6 classifications pour organiser les genres de la photographie

Vous êtes-vous déjà demandé quel genre de photographie vous pratiquiez ?

Je suis certain que la réponse est oui. En effet nous avons tous besoin du cadre formel pour notre activité photographique. Nous avons besoin de savoir dans quelle direction nous allons. Mais la définition des genres photographiques n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît. Il existe de nombreuses classifications.

C'est ce que je vais partager avec vous dans cet article. Avec cette synthèse, j'espère que vous pourrez mieux vous situer.

Une photo d'un paysage en noir et blanc dans le parc national des Glaciers dans le Montana aux Etats-Unis.
Une photo d'un paysage en noir et blanc dans le parc national des Glaciers dans le Montana aux Etats-Unis. Dans quel genre classeriez-vous cette photo?

La petite histoire de cet article

Quand j'effectue des recherches ou que je cherche l'inspiration sur les réseaux sociaux, les sites web des photographes ou les blogs, j'applique une méthode afin de ne pas perdre de temps. En effet, le nombre de photos disponibles et le nombre de sites étant très nombreux, je ne peux pas passer tout mon temps sur internet. Je dois me concentrer et être le plus efficace possible.

La classification des genres photographiques ma facilite la vie.

Au cours des années, en affinant mes connaissances et mes compétences, j'ai développé ma propre classification. Je vous l'expliquerai un peu plus loin dans cet article.

Mais ne vous y trompez pas. La classification des genres de la photographie est assez complexe. Ce n'est pas aussi simple qu'il y paraît au premier abord.

Afin de vous faire gagner aussi du temps, je me suis alors dis qu'il serait intéressant de vous dévoiler une liste des classifications des genres photographiques.

Je vais partager avec vous mes connaissances sur le sujet. Je vais aussi vous donner mon avis sur cette méthode très pratique. à la fin de cet article.

Je crois que je vais vous surprendre.

Pourquoi chercher à établir une classification des genres photographiques

Si vous voulez créer des photos intéressantes et qui ont du sens, vous devez connaître votre why photographique, définir votre démarche photographique, acquérir une conscience photographique et savoir à quel genre photographique vous appartenez. Plus vous définirez les frontières de votre activité photographique, meilleur vous deviendrez.

Plus vous vous spécialisez, plus vous acquérez des compétences et plus vous allez vers l'excellence.

Si vous papillonnez, vous acquérez des notions ou des bribes de compétences, mais vous ne développez pas de véritables fondations pour bâtir votre édifice photographique.

En définissant votre appartenance à un genre photographique, vous allez explorer des pistes créatives pour trouver l'inspiration. Vous allez véritablement progresser.

C'est ce qui s'est passé pour moi. Lorsqu'en 2010, j'ai choisi la voie de la photographie artistique, je me suis spécialisé. J'ai appris peu à peu des techniques pour m'améliorer et progresser. Sans la connaissance des genres et sans cette spécialisation, je n'en serai pas là aujourd'hui.

Classification n°1 : par thème photographique

  • La photographie de nature.
  • La photographie d'expérience.
  • La photographie artistique.
  • La photographie de rue.
  • La photographie d'architecture.
  • Le photojournalisme.
  • La photographie de voyage.
  • La photographie d'illustration.
  • La photographie de reproduction.

Comme vous le constatez, cette classification liste les différents thèmes de la photographie par action sur le terrain. Elle peut être pratique et facile à retenir, car elle est très compartimentée.

Le problème est qu'un thème peut être transversal. Par exemple, des photos de rue ou d'architecture peuvent être artistiques.

Cette première classification par thème photographique est utile, mais n'est pas suffisamment explicite.

C'est la classification que je qualifie de naturelle. Si on vous demande ce que vous faites comme genre de photos, c'est très facile de se placer dans l'un de ces genres. Votre interlocuteur comprendra immédiatement ce que vous voulez dire. Dans son esprit, il aura immédiatement une idée des photos que vous pouvez faire.

Classification n°2 : par spécialité ou métier

  • Le photojournalisme.
  • La photographie sociale.
  • la photographe de mode

Cette classification qui est avant tout axée sur les professions ne tient pas compte des photographes animaliers, de paysages. Elle est à mon sens très réductrice même si elle peut être utilisée dans certains cas très précis.

Classification n°3 : La classification Plécy de 1960

C'est une tentative de classification réalisée en 1960 par Albert Plécy qui était journaliste, photographe, peintre et cinéaste français.

Dans cette classification, il propose une classification pour aider les jeunes photographes à trouver leur voie dans la photographie. Il considère le but de la photo.

  • Les photos témoins. Ce sont des photos qui servent à témoigner, à rendre compte d'un événement ou d'une situation. Dans ce genre, on peut intégrer la photo de reproduction, la photo scientifique, la photo de reportage, le photo­journalisme, la photo de mode, la photo de sport.
  • Les photos d'art qui sont de résultat de la création d'artistes. Ce genre inclut la photo de portrait.
  • Les photos langage qui sont le domaine des écrivains de l'image. Ce sont des photos dans lesquelles un photographe transmet des mots, de la poésie, de l'humour.

Cette classification qui choisit d'expliquer le but d'une photographie est intéressante d'un point de vue intellectuel, mais elle est assez peu pratique dans la vie de tous les jours.

Demander votre guide pour donner de l'impact et du sens à vos photos

Demandez votre guide gratuit '50 pages de conseils pour donner de l'impact et du sens à vos photos'

Par exemple, si on vous demande quel genre de photos vous réalisez, vous imaginez- vous répondre : des photos langage ou des photos témoins. Je crois que votre interlocuteur n'en saura pas beaucoup plus. Vous donnerez l'impression de le prendre de haut.

Personnellement, j'aime cette classification. Je la garde en tête pour créer mes projets photo, mais je n'en parle jamais, car elle est trop intellectualisée à mon goût.

Classification n°4 : la classification de Sébastien Raymond

Sébastien Raymond est un photojournaliste, portraitiste, photographe de plateau.

Il propose une classification de la photographie en 3 genres :

  • La photographie esthétique. Elle est faite pour plaire, pour être agréable à l'œil. Pour Sébastien Raymond la photographie esthétique n'a aucun contenu.

    Une photographe esthétique est pour lui une image qui a su capter un moment merveilleux que tout le monde aimera. C'est la valorisation du photographe par l'accessibilité de ses images. Comme il le précise en sous-texte : "quand un photographe réalise des photos esthétiques, c'est qu'il est allé à la facilité. Ce n'est pas son talent qui a parlé, mais sa malice. Il savait qu'avec ce sujet, il allait obtenir le plus d'approbations possible. Pour lui, les photos esthétiques ne changent pas la vie. Ce sont des photos qui s'évaporent très vite, immédiatement remplacées par d'autres.

    Pour Sébastien Raymond, ce type de photographies n'a pas de vie et n'a pas de raison d'être. C'est juste un mensonge photographique au même titre qu'une publicité ne dit jamais la vérité. Pour lui, la photographie esthétique est un acte purement égocentrique. Elle dit « Aimez-moi. Je n'ai rien à vous dire. »
  • La photographie vernaculaire. Elle n'a pas de prétention artistique. Elle raconte. Elle témoigne.

    C'est la photographie de vacances, de souvenirs. Elle ne cherche pas à plaire. Elle sert à partager et à se rappeler. Pour Sébastien Raymond "la photographie vernaculaire permet de ne pas oublier. Le photographe souhaite communiquer aux autres ce qu'il a aimé. C'est la photographie des bons souvenirs.
  • La photographie conceptuelle. Elle est forte visuellement et sur le contenu.

    Elle peut s'adresser au grand public. C'est le photojournalisme. C'est la photographe de l'honnêteté et du courage.

Cette classification de Sébastien Raymond est un peu extrême. J'ai l'impression que pour lui une belle photo animalière ou d'un paysage n'a pas de sens, qu'elle ne peut pas être exposée.

Il n'accorde l'importance qu'à la photographie où des êtres humains apparaissent. De plus, la photographie conceptuelle est une photographie qui est basée sur la notion de concept. Je ne suis pas d'accord avec le sens qu'il donne au mot conceptuel. Une photo conceptuelle peut être symbolique ou abstraite. Elle peut faire rêver, provoquer l'évasion de l'esprit.

Ce n'est pas un modèle que j'utilise dans mon approche photographique. Il est beaucoup trop restrictif.

Classification n°5 : la classification de Philippe Halsman (1961)

 

Comment puis-je vous aider à créer des photos?