Photographier les combats des cerfs, sangliers et daims

Photographier un comportement animalier est sans aucun doute le challenge le plus difficile pour un photographe. En effet, réaliser un portrait est assez facile quand on possède de la technique et la connaissance des animaux. Un comportement est imprévisible, totalement incontrôlable. L’un des scènes les plus spectaculaires à photographier est sans aucun doute le combat. Les forêts et les prairies françaises offrent de belles opportunités à ceux qui savent être patients.

Les combats de cerfs élaphe au moment du brame peuvent être très violents.
Les combats de cerfs élaphe au moment du brame peuvent être très violents.

Avoir de la chance est indispensable

Réussir une belle photographie animalière requiert toujours une grande part de chance. La préparation de la réalisation du cliché est bien sur fondamentale. Mais sans ce petit coup de pouce de ce que l’on appelle la chance, le destin il est quasiment impossible de créer une photo intéressante. J'ai l’habitude de dire que la chance n’arrive qu’aux photographes qui la cherchent. J'aime beaucoup la maxime d’un célèbre jeu de hasard français « 100% des gagnants ont tenté leur chance ».

Le photographe animalier doit aller sur le terrain régulièrement à toutes les saisons pour avoir une chance de figer un beau combat. S’il ne se décide qu’à sortir que les dimanche après-midi quand le soleil brille, il aura peu de chances de saisir le cliché tant espéré.

Un photographe animalier doit provoquer la chance et la rechercher, n’importe quel jour, par n’importe quel temps et n’importe quelle saison. Il  ne doit surtout pas être casanier et ne doit pas vivre uniquement dans ses rêves de clichés extraordinaires.

La connaissance du biotope et des animaux est nécessaire

Je ne le dirai jamais assez mais la connaissance du milieu et des animaux est absolument nécessaire. Par exemple, la réalisation d’une photo d’un combat entre deux cerfs au moment du brame se déroulera toujours dans une prairie ouverte. Il n’y a aucune chance pour qu’il se déroule en forêt ou en sous-bois. En effet, le combat est d’une telle violence qu’il faut beaucoup d’espace. Les animaux ont besoin de recul pour prendre de l’élan afin de percuter frontalement leur adversaire.

Un combat de boxe entre deux daims se déroulera plus facilement lorsque les mâles ont perdu leur bois au printemps. Ces joutes sont un moyen pour eux de se jauger et de se tester.

Chaque espèce possède ses propres règles comportementales. La lecture, l’échange avec d’autres photographes ou des chasseurs est certainement le meilleur moyen de se documenter afin d’aller sur le terrain.

Mais si un photographe animalier se contente de lire des revues, des livres spécialisés ou de regarder des vidéos sans aller sur le terrain, il n’aura aucune chance de figer ce moment extraordinaire d’un beau combat. Un photographe animalier même si la connaissance du sujet est encyclopédique doit toujours passer beaucoup sur le terrain à effectuer des repérages pour savoir où un combat peut avoir lieu.

La connaissance du terrain est aussi un facteur très important car la qualité d’une belle photo animalière se juge sur trois éléments : le sujet, l’environnement et la lumière. Si le photographe réussit à figer un combat mais que l’environnement est constitué d’arbres cassés alors la photo perdra beaucoup de son impact. Il en de même pour la lumière. Si elle ne met pas en valeur les sujets en action, l’ensemble ne sera pas esthétique. Tout comme pour la photographie animalière de portrait, une scène comportementale se construit en respectant des règles d’esthétisme.

La patience et la persévérance sont les clés de la réussite

Pour réussir un cliché comportemental de combats entre deux mammifères européens, un photographe animalier ne doit pas se contenter d’avoir des connaissances théoriques nécessaires, d’aller régulièrement sur le terrain pour connaitre les animaux et préparer les scènes. Il doit aussi faire preuve d’une grande patience.

J'ai passé des jours entier sous un affût assis ou couchés à attendre que l’extraordinaire se produise. J'ai eu souvent froid. J'ai ressenti des fourmis dans les jambes ainsi que des crampes. Je me suis parfois endormis sans m'en rendre compte. Mais j'ai toujours été persévérant et patient.

L’attente a été parfois longue mais jamais je ne me suis ennuyé. La nature est magique car il se passe toujours quelque chose. Une libellule peut se poser sur le bout de l’objectif. Une rouge gorge peut se poser à côté du photographe et commencer à chercher de la nourriture. Mon plaisir est d’écouter les passereaux siffler et d’essayer de mettre un nom sur chaque espèce. Quand un photographe sait regarder et écouter, le spectacle offert dans la nature est permanent.

Demander votre guide pour donner de l'impact et du sens à vos photos

Demandez votre guide gratuit '50 pages de conseils pour donner de l'impact et du sens à vos photos'

Toutes ces heures d’attente ont toujours été couronnées de succès. J'ai toujours réalisé les photos dont j'avais rêvées. Le seul paramètre que je ne maîtrise jamais est la durée de l’attente. Elle peut aller de quelques heures à quelques jours. Mais j'ai toujours été récompensé.

Un matériel adapté est nécessaire

. La photographie animalière des combats nécessite un matériel adapté. Un reflex avec un mode rafale rapide est absolument nécessaire. Les combats démarrent souvent sans qu’on s’y attende. Ils sont d’une extrême violence et ne dure que quelques instants. Souvent l’un des combattants préfère s’avouer vaincu et fuir avant d’être blessé ou tué. Un appareil compact ou un bridge numérique ne sont pas suffisamment rapides pour effectuer la mise au point et suivre les sujets en mouvement.

J'ai l’habitude de dire que ce n’est pas l’équipement qui fait qu’on est un bon photographe mais cette règle possède des exceptions. La photo de combat est l’une d’elles.

Il est aussi recommandé d’avoir des objectifs avec des longues focales car il est difficile d’être très près des sujets pendant les combats. Cela peut même être dangereux. J'ai déjà fui devant un combat de cerfs. La violence était telle lors des charges que les animaux fonçaient vers moi. Il vaut mieux être prudent.

Finalement

Les scènes de combat entre des mammifères européens comme les cerfs, les sangliers ou les daims sont certainement des scènes fascinantes. Les photographes animaliers qui les réussissent font preuve de patience et de persévérance, possèdent une bonne connaissance du milieu et sont équipés d’un matériel adapté. Mais il ne faut jamais oublier qu’ils ont aussi de la chance.

Combat de boxe entre deux daims européens au printemps.
Combat de boxe entre deux daims européens au printemps.
Les combats entre deux sangliers mâles sont d'une extrême violence. Les dents sont des armes redoutables.
Les combats entre deux sangliers mâles sont d'une extrême violence. Les dents sont des armes redoutables.

 

Comment puis-je vous aider à créer des photos?