez une idée, n'hésitez pas à nous contacter en nous proposant un sujet.

Votre idée doit être en relation avec la photographie animalière, sous-marine ou de paysages.

Nous n'abordons pas les techniques de développement. Ce sont des sujets que nous abordons durant nos stages.


N'oubliez pas de vous abonner à ma newsletter :

captcha

 

Contactez-moi

Si vous souhaitez plus d'informations, veuillez remplir ce formulaire. Je reviendrai vers vous dès que possible.

captcha

 

Amar Guillen. Artiste photographe professionnel de la nature.

Amar Guillen est un artiste photographe. Ses œuvres sont spécialisées en photographie sous-marine, animalière et de paysages. Son aventure photographique commence en 1987 alors qu’il prépare un diplôme d’ingénieur en informatique. Les spectacles visuels que leur offrent à la fois les paysages somptueux qui l’entourent, et la faune qui les peuplent, constituent son éternelle source d’inspiration. Cela l’a amené à se consacrer entièrement à sa carrière professionnelle photographique afin de partager son interprétation contemplative et artistique de la nature. Il photographie des paysages naturels terrestres et sous-marins ainsi que les créatures qui s’y déploient, depuis ces 15 dernières années, animé par les mystères infinis que cache la nature.

Par le regard photographique qu’il pose sur la nature, il s’efforce de mettre en lumière l’importance de sa conservation. Amar vit et expose entre la France et les États-Unis dont la faune, les paysages et les cultures nourrissent ses œuvres, et a publié plusieurs ouvrages dont « Lumières et Couleurs de la côte de la Charente-Maritime », « Reflets de la Haute-Saintonge », mais également « Les Secrets de la photo sous-marine ».

  1. Commentaires (0)

  2. Ajouter le votre
Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

    Réseaux sociaux/Vidéos

    Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

    Autres cookies

    Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

    Activation