fbpx

 

Pourquoi se passionner pour les merveilles de la nature

Aussi loin que je me souvienne, la nature a toujours exercé sur moi une véritable attraction. Je lui ai toujours voué une véritable passion. Les phénomènes naturels, les saisons, les paysages, les animaux terrestres ou sous-marins, me fascinent. Lorsque j'évolue dans la nature, j'oublie mes soucis. Mais bien plus que les phénomènes naturels et les lois physiques qui les régissent, je suis totalement subjugué par les merveilles naturelles.

Le Rio Grande à Big Bend dans le sud du Texas.
Le Rio Grande à Big Bend dans le sud du Texas.

La force de la nature

Le mot nature est souvent utilisé avec des sens très différents et très larges. La véritable étymologie du mot ‘nature’ est très intéressante car la racine vient du mot latin natura qui signifie « ce qui existe depuis la naissance ». C’est une définition un peu restrictive car peu de paysages ou peu d’animaux sont encore tels qu’ils étaient à l’origine.

C’est pour cette raison que j'utilise une définition un peu plus large : « la nature désigne un ensemble de phénomènes et de situations qui peuvent être fortement évolutifs mais dont la transformation n’est pas le fait de l’homme ».

Avant de partir sur le terrain pour réaliser des photos, je conserve toujours en tête cette définition. Elle me permet de bien cadrer l’approche de mon travail. J'évite ainsi de m'égarer.

Prendre conscience de la petitesse de mes actions

Lorsque j'évolue dans la nature et notamment dans les paysages immenses des déserts de sable ou minéraux ou encore dans l’océan, je prends toujours conscience de la petitesse de la vie. Lorsque je marche dans une ville, lorsque je vis dans ma maison, j'ai l’impression d’être un élément important de la société humaine. J'utilise des ordinateurs, des téléphones, ma voiture.

A mon échelle, j'agis sur mon environnement proche en me déplaçant ou en le modifiant. J'ai l’impression d’actionner des leviers qui peuvent agir sur le monde et le changer. J'ai l’impression d’être un rouage indispensable pour le fonctionnement du monde. J'ai appris que ces comportements n’étaient qu’un leurre et une impression.

Lorsque je suisdans un décor de la nature et que je regarde tous les phénomènes qui la bouleversent, je prends conscience de la petitesse de mes actes. Je suis très rapidement remis à ma place devant tous ces éléments qui façonnent ces merveilles que j'admire. Que suis-je face à l’érosion, aux ouragans, aux rivières qui tracent leur lit dans les canyons ?

Coucher de soleil sur l'atlantique depuis la côte de la Charente-Maritime.
Coucher de soleil sur l'atlantique depuis la côte de la Charente-Maritime.

L’être humain est un grain de sable

Lorsque je suis dans un désert où le regard ne porte que sur des dunes de sable, je comprends rapidement que je ne suis qu’un grain de sable à l’échelle de la terre. Que puis-je faireface aux dunes qui se déplacent ? Que puis-je faire face à une tempête de sable ? Ce sont dans ces endroits que j'ai réellement pris conscience de ma véritable taille.

Lorsque je suis bien à l’abri dans mes murs et que la pluie cingle les vitres ou que la température atteint les -10 degrés Celsius, il me semble que je peux dominer les éléments naturels. Mais hors de ma coquille, je ne suis qu’un simple grain de sable identique à tous ceux que je foule dans les déserts que je parcoure.

Dunes de sable dans le désert Lybique en fin d'après-midi.
Dunes de sable dans le désert Lybique en fin d'après-midi.

Mes tracas se révèlent minimes dans ces immensités

Outre le fait que la nature me fait prendre conscience de ma taille réelle et de l’impact que j'ai sur le monde que je côtoei quotidiennement, elle me procure souvent de grands moments de quiétude, de sérénité et de calme. Je peux meressourcer, me régénérer et puiser dans les éléments naturels l’énergie dont j'ai ai besoin pour avancer dans ma quête artistique.

J'ai toujours constaté que lorsque je partais photographier un endroit, un comportement animalier particulier ou des scènes sous-marines, mon stress s’évacuait rapidement lorsque je vivais au plus près de la nature. C’est pour cette raison que la plupart du temps, je loue des hébergements distants des grandes agglomérations et de l’agitation humaine. J'ai aussi appris que mon stress ne disparaissait pas lorsque j'habitaiss dans une agglomération bruyante animée par les activités humaines.

Ce qui est le plus intéressant est que mes tracas et mes soucis disparaissent très rapidement lorsque je vis dans la nature même. L’un de mes plus grands plaisirs par exemple est la photographie des grands mammifères. Cette technique nécessite une immersion totale dans le milieu où vivent les animaux. Je dois mefondre dans l’environnement à l’aide de mes affûts ou de mes techniques d’approche. Dans ces cas, plus rien ne compte que de devenir une partie des bois ou des prairies où je me déplace.

Ce sentiment de plénitude, je l’éprouve aussi lorsque je suis dans les grands déserts de sable ou dans des régions désertiques comme l’ouest des Etats-Unis.

Demander votre guide pour donner de l'impact et du sens à vos photos

Demandez votre guide gratuit '50 pages de conseils pour donner de l'impact et du sens à vos photos'

Dans l’immensité des paysages naturels, mes tracas ne sont plus que de vagues souvenirs.

Cachés ou mythiques, la nature regorge de merveilles

Souvent lorsque j'évoque mon métier de photographe professionnel de la nature, mes interlocuteurs pensent aussitôt aux grands paysages mythiques comme le Grand Canyon, la Vallée de la Mort, le Sahara, les Alpes, etc. Il est vrai que ces paysages mythiques à couper le souffle sont de véritables merveilles de la nature.

Mais le plus important est que les trésors cachés sont de véritables pépites où je me ressource tout aussi bien. J'ai quelques régions de prédilection et pourtant très peu connues comme la Charente-Maritime en France, le désert de Chihuahua au Nouveau-Mexique, Mesa Verde dans le Colorado, etc. La liste serait beaucoup trop longue pour une énumération.

Mais la nature regorge de merveilles qu’elles soient mythiques ou cachées. La photographie m'a permis de les montrer et surtout de transcrire ce que je ressentais en les contemplant.

La photographie : un moyen pour moi de retranscrire mes émotions

La photographie de la nature est devenue pour moi une véritable manière d’être et de vivre. C’est non seulement un moyen pour moi d’évacuer mon stress lié à mon statut d’entrepreneurs avec tous les tracas que cette fonction engendre.

Mais c’est surtout une véritable philosophie de la vie. La nature me permet de relativiser ma condition d’être humain. Lorsque je la contemple, je comprends exactement où est ma place, pourquoi je suis là et à quoi je peux servir.

La photographie de la nature et ma passion pour les merveilles de la nature m'ont permis au cours de toutes ces années d’acquérir une véritable conscience.

Soyez humble, constant(e), patient(e), persévérant(e) et persistant(e) car le chemin pour s’approcher de l’excellence est long.

 

Ajouter un Commentaire

Enregistrer
Comment puis-je vous aider à créer des photos?