Vous êtes dans cette rubrique : Accueil > Stages > Comptes rendus

Compte-rendu du stage de photo animalière en affûts flottants en Dombes du 8 juin 2019

L’utilisation d’un affût flottant laisse toujours une trace indélébile dans la mémoire d’un photographe animalier. C’est un moyen unique d’observer et de photographier le monde animal. C’est le seul moyen de photographier des oiseaux au ras de l’eau sans les déranger. L’approche est un moyen incroyable pour aller quelques mètres d’un oiseau. On peut ainsi passer des heures devant un héron cendre pour l’observer.

Cet article est le compte-rendu du stage de photo animalière en affûts flottants qui s’est déroulé du 8 au 15 juin 2019.

Les participants au stage de photo animalière en affûts flottants du 8 juin 2019 en Dombes. Assis : Yolande, Gérard et Philippe. Debout : Didier, Patrick, Gilles et Jacky.
Les participants au stage de photo animalière en affûts flottants du 8 juin 2019 en Dombes. Assis : Yolande, Gérard et Philippe. Debout : Didier, Patrick, Gilles et Jacky.

Le commentaire écrit et oral des participants

Yolande Yolande.
Le commentaire audio de Yolande. (cliquez sur le bouton play pour démarrer) :

C’est mon premier stage avec toi. Je suis ravie d’avoir participé à ce stage.

J’ai éprouvé quelques difficultés avec ma condition physique mais j’ai pris énormément de plaisir sur les étangs. J’ai appris beaucoup de choses avec toi. C’est primordial. Ta conception de la photographie est extraordinaire.

Tu expliques très clairement les choses. Des explications m’ont beaucoup apportées. Maintenant, je dois pratiquer. Je n’avais pratiquement jamais fait de la photo d’oiseaux. Maintenant j’ai compris les principes généraux. Je vais m’exercer.

C’est assez physique. Je ne suis pas grande. Il faut se déplacer dans les étangs. Mais c’est très agréable. C’est la pleine nature. On est isolé dans l’affût. C’est aussi le bonheur de se retrouver en pleine nature.

L’affût flottant permet de se retrouver au plus près des oiseaux. On est au niveau des yeux. Quand on voit par exemple la tête d’une spatule avec les stries et l’éclat de l’œil, c’est un vrai bonheur. C’est pareil pour les hérons pourprés. C’était magnifique. C’est très différent d’un affût fixe depuis la berge. Je suis plus photographe des mammifères. Mais là, franchement ça m’a beaucoup plu. Mais je reconnais que c’est physique.

Maintenant je photographie complètement différemment d’avant. Je photographie avec mon ressenti, avec ma façon d’être. Je sais vers quoi je vais me diriger. Je ne vais pas m’éparpiller dans toutes les directions. Je vais vraiment choisir des lignes directrices. Je commence à définir ma vision photographique. C’est bien ce que tu nous as expliqué.

Tes exposés techniques sur le développement m’ont intéressé. Mais il faut que je pratique énormément pour bien assimiler. Maintenant je vais aller sur Photoshop. Ça va être très utile. Je prends mon temps.

Tout ce que tu nous as montré ; tout ce que tu nous as appris étais vraiment formidable. J’ai vraiment envie d’appliquer toutes les conseils et toutes les méthodes.

Le niveau du groupe était vraiment très fort. On sent vraiment les gens qui ont déjà participé des stages avec toi. On sent vraiment qu’ils ont appris beaucoup et qu’ils appliquent. J’avais l’impression que tout le monde était professionnel.

Mais j’étais très contente car l’ambiance était super. En dehors de la partie sérieuse du travail photographique, c’était très amusant. C’était très convivial. Les gens étaient vraiment très sympas. Lorsque j’ai eu quelques problèmes avec mon boîtier, tout le monde a essayé de m’aider.

Le gîte était vraiment confortable. Le lit était impeccable. Tout était super.

Si je devais conserver quelque chose de particulier ce stage ce serait la manière dont on glisse dans l’eau. C’est découvrir les oiseaux. C’est le premier contact avec un héron pourpré. On voit les oiseaux d’une manière totalement différente.

Didier Didier.
Le commentaire audio de Didier. (cliquez sur le bouton play pour démarrer) :

C’est mon deuxième stage avec toi en affûts flottants en Dombes. Mon objectif principal cette année était d’aller encore plus loin dans la maîtrise du désir photographique. J’ai énormément apprécié ce que j’ai appris l’année dernière. C’est ce qui m’a fait revenir. C’est encore plus important que la photo.

Je définis ce désir photographique comme le fait de me chercher. Je voulais avoir une méthode, une ligne directrice pour aller plus loin. J’étais à la croisée de plusieurs chemins. Je n’arrivais pas à trouver ma voie. Je n’arrive pas à trouver ce que j’envie de faire, comment le faire et bien le faire.

Je pense que la méthode que tu as expliqué cette semaine va m’éviter de faire moins de mauvaises photos. J’ai l’habitude de déclencher beaucoup. Cette semaine, je suis beaucoup plus restrictif. Par exemple, ce matin, la lumière était mauvaise. A la limite, je n’aurai même dû pas aller. Je n’ai plus envie de faire de mauvaises photos que je sais que je ne vais pas garder. C’est ce point particulier que tes stages m’ont beaucoup aidé à comprendre.

Cette semaine tu abordais la conscience photographique. C’est le point essentiel du stage. Le stage va beaucoup plus loin que de prendre des photos. C’est la valeur ajoutée.

La méthode du voyage photographique va beaucoup apporter dans ma démarche photographique. C’est principal maintenant. Je fais de la photo consommation comme tout le monde. Mais aujourd’hui je m’aperçois que même avec l’acquis que tu m’avais donné l’année dernière, je suis beaucoup plus centré ; je suis moins brouillon. Je fais des actions plus ciblées. J’ai une vision photographique qui est beaucoup plus claire.

Pendant ce stage, j’ai vraiment compris qu’il fallait des lignes directrices, et avoir une cible bien définie.

Tes exposés de cette semaine sur la conscience photographique vont encore étoffer les exposés de l’année dernière. Cette année je vais te suivre aussi sur le brame du cerf. Tu vas donner des explications différentes mais toujours dans la même ligne photographique.

Si j’avais eu ce genre de formation que j’ai commencé la photo à 20 ans, je serais allé certainement au bout de mon rêve qui était de devenir photographe professionnel dans le sport. Je regrette de t’avoir connu sur le tard comme ça. Je regrette de ne pas avoir eu un profil photographique beaucoup plutôt. Je n’avais pas cette envie de faire de la photo très profonde, philosophique. Je n’avais pas été formé pour ça. Là par exemple cette semaine j’ai fait 7000 photos. Mais si j’en avais déjà fait 70, ce serait suffisant.

Personnellement, j’imprime toutes mes meilleures photos. Je vais faire une exposition. Ce sera au mois de juillet dans mon village. Je vais recréer un club photo dans le village lequel j’habite. C’est un véritable aboutissement. J’ai 15 jours d’exposition dans la salle commune du village. Le thème que j’ai choisissais est l’animalier en Dombes. Donc les photos que j’ai réalisées cette semaine vont servir de support à cette exposition. J’ai un thème. Je vais construire des séries dans le thème.

L’ambiance pendant la semaine a été très bonne. Nous étions entre gens de bonne compagnie. Nous avons tous le même but. Il y a une petite émulation qui fait qu’on a toujours envie de faire mieux faire que les autres. C’est parfait.

Si je devais garder un bon souvenir de cette semaine ce serait la photo du crabier chevelu. Je n’en avais jamais fait. Mais je dois reconnaître que c’est une photo qui me plaît énormément.

Venir un stage en ta compagnie c’est venir rencontrer des gens et surtout faire de bonnes photos.

Gilles Gilles.
Le commentaire audio de Gilles. (cliquez sur le bouton play pour démarrer) :

C’est mon deuxième stage de photo animalière en Dombes avec toi. L’année dernière, ce stage m’a vraiment plu. C’était une expérience incroyable. L’année dernière, nous avions eu cinq jours de beau temps. Cette année, nous n’avons eu qu’un seul. Mais finalement malgré la pluie les photos sont très belles. Je n’ai pas réalisé les mêmes photos que l’année dernière mais elles sont aussi très belles. J’ai vu aussi des oiseaux différents. Tout était vraiment super. Et si je reviens avec toi, c’est surtout pour tes exposés, tes conseils. C’est vraiment appréciable. C’est un vrai plus.

Cette année, une fois de plus, la philosophie photographique m’a beaucoup aidé et apporté. J’adhère complètement à ce que tu as dit pendant la semaine. Même si pour moi, c’est un peu compliqué et que j’ai l’impression de ne pas pouvoir appliquer, c’est toujours très intéressant. Finalement la méthode dont tu as parlé est la meilleure. J’ai compris qu’il fallait définir une conscience photographique et une démarche photographique.

La méthode que tu développes est vraiment intéressante. Certains points dans tes exposés sur la philosophie de la photographie m’ont plus intéressés que Photoshop. C’est bien de savoir développer des photos mais c’est beaucoup mieux de savoir pourquoi on prend des photos.

Cette année, j’ai réussi enfin à faire des eaux en vol. J’ai pu appliquer tes réglages. L’année dernière, je n’avais été très bon mais cette année vraiment j’ai progressé dans ce domaine. Cette année j’ai vu et photographier beaucoup de canards. J’ai fait plus de photos artistiques. J’ai appliqué tous les conseils et toutes les méthodes que tu nous as indiqués. C’était bien. La première fois on n’y arrive pas bien. La deuxième fois ça va un peu mieux. Il faut répéter et répéter plusieurs fois pour essayer d’améliorer son niveau.

Cette année le groupe était vraiment sympa. On a bien ri et on s’est bien entendu. C’était vraiment super. C’était parfait.

Si je devais conserver un bon moment de stage, ce serait ce matin. C’était un vrai festival. Des centaines de mouettes. Des dizaines de hérons. Des cigognes. Des aigrettes. Des bihoreaux. Des hérons pourprés. Il y avait tous les oiseaux. Des spatules. J’ai fait un festival de spatules car elles étaient très près de moi. C’était une explosion d’oiseaux. On se demande vraiment d’où ils viennent.

Gérard Gérard.
Le commentaire audio de Gérard. (cliquez sur le bouton play pour démarrer) :

C’est mon premier stage avec toi. Je suis venu à ce stage photo animalière en affûts flottants pour réaliser des photos différentes. Ce stage a été très sympa. J’ai appris des choses vraiment différentes. C’était ma première fois en affût flottant. J’avais peu d’appréhension au départ car je n’aime pas l’eau et je ne sais pas nager. Mais tout s’est très bien passé.

La première fois c’est un peu difficile. Mais maintenant c’est devenu une habitude.

J’ai fait beaucoup de photos pendant cette semaine. Certaines sont intéressantes. Il y a des jours où il y a beaucoup d’oiseaux. D’autres jours, un peu moins.

L’ambiance générale durant le stage était sympa. On s’est bien marré.

En venant à ce stage je voulais photographier des hérons pourprés et des grèbes à cou noir. C’était mon objectif. Je les ai vus. J’ai réussi à photographier des hérons pourprés. Mais je voulais surtout m’initier à l’affût flottant. J’avais vu des photos réalisées avec cet accessoire. Et il n’y a pas de comparaison avec les autres photos. Il y a des nuances dans l’eau qui sont extraordinaires.

Je connais bien la Dombes car j’ai la famille qui habite à côté. J’avais déjà essayé de prendre des photos depuis les berges. Mais ce n’était pas très réussi. Mon objectif était d’être dans les étangs et être au ras de l’eau. De la berge on voit toujours des oiseaux mais ils restent loin. Mais ça ne fait pas du tout la même perspective. C’est en plongée. Ce n’est pas aussi intéressant et les étangs n’ont pas la même couleur. L’affût flottant est vraiment totalement différent.

Tes affûts flottants sont superbes sont très faciles à utiliser. Ils sont maniables.

J’ai beaucoup aimé approcher de très près les oiseaux. On les voit vivre. Hier, j’ai regardé pendant une heure des hérons pourprés donner à manger à leurs petits. Même si je n’ai pas fait photos c’était un spectacle incroyable. C’est la nature. J’ai vraiment vécu au plus près de la nature.

L’organisation générale du stage est super. Il n’y rien à redire. Tout est bien. Le gîtes est confortable. Il est en pleine la Dombes. C’est impeccable. Les repas sont très bien.

L’ambiance dans le groupe était très bien. Nous étions à peu près tous du même niveau photographique. On s’est bien amusé ensemble. Ce que j’ai beaucoup aimé, c’est regarder les photos des autres durant les revues photo. Les conseils de photos que tu donnes pour chaque photographe étaient très bons. Ce ne sont pas des critiques mais des conseils. C’est un vrai plus pour moi. Tes conseils sont inestimables. J’ai beaucoup apprécié. J’ai beaucoup aimé les exposés.

Si je devais conserver un bon moment de ce stage, ce serait le fait de regarder et d’observer la nature au plus près. On est vraiment immergé dans le décor. C’est fantastique. C’est vraiment ce qui est bien avec l’affût flottant.

Patrick Patrick.
Le commentaire audio de Patrick. (cliquez sur le bouton play pour démarrer) :

C’est mon premier stage de photo animalière avec toi. J’ai trouvé ce stage particulièrement intéressant. L’organisation est très bonne. On n’a aucun souci à se faire. Tu t’occupes très bien de nous. C’est très diversifié au niveau des étangs. On peut changer l’étang et trouver des espèces différentes.

Je pratique la photo d’oiseaux depuis beaucoup d’années. L’affût flottant est quelque chose qui me tentait depuis longtemps. J’en ai fait un petit peu par chez moi. Mais il faut trouver des sites sur lesquels on peut accéder. Le stage affût flottant dans la Dombes était tout désigné pour me donner satisfaction. L’intérêt de l’affût flottant, c’est de pouvoir se placer à hauteur de l’eau. L’impression est très agréable. On est à la hauteur de l’oiseau. On a vraiment son regard en direct. Et en plus, avec les affûts on peut les approcher de très près.

L’ensemble des sites en Dombes est très bien conservé. Il permet de prendre des photos très esthétiques. Le fait que les étangs soient privés font qu’ils sont en très bon état car les propriétaires s’en occupent bien. On a la paix sur ces étangs on peut rester seul avec l’affût sans aucun problème.

Tes exposés techniques m’ont ouvert de nouvelles portes créatrices. Malgré une pratique de longue date de la photo j’aurais appris beaucoup. Par exemple, régler mon boîtier correctement. Je ne pratiquais pas le mode spot et le mode ISO auto. Photoshop n’est pas trop mon truc. Donc savoir que ça existe c’est intéressant mais sans plus pour moi.

Tes exposés sur l’approche photographique m’ont permis de mettre en avant ce que j’avais l’intérieur de moi. J’ai mis des mots sur des choses que je faisais sans savoir. Maintenant je sais ce que je fais.

L’ambiance du stage a été excellente. Le niveau était vraiment très intéressant. De plus, il était homogène. Le niveau des autres photographes était très inspirant. J’ai beaucoup aimé ce que faisait Gilles et Philippe.

Si je devais conserver un bon moment de ce stage ce serait le stage lui-même. Ce fut vraiment un excellent. Le stage pour moi se résume à pouvoir accéder à des affûts flottant sur des étangs privés. C’est une chose qu’on ne peut pas faire autrement.

Philippe Philippe.
Le commentaire audio de Philippe. (cliquez sur le bouton play pour démarrer) :

C’est mon deuxième stage en affûts flottants en Dombes avec toi. Je suis revenu déjà parce que nous sommes amis. Et ça me permet de te voir un peu plus car tu parcours beaucoup le monde. C’est un moyen de te retrouver. C’est aussi un moyen de participer à des stages et de vivre de grands moments au plus près mieux de la nature et avec les oiseaux.

La Dombes, c’est le paradis oiseaux. Mais surtout aussi pour les émotions et les sensations. J’avais vécu les dernières. Et je voulais retrouver ces sensations et ces émotions de la rencontre avec les oiseaux. C’est important pour moi.

Et de plus, l’affût flottant est indispensable. On a des angles de vue qui sont inégalables. Le fait d’être l’eau permet de prendre des photos exceptionnelles. C’est un outil qui est merveilleux.

Durant le précédent stage, on a surtout abordé de la technique. Et cette semaine on a plus abordé l’aspect humain, l’aspect du photographe, l’aspect du ressenti et des émotions. On a plus parlé de philosophie photographique. Pour moi c’est important. La technique est très bien, mais un moment donné, je recherchais autre chose.

La photo pour moi c’est une échappatoire. C’est un moyen de montrer mes émotions, mon ressenti. C’est un moyen d’apporter une part de moi. C’est assez compliqué de les montrer à des personnes que je ne connais pas car c’est une part de moi. C’est très personnel. Et dans les photos je me dévoile, je me mets à nu. Les photos c’est comme si je prenais un crayon à papier pour exprimer ce que je ressens.

Cette année, en Dombes j’ai fait pas mal d’essais artistiques. Certains essais ont été concluants, d’autres non. J’ai exploré des voies.

L’ambiance dans tes stages est toujours très sympathique et très conviviale. On est beaucoup dans les échanges. C’est mon but. C’est ce que je viens chercher dans tes stages. Les photographes avaient un très bon niveau. Rencontrer de tels personnes, c’est inspirant pour moi.

Ce serait dur de donner un bon moment car on en vit tellement. J’ai beaucoup aimé les relations que j’ai eues avec les grèbes huppés. C’est un oiseau très photogénique. Il est très inspirant. Il est beau. J’ai une relation un peu particulière avec cet oiseau.

Demandez votre guide comment choisir le stage photo de vos rêves

Demandez votre guide gratuit '50 pages de conseils pour choisir le stage photo de vos rêves'

Jacky Jacky.
Le commentaire audio de Jacky. (cliquez sur le bouton play pour démarrer) :

Je suis venu accompagner Yolande qui est mon épouse. Je suis accompagnateur. Je ne suis pas photographe. J’ai passé une très agréable semaine mis à part le temps. Mais on ne maîtrise pas.

Je suis un curieux de nature. Je me suis promené un peu. Je suis aussi cycliste donc j’ai fait beaucoup de balades dans la région. Je suis allé au village de Pérouges. Je suis allé aussi voir les gorges de l’Ain. C’est sauvage. Il n’y a pas grand monde. J’ai trouvé ça magnifique. Et j’ai aussi parcouru les petits cols qui surplombent la région. Je suis allé dans le Bugey.

Je ne connaissais pas du tout la Dombes. J’ai vraiment aimé cette région avec tous ces étangs et ces oiseaux.

Faire du vélo en Dombes, c’est tranquille. Les routes sont petites. Je parcourais entre 110 et 130 kilomètres par jour. J’ai trouvé beaucoup de petites routes sans circulation. J’ai fait 400 km durant la semaine. J’ai quand même préféré les monts du Bugey.

Les repas étaient très conviviales. L’organisation était très bonne. Le gîte magnifique. Il est situé dans un superbe endroit avec de superbes étangs. C’est vraiment très beau. C’est très confortable.

Même en tant qu’accompagnateur, j’ai passé une belle semaine de vacances. Je ne me suis pas du tout ennuyé. L’ambiance avec les photographes a été très bonne. J’ai décroché quand ça parlait technique. Mais globalement c’était super.

Quelques photos prises par les participants du stage de photo animalière an affûts flottants durant la semaine du 8 juin 2019

Cliquez sur chaque vignette pour l'agrandir.

Voulez-vous partager cet article sur vos réseaux sociaux?


La confiance de mes clients est mon meilleur atout pour vous convaincre de participer à l'un de mes stages photo.

  • 110 stages photo de 1 ou 2 semaines organisés
  • 862 participants m'ont fait confiance.

Dernière mise à jour de ces données le 25 janvier 2022.


Demandez votre guide comment choisir le stage photo de vos rêves

Demandez votre guide gratuit '50 pages de conseils pour choisir le stage photo de vos rêves'

Venez découvrir comment créer des photos intéressantes qui vous ressemblent

Reconnectez-vous à la nature avec mes stages de photo. Laissez-moi vous aider à créer des photos inspirantes et intéressantes que ce soit pour participer à des concours, exposer ou encore publier dans des magazines. Vous étudierez les différentes étapes depuis la prise de vue au développement avec un ordinateur.

Découvrez mon travail de photographe professionnel en visionnant ce reportage diffusé sur France 3. Ce reportage décrit mon activité en photographie animalière et de paysages. Il suffit de cliquer sur le bouton "Play" pour démarrer la lecture du film.

Recevez gratuitement des conseils pour donner de l'impact et du sens à vos photos. Abonnez-vous pour recevoir régulièrement des articles.

Contactez-moi par email

Amar Guillen. Artiste photographe professionnel de la nature.

Amar Guillen est un artiste photographe. Il crée des photos d'art de la nature. Amar exprime en images et en émotions les mystères infinis que recèle la nature. Il a développé un langage photographique personnel, artistique et contemplatif.

La quête de Amar Guillen est de mettre en lumière la préciosité de la nature et de la sublimer.

Son aventure avec la photographie commence en 1987 lorsqu'il achète son premier appareil photo. Il commence à ressentir à cette époque, une véritable fascination pour les paysages somptueux qui l'entourent et la faune qui les peuple. Le besoin d'exprimer ses émotions en image se fait déjà ressentir.

En 2003, il devient photographe professionnel de la nature. Depuis, il se consacre entièrement et professionnellement à la photographie artistique. Ses recherches se cristallisent autour de l'espace sous-marin, de l'univers animalier et des paysages terrestres.

 

Comment puis-je vous aider pour votre stage photo?