Pourquoi la photographie artistique est subjective

La photographie en général et la photographie artistique en particulier est subjective.

Que ce soit l’auteur photographe ou le collectionneur qui achète des œuvres photographiques, tous les choix sont subjectifs. Ils sont uniquement personnels.

Si l’artiste photographe essaie d’être objectif, il perd son statut d’artiste. Tout acte de création doit être subjectif s’il doit aboutir à une œuvre intéressante et digne d’intérêt.

Cette photographie artistique d'un bison du Wyoming est subjective à cause du noir et blanc, du cadrage, du choix de l'attitude.
Cette photographie artistique d'un bison du Wyoming est subjective à cause du noir et blanc, du cadrage, du choix de l'attitude.

Comment définir la subjectivité

Le subjectivité est la qualité de ce qui ne donne pas une représentation fidèle de la chose observée.

J'aimeaussi cette définition qui dit que la subjectivité est l’état de quelqu’un qui considère la réalité à travers ses seuls états de conscience.

L’acte créatif est subjectif

Une photographie artistique est le résultat d’une vision particulière. Elle est créée parce que l’artiste photographe fait des choix dans la composition, le cadrage, les éléments photographiques. Il traduit des émotions qu’il ressent, des sentiments ou transmet des messages personnels.

Une photographie artistique traduit le tempérament ou les états d’âme d’une personne. Elle traduit ce qu’est l’auteur.

A partir du moment où un photographe réalise des photographies consensuelles pour faire plaisir au plus grand nombre, juste parce que c’est dans l’air du temps, il cesse d’être un artiste. A la rigueur, il devient un artisan, un vendeur. Il crée simplement des images. Mais en aucun cas, il ne peut revendiquer le statut d’artiste.

Être un artiste et spécialement en photographie, ce n’est ni mieux, ni moins bien qu’être un artisan. Comme je l’ai écrit dans cet article, c’est un statut social particulier qui possède ses spécificités.

Un artiste photographe se doit d’être subjectif. S’il devient objectif dans ses prises de vues, il va réaliser des photographies descriptives pour illustrer des articles de magazines, des livres. En photographie animalière ou sous-marine, on appelle ces photographes des naturalistes.

A mes yeux, c’est une distinction fondamentale et essentielle.

L’acte du collectionneur est subjectif

Mes principaux clients sont des collectionneurs de photographies artistiques. Je ne sais jamais pourquoi ils s’intéressent à mes œuvres. Lorsque je discute avec eux après les ventes, je découvre toujours des raisons inattendues. Pour certains, mes œuvres leur évoquent des souvenirs d’enfance. Pour d’autres, c’est la quiétude des scènes. Pour d’autres encore, c’est leur imagination qui provoque une interrogation métaphysique.

Enfin je connais aussi des collectionneurs qui achètent mes œuvres parce qu’elles correspondent à leurs critères esthétique.

Chaque critère est subjectif. Rien n’est jamais prévisible.

Il ne faut jamais oublier qu’une photographie artistique résulte de l’interprétation d’une scène par un photographe et de la perception du regardeur.

La subjectivité n’est pas synonyme de popularité

Plus une photographie artistique est subjective moins elle a de chance d’être appréciée par le plus grand nombre.

En effet, si un artiste photographe ne cherche pas le compromis en essayant de satisfaire le plus grand nombre de regardeurs ou encore en essayant de plaire au public le plus large, il va réduire de manière drastique son audience car le nombre de points communs va se réduire.

Il est vrai qu’à notre époque où le succès se mesure au nombre de vues ou en nombre de suiveurs, cela est difficile à vivre pour bon nombre de photographes. Nombre d’entre eux pensent à tort que parce qu’ils ont un public large, ils vont réussir dans leur domaine artistique. C’est une erreur terrible de leur part.

Demander votre guide pour donner de l'impact et du sens à vos photos

Demandez votre guide gratuit '50 pages de conseils pour donner de l'impact et du sens à vos photos'

Durant ces dernières années, j'aiappris qu’il ne fallait pas confondre notoriété et recettes. Dans mon cas, je ne suis pas un utilisateur forcené des réseaux sociaux. Je les utilise avec parcimonie et à bon escient. J'utilise les réseaux sociaux à des fins marketing mais en aucun cas pour « me montrer » ou avoir le plus de « like » possibles.

Créer des photographies artistiques en étant délibérément subjectif est un acte totalement différent que celui d’être factuel. Plus un photographe est factuel ou descriptif moins il va solliciter la culture des personnes à qui il s’adresse. Il va s’attacher à trouver le dénominateur commun de l’audience. Il va tirer le niveau vers le bas. Il aura alors moins de satisfactions personnelles à créer des œuvres. Son but devient d’être plaisant et de satisfaire le plus grand nombre. Ce n’est pas le but d’une vision artistique.

Plus un artiste photographe crée des œuvres personnelles, plus son audience est réduite mais plus la qualité de son approche artistique sera reconnue.

Subjectivité ou objectivité : une question de choix

Créer des œuvres artistiques est un choix subjectif de la part d’un artiste photographe. Créer des photographies descriptives ou illustratives est un choix objectif de la part d’un photographe.

Aucun des deux choix n’est meilleur que l’autre. C’est juste une question de choix qui doit être totalement assumé par le photographe. L’important est d’être satisfait et content des choix effectués.

Finalement

Un artiste photographe assume ses choix subjectifs lorsqu’il crée des œuvres photographiques. Ses choix ont été analysés et compris. Il doit en accepter les conséquences : la notoriété n’est pas un but mais une conséquence. Mais il ne doit jamais oublier que subjectivité et objectivité sont incompatibles.

Soyez humble, constant(e), patient(e), persévérant(e) et persistant(e) car le chemin pour s’approcher de l’excellence est long.

 

Comment puis-je vous aider à créer des photos?