fbpx

 

Vous êtes dans cette rubrique : Accueil > Stages > Comptes rendus

Octobre 2012 : compte rendu du stage photo sous-marine en cours particulier dans le nord de la Mer Rouge, en Egypte

Ce compte rendu relate les faits marquants du stage photo en cours particulier organisé en Egypte, en Mer Rouge, au mois d'octobre 2012. Il a été organisé pour Agnès qui souhaitait perfectionner ses techniques de prises de vue des épaves ainsi que les développements informatique associés à ce sujet sous-marin très particulier. Le safari de 7 jours a été organisé dans le nord de la Mer Rouge sous la forme d'une croisière. J'ai formé Agnès à la photographie sous-marine. J'ai eu l'occasion de lui apprendre de nombreuses techniques liées à la photographie sous plafond ou encore en ambiance. Lors de ses nombreux voyages, Agnès a eu l'occasion de photographier des épaves mais elle n'était jamais satisfaite des résultats obtenus. Elle a donc décidé d'apprendre toutes les techniques durant un safari en cours particulier dans l'une des plus belles régions du monde.

Le thème du stage : "Photographier les plus belles épaves du nord de la mer Rouge et la réserve de Ras Mohammed"

Les plongées du nord de la Mer Rouge, Egypte

Agnés équpé en grand au retour d'une plongée sur le Krisoula K.
Agnès équipée en grand angle au retour d'une plongée sur l'épave du Krisoula K..

Les plongées du nord de la mer Rouge proposent ce qu'il y a de meilleur et de plus varié pour les sites de plongée. La première caractéristique des sites du nord est certainement le nombre et la très grande variété des épaves historiques. Aucune épave n'a été coulée de manière volontaire. Tous les bateaux ont coulé suite à un accident de navigation ou alors ont été bombardés pendant la seconde guerre mondiale. La seconde caractéristique est la réserve sous-marine de Ras Mohammed. C'est là que se trouve l'un des dix plus beaux sites de plongée du monde : le tombant de Shark Reef. Enfin, le nord de la mer Rouge offre toutes les plongées classiques avec de nombreux sites de plongée riches en poisson, en gorgones avec notamment le site de Police Station au sud de l'île de Little Giftun au large d'Hurghada.

Pour découvrir ces fabuleux sites de plongée, l'idéal est de partir en croisière. Il est toujour possible de partir à la journée depuis Hurghada ou de El Gouna mais les trajets sont longs et difficiles. De plus, dans la formule quotidienne, le rythme est de deux plongées par jour alors qu'en croisière, on plonge trois fois par jour et aux meilleures heures de la journée.

Pour faciliter l'embarquement et éviter la fatigue inhérente aux longues traversées, l'embarquement s'effectue à la marina de la ville d'Hurghada. La plongée de réadaptation se déroule souvent sur un site à poissons après une heure de navigation. C'est le meilleur moyen de tester son matériel tout en se réadaptant à la plongée. Ensuite, le bateau remonte vers le nord vers les premières épaves.

En général, la croisière débute par la découverte des 4 épaves du site d'Abu Nuhas. Ce sont les épaves du Ghiannis D., du Carnatic, du Krisoula K. et du Kimoun M.. Ensuite, le bateau fait route vers le Sinaï vers la réserve de Ras Mohammed pour effectuer au moins deux plongées sur le tombant de Shark Reef. C'est un tombant qui plonge à plusieurs centaines de mètres de profondeur. C'est une plongée exceptionnelle sur l'un des dix plus beaux sites de plongée du monde. C'est un pic qui est couvert de coraux mous multicolores. Le courant peut y être assez fort mais raisonnable. Quand on regarde dans le bleu, on peut apercevoir des bancs de plusieurs centaines nasons, de platax ou encore de gaterins. Plonger sur Shark Reef procure des sensations uniques car le bleu est très dense un peu comme en méditerranée. Pour les photohgraphes c'est un paradis dont on ne se lasse pas. La plongée se s'effectue pas seulement sur le tombant mais aussi sur le haut du pic qui devient le royaume des coraux durs constitués d'immenses tables d'acropora.

Après cette plongée magique, la croisière se poursuit en général vers le détroit de Gubal avec deux ou trois plongées sur l'épave mythique de Thistlegorm (qui signifie "chardon bleu" en français). Cette épave coulée pendant la seconde guerre mondiale est un bateau anglais qui transportait du matériel militaire destiné aux troupes alliées de l'Afrique du Nord. Il a été coulé par une escadrille allemande qui revenait de mission. L'épave qui mesure près de 130 mètres de long nécessite aux moins 3 plongées pour la photographier en totalité. La variété des sujets est vaste et très complexe.

Ensuite, ce sont les épaves de l'île des îles de Gubal avec l'Ulysse ou le fameux Rosalie Moller qui repose sur un fond de 50 mètres. La croisière est aussi ponctuée par la découverte d'autres petites épaves moins prestigieuses mais tout aussi intéressantes comme le Dunraven, l'Ulysse et le SS Kingston. Elles sont beaucoup moins profondes que les précédentes mais pour les photographes, c'est le moment de travailler en lumière naturelle.

En résumé, la croisière nord c'est peu de bateau, une très grande variété des sites de plongées, des épaves mythiques et un des plus beaux tombants de la Mer Rouge dans la réserve de Ras Mohammed. Elle s'adresse à tous les photographes sous-marins qui ont envie de découvrir la diversité de la Mer Rouge avec ses belles lumières, ses très nombreuses épaves. Un peu comme dans le sud, certains regretteront l'absence de gros comme des raies ou des requins. Mais il existe d'autres régions pour ce type de photo.

Début du compte rendu

 

Le contenu du safari

Agnès en train de photographier les motos dans les entrailles du Thistlegorm.
Agnès en train de photographier des motos à l'intérieur de l'épave du Thistlegorm..

Souvent les plongeurs photographes me posent cette question : à quoi sert un safari photo? La réponse est très simple : se retrouver entre photographes sous-marins pour partager la même passion pendant une semaine et surtout plonger avec un binôme qui se déplace à la même vitesse que vous et qui comprend votre problématique sous l'eau. En effet, bien souvent, les non plongeurs font plutôt de la balade sous l'eau et ne comprennent pas que l'on puisse passer dix minutes sur un minuscule récif corallien ou alors passer toute une plongée avec un poulpe. Le safari photo c'est la certitude de plonger avec un autre photographe et de ne pas avoir à subir des remarques désobligeantes parce qu'on est trop lent sous l'eau. Le safari photo c'est aussi l'occasion de discuter technique pendant 7 jours et d'apprendre beaucoup de petits trucs qui feront les grandes photos. Je suis là pour animer le séjour et je suis à la disposition des photographes. Je réponds à toutes les questions techniques concernant le matériel, la prise de vue et le traitement des photos avec un ordinateur.

Ce safari de photo s'est déroulé en cours particulier. Agnès avait loué mes services pour une semaine complète pour apprendre la photographie d'épaves. Même si j'avais une progression pédagogique préparée minutieusement, je ne pouvais pas parler d'un stage car Agnès pouvait choisir elle-même les thèmes qu'elle souhaitait aborder que ce soit sous l'eau ou sur l'ordinateur. Ma progression pouvait être changée et adaptée aux envies et aux besoins de la participante au safari.

Nous avons abordé la photographie d'épaves au grand angle et en gros plan. Nous avons étudié toutes les techniques de prises de vues pour mettre en valeur ces sujets immobiles et créés par l'homme. J'ai appris à Agnès les moments où il fallait utiliser la lumière artificielle, la lumière naturelle avec ou sans filtre orange. La plus grande difficulté dans la photographie d'épave est d'évaluer le bon choix des outils pour la prise de vue. J'ai voulu montrer à Agnès que le placement par rapport au soleil est fondamental pour bien mettre en valeur une épave. Nous avons beaucoup travaillé le placement des flashs quand on photographie à l'extérieur ou à l'intérieur des épaves : les techniques sont différentes. Nous avons aussi revu comment utiliser la lumière naturelle sous plafond quand nous faisions de la pénétration dans les entrailles des bateaux et que les raies de lumière pénétraient au travers des hublots par exemple. Les épaves du nord de la mer Rouge sont colonisés par d'immenses colonies de coraux mous et abritent de gigantesques bancs de poissons haches ou de poissons de verre. Photographier un banc de poissons dans une épave ne se réduit pas à prendre une photo de poissons, il faut montrer le banc par rapport à l'espace négatif que constitue le bateau coulé. ce n'est pas du tout facile.

Pendant cette semaine, nous avons aussi beaucoup travaillé le modelé de la lumière. Cette technique consiste à bien montrer les volumes et les textures des matières photographiées. C'est un peu complexe à mettre en oeuvre mais une fois la technique acquise, les résultats sont extraordinaires.

Les techniques de prise de vue sous l'eau ne sont pas suffisantes pour mettre en valeur une épave. Il est absolument nécessaire de maitriser les techniques de traitement informatique. Aujourd'hui, les logiciels sont très performants et offrent de nombreux outils pour créer des photos "wouhaaa". J'ai enseigné toutes ces techniques à Agnès pendant cette semaine.

Ci-dessous, un diaporama qui montre quelques photos réalisées par Agnès.

agnes01
agnes02
agnes03
agnes04
agnes05
agnes06
agnes07
agnes08
agnes09
agnes10
agnes11
agnes12
agnes13
agnes14
agnes15
agnes16
agnes17
agnes18
agnes19
agnes20
agnes21
agnes22
agnes23
agnes24
agnes25
agnes26
agnes27
agnes28
agnes29
agnes30
agnes31
agnes32
agnes33
agnes34
agnes35
agnes36
agnes37
agnes38

Début du compte rendu

Le commentaire oral d'Agnès

Stéphane
Agnès
.

Le commentaire audio d'Agnès. (cliquez sur le bouton play pour démarrer) :

J'ai connu ce stage par le site d'Amar (www.guillenphoto.com).

Début du compte rendu

Le mot de la fin

Organiser une semaine de safari en cours particulier fut pour moi un véritable challenge car le sujet était complexe et difficile. Agnès est une photographe très exigeante qui sait exactement ce qu'elle veut. Lorsque nous nous sommes quittés le samedi dans la nuit à l'aéroport, nous nous dits que nous n'avions pas vu passer la semaine. J'avais prévu une progression pédagogique intégrant les plongées et les traitements informatiques. Tout le programme a été respecté à la lettre. J'ai même eu le temps d'ajouter quelques éléments non prévus. Ce safari a été une telle réussite que je n'ai qu'une seule envie : en monter un autre pour l'année prochaine. Cette croisière dans le nord de la mer Rouge est l'un des plus circuits de cette région du monde. Elle combine tous les atouts de la mer Rouge : épaves, tombants, faune sous-marine. Ce magnifique voyage doit beaucoup à Catherine qui a été attentive, sérieuse dans l'application de mes conseils. Elle m'a avoué être ressortie encore plus forte en photographie. Elle envisage maintenant de changer son matériel car elle connait les limites de son reflex. Cette réflexion m'a montré qu'une fois de plus j'avais réussi mon pari.

Début

 

Voulez-vous partager cet article sur vos réseaux sociaux?

Statistiques stages photo 01

La confiance des participants à mes précédents stages est mon meilleur atout pour vous convaincre de participer à l'un de mes prochains stages photo.

Statistiques stages photo 02

110 stages de 1 à 2 semaines organisés.

Statistiques stages photo 03

862 participants m'ont fait confiance.

Statistiques stages photo 04

Données comptabilisées depuis mars 2007.

Actualisées le 25 janvier 2022.

previous arrow
next arrow
Demandez votre guide comment choisir le stage photo de vos rêves

Demandez votre guide gratuit '50 pages de conseils pour choisir le stage photo de vos rêves'

Venez découvrir comment créer des photos intéressantes qui vous ressemblent

Reconnectez-vous à la nature avec mes stages de photo. Laissez-moi vous aider à créer des photos inspirantes et intéressantes que ce soit pour participer à des concours, exposer ou encore publier dans des magazines. Vous étudierez les différentes étapes depuis la prise de vue au développement avec un ordinateur.

Découvrez mon travail de photographe professionnel en visionnant ce reportage diffusé sur France 3. Ce reportage décrit mon activité en photographie animalière et de paysages. Il suffit de cliquer sur le bouton "Play" pour démarrer la lecture du film.

Recevez gratuitement des conseils pour donner de l'impact et du sens à vos photos. Abonnez-vous pour recevoir régulièrement des articles.

Contactez-moi par email

A propos de Amar Guillen, animateur de stages photo animalier, de paysages et sous-marins
Photographe professionnel depuis plus de 20 ans, j’ai appris et j’ai compris comment créer des photos intéressantes, qui ont de l’impact et du sens. Et ce pour différentes activités comme les expositions, les festivals, les concours photo ou encore les réseaux sociaux.
Quand je regarde les photos publiées sur les réseaux sociaux, dans certains magazines ou encore durant les festivals où se déroulent des expositions, je vois des photos intéressantes, qui transmettent des émotions et qui suscitent de l’intérêt.
Mais je reconnais qu’elles sont assez peu nombreuses. La plupart des photos que je regarde sont de pâles copies de photos déjà réalisées. La plupart des photos exposées ou publiées sont des photos réchauffées qui ont été vues des milliers de fois. Il peut s’agir du nième martin-pêcheur avec un poisson dans le bec ou un paysage verdoyant au petit matin.
Toutes les photos sont réussies techniquement, car les critères de sélection sont assez stricts dans les festivals ou les expositions, mais elles n’ont pas d’âme. Émotionnellement, elles sont vides. La plupart reflètent le savoir-faire du photographe. Elles ne reflètent pas le côté émotionnel ou sentimental qui est pourtant essentiel.
Est-ce nécessaire de créer des photos qui ont déjà été réalisées ? Est-ce nécessaire de montrer du réchauffé ?
Finalement, la plupart des photos ne recueillent pas de commentaires. Les gens les regardent et passent leur chemin et se disant qu’ils font aussi bien si ce n’est mieux.
Les photographes sont déçus, découragés. Ils perdent la passion.
Pourtant, il est possible de créer des photos intéressantes, qui ont du sens et qui vont susciter de l’intérêt de la part des regardeurs. En photo, tout a été fait, mais tout reste à faire. Chaque photographe est unique dans le monde. Il a sa personnalité, son style, sa vision. Il suffit qu’il crée des photos qui lui ressemblent pour créer des photos uniques.
Quand il crée des photos qui plaisent, il se sent heureux, revigoré et il a envie de donner encore plus.
J’ai choisi d’aider les autres en leur donnant ce que j’ai de meilleur. Pour atteindre ce but, j’ai associé ma passion pour la photographie et les merveilles de la nature.
Si voulez montrer qui vous êtes, votre personnalité, votre style et vous reconnecter à la nature, pensez à venir me rejoindre pour un stage photo ou lisez mon blog consacré à l’approche photographique. Je partagerai avec vous des méthodes pour réussir à créer des photos uniques, qui vous ressemblent. Elles vous rendront identifiables. Vous serez heureux. Vous aurez envie d’aller encore plus loin dans votre passion.
Amar Guillen est un créateur de photos d'art de la nature.
Je suis Amar Guillen. J’anime des stages photos depuis plus de 15 ans pour partager avec le plus grand nombre de photographes mes secrets pour créer des photos qui sont intéressantes, qui ont de l’impact et du sens.
J’ai la profonde conviction que la contemplation de la nature a le pouvoir de changer les hommes. Je suis certain que tout le monde apprenait à connaître, à respecter et à préserver la nature, le monde irait beaucoup mieux. Nous vivrions dans un monde apaisant où chacun trouverait sa place.
Comment puis-je vous aider pour votre stage photo?