Vous êtes dans cette rubrique : Accueil > Stages > Comptes rendus

Compte-rendu du stage de photo animalière en affûts flottants en Dombes du 26 juin 2021

Le 26 juin 2021, 7 photographes ont participé à ce dernier stage de photo animalière en affûts flottants de l’année.

Comme toujours en photo de nature et particulièrement en photo animalière en Dombes, il n’était pas possible de prévoir les conditions. Elles ont été très différentes des précédents. Les lumières ont été magnifiques. Les poussins sortaient plus des roselières. Les hérons ont commencé à chasser en bordure des étangs car le niveau de l’eau avait un peu baissé. Les jours devenaient aussi plus longs.

Toutes les conditions ont été réunies pour que les photographes réussissent à immortaliser de belles attitudes et de beaux comportements. Les stagiaires ne se connaissaient pas entre eux. L’ambiance a été excellente. Les revues de photos ont été inspirantes.

Ce fut un grand stage.

Cet article est le compte-rendu de ce stage de photo animalière.

Les participants au stage de photo animalière en affûts flottants du 26 juin 2021 en Dombes. Accroupis : Robert, Loïc et Robert S. Debout : Frédéric, Ludovic, Robert B. et André.
Les participants au stage de photo animalière en affûts flottants du 26 juin 2021 en Dombes. Accroupis : Robert S., Loïc et Alain. Debout : Frédéric, Ludovic, Robert B. et André.

Le commentaire écrit et oral des participants

Alain. Alain.
Le commentaire audio de Alain. (cliquez sur le bouton play pour démarrer) :

C’est mon premier stage avec toi.

C’est quelque chose que je voulais faire depuis longtemps. Je ne suis pas déçu. C’était magique. J’ai vu des choses magnifiques.

Je voulais faire de la photo au niveau de l’eau. Je voulais être à proximité des oiseaux. Je cherchais vraiment à être à proximité des oiseaux.

J’ai entendu parler toi via Internet. Toutes les photos de ton site réalisées avec un affût flottant m’ont vraiment plu. C’est pour cette raison que je voulais venir.

Ce que je retiendrai de l’utilisation des affûts flottants, c’est surtout la proximité avec les oiseaux. J’ai photographié des oiseaux que je n’avais jamais vus. Comme le grèbe castagneux ou encore le grèbe à cou noir. Je n’avais jamais vu de nourrissage de hérons. C’était magnifique. J’ai passé beaucoup de temps avec les oiseaux à les observer. Comme ce matin par exemple, le grèbes castagneux est passé devant moi. Il partait dans la roselière. Il est revenu avec ses trois poussins. C’était extraordinaire. Ce sont des comportements que je n’avais pas l’habitude de voir. Ce sont des moments privilégiés.

J’ai été surpris par la protection des adultes envers les poussins.

Je ne connaissais pas du tout la Dombes. Je suis de la Moselle. J’ai été surpris par le nombre d’étangs. En Moselle, il n’y en a pas autant. Les couleurs sont magnifiques. Les étangs avec les fleurs roses ou jaunes sont extraordinaires. Les lumières du matin sont très belles. J’ai photographié un garde bœuf avec une lumière extraordinaire.

Je n’avais jamais fait de stage photo. C’est mon premier. J’ai appris pas mal de choses. Je reviendrai, c’est certain. J’ai vraiment pris de très belles photos. C’était bien.

L’ambiance dans le groupe était super. Ton organisation est excellente. Tout le monde était vraiment très sympa.

Si je devais conserver un bon moment de ce stage, ce serait un grèbe huppé adulte avec son poussin. J’approchais doucement. Ils me surveillaient du coin de l’œil. C’était un sensation incroyable.

Frédéric. Frédéric.
Le commentaire audio de Frédéric. (cliquez sur le bouton play pour démarrer) :

C’est mon premier stage photo avec toi.

Je suis venu à ce stage pour avoir l’expérience de l’affût flottant. En cherchant sur Internet, tu étais très bien placé sur le sujet. Comme je lis régulièrement ton blog, j’ai été convaincu que c’était le bon stage. Ce sont les raisons pour lesquelles je me retrouve ici avec toi en Dombes.

Cela fait pas mal de temps que je photographie les oiseaux. Je me suis équipé en conséquence. Je m’allonge sur les berges pour les photographier au niveau des yeux. Mais le seul moyen d’aller plus loin c’était de faire de l’affût flottant. Je voulais me retrouver au niveau des yeux de mes sujets.

L’affût flottant a répondu à mes attentes. Je me demandais quel serait le résultat de mon expérience. Maintenant, j’ai envie d’en faire et pas seulement une fois par an. Je suis totalement convaincu par l’approche d’être sur l’eau. Ce sont des photos qu’on ne peut pas faire autrement. On peut créer des effets assez spectaculaires.

Je connaissais la Dombes uniquement via Internet. Si j’ai une envie de me relocaliser en France, ce serait peut-être en Dombes. Elle offre des opportunités incroyables. J’ai bien aimé l’aspect rural. Il y a des oiseaux partout. Il y a des oiseaux dans l’eau. Il y a aussi des oiseaux dans les champs, dans les bois.

Avant de venir, j’étais convaincu par tes articles de blog. Lors du stage, j’ai approfondi mes compétences avec tes exposés. Je me félicite d’être venu.

J’ai déjà fait d’autres stages photo avec d’autres photographes. Mais c’est toi qui donnes le plus. Tu donnes de ta personne. Tu donnes de ta vision. Tu partages beaucoup. Tu ouvres la possibilité aux participants d’ouvrir leur propre vision photographique. Tu nous fais nous questionner beaucoup. Tu m’as donné certaines clés pour y voir plus clair dans ma démarche photographique. Maintenant je sais quelle direction je vais aller.

Si je devais me souvenir d’un bon moment de ce stage, ce serait difficile. Je me souviens d’un bon stage. Que ce soit dans les étangs, ou que ce soit lors des revues de photos ou lors des exposés. Franchement, j’ai l’impression d’avoir vécu un stage très dense. Il était riche en matière. Je n’ai pas un moment particulier. Avec toi, en tant que formateur j’en ai plein. Avec les oiseaux j’en ai plein. Je n’ai qu’une envie. C’est de continuer. J’ai envie de jouer avec les lumières de la Dombes. Je n’ai pas la sensation d’être arrivé au bout du chemin

Loic. Loic.
Le commentaire audio de Loic. (cliquez sur le bouton play pour démarrer) :

C’est mon premier stage photo avec toi.

Si je suis venu à ce stage, c’est pour apprendre à passer de la création des photos descriptives, illustratives à des photos artistiques. Je maîtrise bien la photo descriptive. Certaines personnes m’avaient parlé de toi. Et je me suis dit que c’était le bon moment de venir te rencontrer. Je voulais apprendre a changé mon style.

J’espère avoir atteint mon but. En tout cas, j’ai bien avancé.

Tes exposés m’ont aidé. Mais les revues de photos ont été indispensables. Les 2 côte à côte sont très intéressantes.

Je n’ai pas encore une idée précise de ma démarche artistique. Je ne sais pas encore vraiment. Je vais réfléchir.

Je vais déjà essayer de définir mon why photographique. J’ai des idées à court terme. Mais j’ai besoin d’un objectif à long terme. À court terme, je vais essayer de publier une histoire dans un magazine. Quand j’étais sur les étangs, c’est l’idée que j’avais en tête.

Ton stage m’a ouvert l’esprit. C’est très touffu et très dense. Je suis très loin d’avoir absorbé tout ce que tu as dit. Je pense que je n’ai pas absorbé plus de 10 %. Certains concepts sont un peu encore au-dessus. Il va falloir que je revois.

L’ambiance du stage est excellente. L’émulation été très bonne. Les photographes s’incitaient les uns les autres à faire de meilleures photos. C’est très intéressant de voir ce que les autres font. En plus chacun cherche sa voie.

La Dombes est un endroit on prend des photos magnifiques. Les ambiances et les étangs sont uniques. La façon de photographier depuis un affût fait toute la différence. Les premiers plans et les arrière-plans sont très différents des autres régions. Il y a toujours le côté artistique. J’arrive à m’exprimer plus facilement en Dombes qu’ailleurs. Par exemple, quand je photographie des oiseaux forêts je n’ai pas cette facilité. Je n’ai pas l’occasion de faire de si jolies photos naturellement. En forêt on n’a pas la possibilité de préparer la photo comme en Dombes.

Si je devais me souvenir d’un bon moment de ce stage, ce serait une photo. Il y en a beaucoup. Je choisirai certainement le nourrissage des hérons pourprés. C’était un moment extraordinaire. Il y a beaucoup de bruit et de mouvements. C’est très intéressant à observer. Esthétiquement j’ai trouvé ça très joli. C’est ce moment que je conserve en mémoire.

Ludovic. Ludovic.
Le commentaire audio de Alain. (cliquez sur le bouton play pour démarrer) :

Je suis venu à ce stage car à l’occasion d’autres stages avec toi, beaucoup de stagiaires m’ont parlaient de tes stages en affûts flottants.

Je voulais expérimenter ce nouveau moyen de photographier. C’est très sympa. C’est un environnement très apaisant. Les paysages sont très épurés. C’est vraiment l’occasion de faire de belles photos.

Ce qui est intéressant avec l’affût flottant, c’est de prendre des photos d’oiseaux sous des angles différents. Les types de cadrages, les compositions, les ambiances sont différents de ce que j’ai pu faire jusque maintenant.

Je connaissais la Dombes. Je suis venu deux ou trois fois aux parcs aux oiseaux de Villars-les-Dombes. Mais je reconnais que durant ce stage,  j’ai découvert la Dombes. C’est une région magnifique. Ce n’est pas connu. C’est comme un petit jardin secret dont on ne parle pas.

Je n’imaginais pas grand-chose avant de venir. C’était une véritable découverte. Je n’avais pas la notion des couleurs que j’ai rencontrées. J’ai été vraiment surpris par les photos j’ai pu faire.

Le grèbe castagneux m’aura marqué. Il s’est donné en spectacle devant moi. J’ai passé de longs moments avec cette espèce. Il est dynamique. Il est facile à prendre. L’autre espèce qui m’aura marqué est le héron pourpré. C’est une espèce magnifique. Il ressemble un roseau. C’est assez fascinant.

J’ai déjà fait plusieurs stages avec toi. Ton stage a été une piqûre de rappel salutaire. Tu avais déjà évoqué quelques points durant d’autres stage. Mais cette fois, tu as encore approfondi. Tu m’as obligé une fois plus à sortir de ma zone de confort.

Si je devais me souvenir d’un bon moment de ce stage, ce serait ce matin. J’ai photographié un héron pourpré à contre-jour. Il était tout seul dans une roselière. C’était très beau. Nous sommes restés un long moment ensemble.

Robert B. Robert B.
Le commentaire audio de Robert B. (cliquez sur le bouton play pour démarrer) :

C’est mon premier stage avec toi.

J’avais déjà pratiqué l’affût flottant il y a 10 ans. J’ai voulu rééditer cette expérience.

Mais buts à atteindre ont bien changé durant le stage. Je me suis rendu compte pendant le stage que j’étais quelqu’un qui déclenche sans arrêt pour avoir le maximum d’espèces. Je voulais avoir un bestiaire. Ce stage m’a permis de visualiser beaucoup d’autres choses. Il est évident que mon approche photographique a totalement changé.

J’étais venu pour photographier des espèces d’oiseaux c’est tout. Maintenant, je vais certainement faire moins de photos. Je faire en sorte qu’elles parlent. Je voudrai maintenant qu’elles traduisent ce que j’ai en moi. J’ai appliqué tous tes conseils entendus durant tes exposés.

Durant cette semaine, je suis rendu compte que lorsque je voyais un oiseau je déclenchais. C’est tout. Je n’avais jamais fait d’analyse avant. Maintenant je vais davantage réfléchir à mes photos. J’ai vu aussi des photos extraordinaires pendant les revues de photos. J’ai envie de montrer ce côté ouaté. J’ai trouvé ça super. C’est franchement bien.

Je connaissais la Dombes. Je n’habite pas loin. Je viens parfois aux parc aux oiseaux. La Dombes est une très belle région.

L’affût flottant me permet d’approcher le monde animal au plus près et au ras de l’eau. Les comportements des oiseaux que l’on observer sont superbes.

L’organisation est très bonne. J’ai été très surpris par ta prestation. Je n’ai jamais entendu un tel discours avec d’autres accompagnateurs photo. J’ai déjà fait de nombreux stages mais c’est le premier de cette qualité. Je suis très satisfait. Tu m’as ouvert de nouvelles voies photographiques. Maintenant je vois la photo d’une manière différente.

J’étais venu pour photographier des hérons pourprés. Si je dois me souvenir d’une chose pendant ce stage c’est ma première rencontre avec cet oiseau.

Mais ce qui est juste extraordinaire ce sont tes exposés.

Robert S. Robert S.
Le commentaire audio de Robert S. (cliquez sur le bouton play pour démarrer) :

J’ai déjà participé à plusieurs fois en stage en Dombes avec toi.

Je suis revenu pour plusieurs raisons.

La première raison, c’est de couper avec mon quotidien. Ici en Dombes, je me retrouve dans nature. Je communie avec la nature. C’est un moyen pour moi de me retrouver au plus près de la nature. Je peux vivre un certain nombre d’émotions avec les oiseaux. Le contact avec les oiseaux est intime.

Demandez votre guide comment choisir le stage photo de vos rêves

Demandez votre guide gratuit '50 pages de conseils pour choisir le stage photo de vos rêves'

La deuxième raison est que j’apprécie aussi beaucoup ton approche pédagogique. Tes exposés sont des moments intéressants. Ils me permettent de progresser. Je vois la différence entre la première année est aujourd’hui. J’ai le sentiment de me placer dans une démarche plus créative. Chaque année, j’apprends ; je progresse. Je prends plus de risque. Je peux expérimenter de nouvelles solutions. Je ne me content plus nécessairement de photographier des scènes que j’ai déjà faites auparavant. En revenant je peux diversifier mes photos. Je recherche sans arrêt l’expérimentation. C’est un point essentiel pour moi.

Cette semaine, j’ai atteint mes objectifs. Bien sûr, je rêve toujours de certaines ambiances et certaines lumières qui n’arrivent pas nécessairement. Mais, d’une année à l’autre, c’est toujours différent.

La troisième raison c’est que j’aime me confronter aux autres photographes. C’est un moment de partage social. Il y a toujours aussi le plaisir de partager avec les autres.

Je suis content de cette semaine.

J’ai eu d’autres expériences durant d’autres stages. Ce n’est pas du tout pareil. Ta pédagogie et tes exposés sont des véritables plus.

Si je devais me souvenir d’un bon moment de ce stage, ce serait difficile. Mais ce serait peut-être la possibilité à travers une seule espèce, par exemple l’échasse blanche, de faire varier les décors, des attitudes. C’est comme tu disais. Cette semaine, j’ai écrit une histoire. C’est le parti que j’ai pris en photographiant une espèce et en expérimentant. J’ai adopté différents points de vue et différentes lumière. J’ai pu valoriser l’espèce échasse blanche.

Quelques photos prises par les participants du stage de photo animalière an affûts flottants durant la semaine du 26 juin 2021

Cliquez sur chaque vignette pour l'agrandir.

Voulez-vous partager cet article sur vos réseaux sociaux?


La confiance de mes clients est mon meilleur atout pour vous convaincre de participer à l'un de mes stages photo.

  • 110 stages photo de 1 ou 2 semaines organisés
  • 862 participants m'ont fait confiance.

Dernière mise à jour de ces données le 25 janvier 2022.


Demandez votre guide comment choisir le stage photo de vos rêves

Demandez votre guide gratuit '50 pages de conseils pour choisir le stage photo de vos rêves'

Venez découvrir comment créer des photos intéressantes qui vous ressemblent

Reconnectez-vous à la nature avec mes stages de photo. Laissez-moi vous aider à créer des photos inspirantes et intéressantes que ce soit pour participer à des concours, exposer ou encore publier dans des magazines. Vous étudierez les différentes étapes depuis la prise de vue au développement avec un ordinateur.

Découvrez mon travail de photographe professionnel en visionnant ce reportage diffusé sur France 3. Ce reportage décrit mon activité en photographie animalière et de paysages. Il suffit de cliquer sur le bouton "Play" pour démarrer la lecture du film.

Recevez gratuitement des conseils pour donner de l'impact et du sens à vos photos. Abonnez-vous pour recevoir régulièrement des articles.

Contactez-moi par email

Amar Guillen. Artiste photographe professionnel de la nature.

Amar Guillen est un artiste photographe. Il crée des photos d'art de la nature. Amar exprime en images et en émotions les mystères infinis que recèle la nature. Il a développé un langage photographique personnel, artistique et contemplatif.

La quête de Amar Guillen est de mettre en lumière la préciosité de la nature et de la sublimer.

Son aventure avec la photographie commence en 1987 lorsqu'il achète son premier appareil photo. Il commence à ressentir à cette époque, une véritable fascination pour les paysages somptueux qui l'entourent et la faune qui les peuple. Le besoin d'exprimer ses émotions en image se fait déjà ressentir.

En 2003, il devient photographe professionnel de la nature. Depuis, il se consacre entièrement et professionnellement à la photographie artistique. Ses recherches se cristallisent autour de l'espace sous-marin, de l'univers animalier et des paysages terrestres.

 

Comment puis-je vous aider pour votre stage photo?