Le syndrome de l’imposteur en photo : l’un des principaux piège à éviter

Photo en noir et blanc des dunes de la Vallée de la Mort en Californie. Photographie par Amar Guillen, artiste photographe.
Les dunes de la Vallée de la Mort en Californie.

Piège n°3 : ne pas oser passer à l’action

Le piège que j’appelle l’attentisme est terrible.

Vous avez des idées. Vous avez appris de nouvelles techniques. Vous rêvez de créer un nouveau projet photo. Vous avez envie de proposer votre candidature un festival pour une exposition. Vous sentez que plusieurs de vos photos peuvent être proposées un concours. Mais vous ne franchissez pas le pas. Vous restez dans l’attente. Vous n’osez pas passer à l’action. Pourquoi ? Parce que vous pensez que vous n’avez pas le niveau. Vous avez en tête les autres l’ont déjà fait et qu’ils sont meilleurs que vous.

Pensez-vous être seul dans ce cas ? Bienvenue dans le monde réel. Je suis comme vous aussi. Le jour où j’ai compris que la connaissance sans l’action ne servait à rien, tout a changé pour moi.

Même si parfois, j’y vais à reculons, je n’hésite pas et je saute le pas. Je vais concrètement dans la direction que j’ai choisie. Vous devez faire comme moi. Si vous avez des idées, mettez-les en pratique. Aller au bout de ce que vous avez envie de faire. Ne laissez pas aux autres le choix des bonnes opportunités.

Par exemple si vous avez envie depuis des années de photographier des paysages ou des animaux particuliers, préparez votre projet. Fixez-vous un but et des objectifs pour l’atteindre. Passez au concret. Ne vivez pas dans vos rêves et votre bulle. Vous êtes la seule personne qui peut décider de ce qui est bien ou pas pour vous-même.

Piège n° 4 : ne pas montrer vos photos

Savez-vous que la plus belle, la meilleure photo du monde, si elle reste sur le disque dur de votre ordinateur, cachée à l’abri du regard du monde, restera toujours la plus mauvaise photo du monde.

Ne pas oser montrer vos photos est un piège que vous devez absolument éviter si vous êtes concerné.

Je connais de nombreux photographes qui n’osent pas montrer leurs photos. En effet, ils ont peur de la critique. Ils ont peur des commentaires ou des remarques qui vont être faites. C’est normal. Je les comprends.

Nous avons tous peur d’affronter le regard des autres. Nous sommes toujours bien avec nous-mêmes.

Pourquoi aller se frotter aux autres ? La réponse est simple. En montrant vos photos aux autres, vous allez progresser. Vous allez améliorer votre démarche photographique. Vous allez affiner votre why photographique. Vos photos devenir intéressantes. Elles vont avoir de l’impact et du sens.

Je vous conseille d’apprendre à montrer vos photos de manière pondérée pour recevoir des commentaires constructifs. Vous avez à votre disposition :

  • Les réseaux sociaux.
  • Un site Web.
  • Les expositions.
  • La publication les magazines.
  • Les concours.
  • Etc.

La liste est longue. Vous avez le choix pour montrer vos créations photographiques.

Mais attention à un autre piège. Il est certain que les likes des réseaux sociaux sont flatteurs pour votre ego. Mais ils ne servent absolument à rien s’ils ne sont pas accompagnés d’un commentaire. Apprenez à montrer vos photos mais surtout dans des endroits où vous aurez un retour constructif qui vous permettra de progresser.

Piège n°5 : le syndrome de l’imposteur

Connaissez-vous le syndrome de l’imposteur ?

Il est très répandu dans le monde de la photographie. Il est aussi appelé le syndrome de l’autodidacte.

C’est tout simplement une forme de doute maladif qui consiste à nier la propriété de tout accomplissement personnel.

Les photographes atteints du syndrome de l'imposteur attribuent le succès de leur activité photographique à des éléments extérieurs comme la chance ou des circonstances sur lesquelles ils ne peuvent pas agir. Ces photographes se perçoivent comme des dupeurs-nés qui abusent ceux qui aiment leurs photos. Ils s’attendent toujours à ce que leur talent photographique soit démasqué un jour.

Si vous ressentez ce doute très pernicieux, vous devez absolument faire quelque chose pour vous en sortir car votre créativité photographique va en pâtir.

Je suis aussi tombé dans ce piège lorsque j’ai commencé à réaliser les premières ventes de photos. Je me disais que ce n’était pas possible de vendre des photos à des milliers d’euros. Je me disais qu’elles étaient trop chères. Je justifiais souvent leur excellence au fait que j’avais eu de la chance, que j’avais rencontré une personne qui m’avait facilité le travail. Je ne m’attribuais aucun mérite alors que j’avais beaucoup travaillé et que cela avait été difficile. Un jour, à la suite de mon premier gros contrat dont le montant s’est élevé à plusieurs dizaines de milliers d’euros, j’ai eu un déclic. Ce n’est pas par ce que j’étais un autodidacte en photographie que je ne méritais pas ces louanges. J’ai pris confiance en moi. Mon attitude a changé. Quelques mois plus tard, j’avais vaincu mes doutes. Je n’éprouvais plus le syndrome de l’imposteur.

Si vous éprouvez ses doutes parce que vous êtes autodidacte et que vous avez créé vos photos par vous-même, persuadez-vous que vous méritez le succès que vous avez. Ne doutez pas. Continuer dans la voie que vous avez choisie.

Piège n°6 : ne penser qu’à la technique

Vous devez toujours avoir en tête que « la technique photographique est nécessaire mais pas suffisante pour créer des photos intéressantes qui ont du sens ».

Quand j’évoque la technique photographique, j’évoque :

  • Le choix du cadrage.
  • Savoir choisir une bonne composition.
  • Le choix judicieux d’un point de vue.
  • Le choix de la bonne focale en fonction du sujet photographié.
  • La gestion du bruit numérique.
  • Savoir gérer la mise au point pour avoir le centre d’intérêt principal net.
  • Etc.

Je n’évoque pas ici la technique artistique qui constitue un autre sujet.

De nombreux photographes débutants ou non, sont obsédés par la technique. J’ai rencontré et je continue de rencontrer des photographes qui ont des années d’expérience et qui pensent que leur appareil photo n’est jamais suffisamment performant. Ils pensent que parce qu’utiliser une marque particulière est la raison pour laquelle leurs photos sont bonnes. C’est une grossière erreur.

Leur problème ne se situe pas dans la technique photo mais dans leur approche photographique.

Si vous participez un stage photo, la technique s’acquiert en quelques jours. Ce n’est pas compliqué. Un formateur ou un animateur photos peut répondre à toutes vos attentes en deux ou trois jours.

Demander votre guide pour donner de l'impact et du sens à vos photos

Demandez votre guide gratuit '50 pages de conseils pour donner de l'impact et du sens à vos photos'

L’important est ce que vous allez faire cette technique. La technique photo est exactement comme l’écriture ou la musique.

Savoir former des lettres, écrire correctement des mots, puis des phrases, puis des blocs de texte constituent de la technique. Mais serez-vous capable d’écrire une nouvelle de quelques pages ? Serez-vous capable d’écrire un roman de plusieurs centaines de pages ? Serez-vous capable d’écrire un poème ?

Pour la musique c’est exactement pareil. Même si vous savez écrire les notes sur une portée et que vous savez utiliser les dièses des variations musicales, serez-vous capable d’écrire une musique de quelque minutes ou un opéra en quatre actes ?

Eh bien la photographie c’est exactement la même chose. La connaissance parfaite de la technique n’est pas suffisante pour créer des photos intéressantes. Il vous faut autre chose.

C’est ce que j’essaie d’expliquer dans ce blog concernant l’approche photographique.

Ne soyez pas obsédé par la technique. Cette obsession risque de vous faire tomber dans un piège duquel il sera difficile de sortir.

Ne pensez à la technique que comme un outil au service de votre créativité.

Piège n°7 : ne pas penser sur le long terme

 

Comment puis-je vous aider à créer des photos?