Photographier les espèces animalières endémiques de l'Ethiopie : loups d'Ethiopie, geladas, nyalas des montagnes

En février 2016, nous avons accompagné un groupe de photographes durant un stage de photo animalière en Ethiopie. Le thème que nous avions choisi pour ce voyage était «Photographier les derniers loups d’Ethiopie et les singes gelada ». Ce voyage a été non seulement l’occasion de photographier des mammifères uniques mais aussi de nombreuses espèces d’oiseaux comme des pygargues vocifères, des guifettes leucoptères, des ibis sacrés, des ibis tantales etc. Les participants ont aussi photographié des hippopotames, des colobes, des antilopes Nyala.

Les participants au voyage photo en Ethiopie : Philippe, Agnès, Isabelle, Henri, Patricia et André

Les participants au voyage photo en Ethiopie : Philippe, Agnès, Isabelle, Henri, Patricia et André.

Avant de continuer la lecture...

Ce voyage a été organisé.

   Cliquez ici pour découvrir nos prochains voyages et stages photo.

   Attention car cette page s'ouvre dans un autre onglet de votre navigateur.

Les loups d’Ethiopie et les Géladas

L'un des points forts de ce voyage de photo animalière a été de photographier des loups d'Éthiopie (Canis simensis), encore appelé loup d'Abyssinie. C'est le deuxième canidé le plus rare au monde (après le Loup rouge) : il en reste moins de 500 individus à l'état sauvage, dont 300 dans le parc national du mont Balé (au centre de l'Éthiopie, dans les Bale Mountains, à environ 4 500 m d'altitude) et aucun en captivité. Ces loups, qui se nourrissent essentiellement de rongeurs (notamment en chassant le rat-taupe géant) vivent en groupes familiaux. Leurs effectifs ont été considérablement diminués ces dernières années, principalement du fait des maladies transmises par les chiens et l'augmentation de l'activité pastorale sur les hauts plateaux. Depuis environ 20 ans, une campagne de vaccination a été engagée associé à la création et le développement du parc national et de ses règles et cela a stabilisé la population des loups sur le plateau.

Un autre point fort de ce voyage a été les singes gélada. Ce grand singe ressemble au babouin et vit sur les haut-plateaux d'Érythrée et en Éthiopie. Bien que le gélada soit aussi grand que beaucoup de babouins, qu'il ait une face allongée et qu'il soit sujet au même dimorphisme sexuel, il ne fait pas partie de la même espèce. Le Gélada vit en petits groupes comportant un mâle et plusieurs femelles, et leur progéniture. C'est sur la vigilance et l'agressivité du mâle gélada que repose la sécurité du harem. Il se dépense beaucoup pour conquérir un pouvoir aussi fragile qu'épuisant, alors que les femelles s'attachent surtout à leurs petits. Très liées entre elles, elles quitteront leur vieux chef pour un jeune.

L'Ethiopie : un paradis pour les photographes animaliers

Des paysages d'une beauté incroyable, entre les hauts plateaux à plus de 4000 m d'altitude, la forêt humide plongée dans une brume magique pour l'œil du photographe ou encore les lacs peuplés d'oiseaux, voici le décor de ce superbe voyage photo naturaliste que nous avions organisé. Ce pays en plus de ses beautés naturelles est très riche en faune sauvage, notamment le loup d'Ethiopie en grand danger. Nous avons été guidés au sein du parc par un guide naturaliste spécialiste et acteur sur place pour la sauvegarde de l'endémique loup d'Ethiopie.

Pour ce voyage, nous vous donné les meilleurs conseils photo possibles. Ce voyage photo a été à orientation naturaliste et artistique. Outre, cette attendue rencontre avec le loup, nous avons aussi côtoyer les geladas endémiques eux aussi. Un grand voyage au pays des origines !

L'Ethiopie est un pays de rêve pour les photographes animaliers. Le pays compte près de 280 espèces de mammifères, 280 espèces d'oiseaux. Mais la biodiversité est telle que l'on dénombre 6600 espèces de plantes à travers le pays. Les lacs de la région de la vallée du Grand Rift regorgent de nombreuses espèces d'oiseaux et d'animaux sauvages.

On dénombre un nombre important d'espèces endémiques tout aussi bien chez les mammifères que chez les oiseaux qui constituent la faune éthiopienne. La biodiversité des espèces est notamment due à l'implantation de l'activité humaine dans des zones assez délimitées. À cet égard il est possible de distinguer les massifs montagneux des basses terres périphériques.

Un voyage sur mesure pour réaliser les meilleures photos

L'organisation de ce voyage n'a pas été simple. Nous avons du composer avec les photos d'oiseaux prises au bord des lacs, les photos des mammifères réalisées en altitude et les photos de la vie Ethiopienne. Pour chaque étape, nous avons pris le temps de choisir parfaitement les sites en fonction des souhaits des participants. Le mois de février est une époque importante pour les agriculteurs Ethiopiens. Les moissons sont récoltées à la main, les épis sont écrasés par des bœufs et les paysans nettoient les graines à l'aide du vent. Lors des changements entre les sites nous avons effectué de nombreuses haltes pour que les participants puissent saisir ces moments de vie uniques. Ils ont réalisé de magnifiques clichés qui montrent la beauté et le savoir ancestral de ces paysans qui ne disposent pas de tracteurs ou de machines motorisées pour récolter. Le choc culturel a été très fort face au niveau de pauvreté de la population qui vit à la campagne : pas de téléphone, pas d'eau courante et pas d'électricité. Nous avons tous ressenti un choc et nous sommes revenus beaucoup plus humbles en sachant notre niveau de vie.

Lors des arrêts à chaque grande étape du voyage, nous avions organisé le voyage de manière à se déplacer à pied le plus possible en évitant la voiture. Cela permettait aux participants de se reposer. Ce fut le cas sur le plateau du Sanetti où nous sommes allés photographier les derniers loups d'Ethiopie.

Durant tout ce voyage, nous n'avions qu'une seule préoccupation : que les participants réalisent de belles photos et ramènent de grands souvenirs. L'un des moments forts a été certainement le partage dans une église orthodoxe sur le plateau de Balé. Nous avons été tous invités à partager un moment de vie avec les éthiopiens qui ont donné sans compter même s'ils n'avaient rien. Nous avons été tous très touchés par leur générosité et leur gentillesse.

Lors des sessions de photos animalières, nous nous sommes attachés à donner les meilleures explications techniques en fonction des situations et des comportements. Par exemple, pour les photos d'oiseaux, nous avons mis l'accent sur le mode rafale et le suivi de l'autofocus. Pour les photos des nyalas des montagnes, nous avons mis l'accent sur le choix des lumières et des décors. Pour les singes gélada, nous avons privilégié les lumières et les contre-jours. Nous avons toujours essayé de varier les thématiques afin que le stage soit le plus complet possible. Mais tous nos conseils sont restés très pragmatiques et facilement applicables sur le terrain.

Des conseils photo adaptés à chaque photographe

Depuis des années, en tant que photographes professionnels animaliers, nous avions organisé ce voyage pour donner envie à un groupe de photographes de partager notre passion pour la nature et les animaux. Contrairement à la France, les animaux vivent totalement en symbiose avec les habitants. Les animaux ne fuient pas devant les photographes. Il suffit simplement de respecter les distances de sécurité pour ne pas les effrayer. Bien sur ce n'est pas vrai avec toutes les espèces comme les loups ou les singes geladas. Mais ils sont coopératifs. Cela permet au groupe de rester ensemble. Nous pouvons ainsi donner les meilleurs conseils possibles tout en étant sur le terrain. Cette manière d'appréhender la photo animalière permet aux participants de progresser rapidement que ce soit dans les cadrages, les compositions, les scènes comportementales ou les vols d'oiseaux. Ce voyage été une totale réussite sur le plan technique et sur le plan de la créativité.

Une ambiance chaleureuse et conviviale

Pour ce voyage « aventure lointaine » consacré aux beautés de la nature en Ethiopie, nous avions choisi de regrouper uniquement 5 photographes. Nous avons pu ainsi passer beaucoup avec chacun d’eux pour donner les conseils nécessaires mais ce fut aussi un avantage pour créer rapidement une ambiance chaleureuse. Pour ce voyage, nous avions réservé deux 4x4 car nous avons roulé souvent sur des pistes. De plus nous avions besoin d'espace pour pouvoir ranger tous les bagages et le matériel photo. Rapidement, les échanges techniques entre les photographes experts et les débutants ont permis de créer une ambiance chaleureuse et amicale.

Le fait de partager des moments forts comme cette nuit à plus de 4000 mètres dans un refuge, a permis de créer un climat que nous qualifierons de familial. Après quelques jours, nous avions l’impression de faire un voyage qui durait depuis des semaines. Des habitudes de vie se sont créées. Chaque photographe a rapidement trouvé sa place. L’harmonie dans le groupe a été parfaite comme en témoigne les avis des participants ci-dessous.

Un voyage à la hauteur des espérances de chaque participant

Finalement, ce voyage a été à la hauteur des espérances de chaque participant. Tous étaient venus accomplir un grand rêve. Nous leur avons donné la possibilité de le faire dans les meilleures conditions possibles.

Nous étions là pour organiser, guider, animer le stage photo et faire connaître les beautés de la nature de cette région de l'Afrique de l’est. Finalement, nous sommes quittés un peu tristes de retour à Addis Abeba car nous avions vécu 10 jours dans une ambiance amicale et fraternelle. Mais nous espérons recréer un prochain voyage pour ce groupe de photographes talentueux.

Témoignages écrits des participants

Notre enregistreur audio est tombé en panne pendant ce voyage. Nous avions oublié nos chargeurs de téléphone. Une fois n'est pas coutume, nous avons juste les témoignages écrits des participants.

Patricia Patricia.

Nous avons vécu une grande aventure pleine d’émotions. Ce voyage a été riche d’enseignement. Ce n’était pas un voyage formaté, rentrant dans un moule stéréotypé. Le choix d’un guide local a été très judicieux, pour régler les problèmes de compréhensions dans la langue, la gestion des imprévus et la connaissance des sites. Le fait de pouvoir faire des photos autres que de l’animalier est très intéressant : portraits, scènes de vie et du paysage. Cela m'a permis une vraie vision du pays.

J’ai l’impression d’avoir vécu une aventure un peu spéciale avec un groupe d’amis.

Je n’avais pas d’attente en particulier pour ce voyage. Seule la découverte de l’Ethiopie m’importait. Cet objectif a été atteint même en ne faisant qu’une partie du pays

Avec un tel voyage, ou les choses peuvent changer très rapidement, l’ambiance peut s’en ressentir. Mais tout a été très bien dans le choix de l’hôtellerie, les transports avec deux voitures 4 x4, le choix des sites pour les photos. Nous avons eu quelques imprévus divers mais tout est oublié avec un groupe très soudé et surtout avec le contact avec les Ethiopiens. Comment résister devant leur sourire et leur simplicité.

Le moment mémorable, le nec plus ultra du voyage « la nuit dans le gite » à 4000m d’altitude à même le sol sur un tapis de mousse, dans le sac de couchage emmitouflé dans plusieurs couches de vêtement. Confort minimum avec la cabane au fond du jardin. Mais je garderai un souvenir incroyable de ce moment de partage.

Le moment qui m’a le plus touché c'est avec André que je l'ai vécu. Nous avons pu partager un instant avec un vieillard vivant dans l’enceinte d'une église orthodoxe. Pour nous remercier de notre sollicitude, il nous a emmenés chez lui pour nous faire voir son logement. Un moment ou ne pouvions pas nous cacher derrière nos objectifs. Nous n’étions pas des voyeurs mais de simples mortels devant une personne vivant avec un minimum de confort. Nous avons été très touché lorsqu’il s’est mis à genou devant André qui avec beaucoup de respect l’a relevé immédiatement. Nous lui avons fait comprendre que c’était à nous de ce mettre à genou. Nous avions le cœur léger et la gorge nouée.

Ce voyage a été un moment fort que je ne peux que partager avec mes amis et mes connaissances.

Henri Henri.

Ce fut un séjour formidable à tous points de vue.

J’ai beaucoup appris sur la photo animalière grâce à tous tes conseils. C'est un domaine que je ne connaissais pas.  Les sujets techniques abordés ont été nombreux mais toujours approfondis et mis en pratique sur le terrain. Toutes les explications ont toujours été claires. Les endroits à photographier ont toujours été bien choisis et bien préparés.

L'ambiance dans le groupe a toujours éyé joyeuse et sérieuse. Il est difficile de choisir des moments forts de ce voyage car il y a en eu tellement.Mais je dirai que la rencontre avec la famille des loups d’Abyssinie sur le plateau du Sénetti et l’observation des singes geladas de près resteront dans ma mémoire.

Je parlerai de ce voyage fantastique autour de moi.

En regardant mes images qui me replacent dans le temps, je réalise que j’ai fait un des voyages les plus enrichissants de ma vie.

Bises à tous les deux.

Agnès Agnès.

C'est mon deuxième stage animalier avec toi après les oiseaux du Costa Rica. Nous avons déjà eu l'occasion de partir ensemble pour d'autres thèmes : paysage et sous-marins. Mais je dois que ce voyage a été vraiment exceptionnel que soit sur le plan des photos d'animaux, des rencontres avec les Ethiopiens et de l'ambiance avec le groupe. Je garderai un excellent souvenir de ce voyage très différent de ce dont j'ai l'habitude

Je n'avais pas vraiment d'attentes en venant si ce n'est photographier les derniers loups d'Ethiopie ainsi que les géladas. Tout au long du séjour, j'ai beaucoup appris sur les techniques de prises de vues animalières avec le placement, le choix des décors et des lumières. J'ai beaucoup appris sur la manipulation de mon appareil photo pour réaliser des photos d'action.

L'ambiance dans le groupe a été très chaleureuse et très familiale. Nous avons beaucoup ri et j'ai passé d'excellentes vacances. J'ai beaucoup apprécié le fait de s'arrêter pour photographier des scènes de vie avec les Ethiopiens. C'est un vrai plus pour un stage de photo animalière. Un moment fort sera cette visite d'une église un dimanche matin. Les personnes ont été accueillantes et ont beaucoup partagé avec nous. Pourtant elles n'ont pas grand-chose. Mais c'était une véritable communion.

Les rencontres avec les singes gélada ont été une véritable découverte pour moi. Ce fut un spectacle incroyable que de les photographier. Nous avons eu du mal à les trouver mais que de belles photos à la fin. Les rencontres avec les loups d'Ethiopie ont été difficiles car ils ne sont pas faciles à trouver et à approcher. Mais quelle satisfaction de réaliser des clichés à près de 4500 mètres. La rencontre avec les nyalas des montagnes a été un moment très fort aussi. Que dire des oiseaux à Ziway. Finalement, je me rends compte que nous avons vécu beaucoup de moments exceptionnels. Sur le coup, je ne m'en suis pas rendu compte car j'étais toujours trop occupée à regarder et à photographier. Mais la liste des moments exceptionnels est très longue.

Je suis habituée à partir dans de beaux hôtels. La nuit au refuge a été un peu difficile pour moi car il a fait froid et c'était inconfortable. Mais je réalise qu'il n'y avait pas d'autre solution pour photographier les loups à cette altitude. Finalement, il s'agit juste d'une péripétie dans un très grand voyage que je recommande à tous ceux qui veulent vivre une expérience différente avec de bons animateurs photos.

Merci à tous les deux pour votre patience et l'organisation.

Philippe Philippe.

Mes impressions générales sur ce voyage sont excellentes. Je tiens en premier lieu à remercier Isabelle et Amar pour leurs gentillesses et leurs professionnalismes, Muzeyen notre guide Ethiopien, ainsi que Onedou notre chauffeur. Sans eux, il n’y aurait pas eu de voyage, car les conditions de vie et de circulation sont particulières en Ethiopie.

J’avais de grosses attentes, et m’étais préparé à ce voyage depuis très longtemps. Cela fait en quelques sortes plusieurs semaines que j’étais en Ethiopie, sans y être. Aussi j’avais vraiment hâte que le voyage commence. Mes attentes étaient  principalement d’ordre photographiques, mais aussi humaines. Par des rencontres et des partages, qui sont pour moi essentiels, aussi bien avec les populations locales, qu’avec les autres « stagiaires ». Nous avons donc beaucoup partagé, sans réelle barrière; c’était merveilleux, comme une grande famille improvisée…

L’Ethiopie est un pays authentique, il en est de même pour ce voyage. Lorsque l’on traverse le pays, il est impossible de ne pas remarquer la sécheresse, et la poussière. La population est confrontée au quotidien aux problèmes d’approvisionnement en eau. La vie gravite autour de ce fait majeur. Le contraste de condition de vie, la chaleur, la beauté des personnes, les paysages. Rien n’est comparable avec ce que nous connaissons en Europe. Le choc est grand…

Coté photographique aussi, tout est différent. En Europe, les animaux sont extrêmement craintifs, et il faut ruser de milles maux pour les photographier. En Ethiopie, les animaux ont une zone de sécurité qu’il ne faut pas franchir, sans quoi l’animal fuit. Cette zone est relativement proche, et il est assez facile de l’atteindre sans risquer un départ impromptu de l’animal. Côté technique, Amar nous « dé-briffe » chaque soir à l’apéro, et nous visionnons nos photographies journalières. Ces conseils sont primordiaux, tant dans les réglages de boitiers, cadrages, et compositions photographiques. Sans ces mines d’informations, nous n’aurions pu réaliser nos plus belles photos.

Parmi les moments les plus forts que j’ai pu vivre, je retiendrai celui où nous avons rejoint les participants après une cérémonie religieuse locale. Les personnes présentes nous ont chaleureusement accueillies, et nous nous sommes retrouvés entourés de bonté humaine, de partage, et de tolérance. C’était un moment fort pour beaucoup d’entre nous je pense, car nous étions les invités privilégiés d’une communauté qui avait soif de nous faire connaitre sa vie de tous les jours, simplement.

Il est certain que ce n’est pas un voyage anodin, et la richesse qu’il nous laisse encore,  témoigne des instants privilégiés vécus. On repart quand déjà….

André André.

Mes impressions sur ce voyage sont excellentes !

J'avais déjà effectué ce voyage en 2013 et je l'ai recommencé avec grand plaisir. L'Ethiopie est un pays fantastique, surtout pour les photographes. Et je n'ai fait que l'effleurer. En effet, nous nous sommes limités à voyager dans un périmètre d'environ 200 kms autour d'Addis Ababa, la capitale. Or, ce pays recèle beaucoup d'autres trésors. Beauté des paysages variés de plaines, de collines et de montagnes. Vie animale foisonnante. Multitude d'oiseaux, de mammifères dont certains rares et endémiques.

Ce voyage fut très bien organisé, et notre équipe de photographes très cohérente. L'ambiance a été amicale et joyeuse, studieuse aussi lorsque Amar, toujours à l'écoute et aux petits soins nous a prodigué ses astuces et cours. Ceux-ci m'ont d'ailleurs fait beaucoup progressé spécialement dans le shooting en rafales de sujets se déplaçant rapidement. Cela correspondait bien à mes attentes.

Merci à nouveau à Amar. Merci pour ta disponibilité, ta gentillesse et tes compétences qui tu dispenses sans compter.

Nous nous sommes donc tous quittés bons amis, prêts à repartir ensemble.

Il y a eu des moments très forts. En particulier lorsque nous avons visité et photographié un site religieux chrétien. Nous sommes arrivés à l'improviste mais accueillis à bras ouverts, et avons été invités à partager le blé grillé et la bière locale avec les fidèles réunis dans un bâtiment annexe, l'église étant fermée. Grand moment de partage, de convivialité joyeuse, que je ne suis pas prêt d'oublier.

Je vous recommande ce voyage exceptionnel.

Quelques photos prises par les participants au voyage

Des boutons de navigation permettent d'avancer, de reculer d'une photo à la fois ou de mettre en pause le diaporama..

catherine-1
catherine-2
catherine-3
catherine-4
catherine-5
catherine-6
catherine-7
catherine-8
catherine-9
catherine-10
catherine-11
catherine-12
henri-1
henri-2
henri-3
henri-4
henri-5
henri-6
henri-7
henri-8
henri-9
henri-10
henri-11
henri-12
henri-13
henri-14
henri-15
henri-16
patricia-1
patricia-2
patricia-3
patricia-4
patricia-5
patricia-6
patricia-7
patricia-8
patricia-9
patricia-10
patricia-11
patricia-12
patricia-13
philippe-1
philippe-2
philippe-3
philippe-4
philippe-5
philippe-6
philippe-7
philippe-8
philippe-9
philippe-10
philippe-11
philippe-12
philippe-13
philippe-14

Cette page a été lue 1649 fois

Si cette page vous a intéressé(e) pouvez-vous lui donner une note (5 étoiles est la meilleure)?
(46 Votes)

Article publié le jeudi 03 mars 2016. Écrit par
  1. Commentaires (0)

  2. Ajouter le votre
Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

    Réseaux sociaux/Vidéos

    Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

    Autres cookies

    Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

    Activation